Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 570.19 PTS
-0.79 %
6 560.00
-0.73 %
SBF 120 PTS
5 151.31
-0.7 %
DAX PTS
15 490.17
-1.03 %
Dow Jones PTS
34 584.88
-0.48 %
15 333.47
-1.18 %
1.172
0. %

Espagne: reprise des négociations entre Madrid et les séparatistes catalans

| AFP | 318 | 1 par 4 internautes
Le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez (D) rencontre le président régional catalan Pere Aragonès au palais de la Moncloa à Madrid, le 29 juin 2021
Le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez (D) rencontre le président régional catalan Pere Aragonès au palais de la Moncloa à Madrid, le 29 juin 2021 ( OSCAR DEL POZO / AFP/Archives )

Suspendues depuis un an et demi, les négociations entre Madrid et les indépendantistes catalans reprennent mercredi, afin de tenter de trouver une issue à la crise dans cette région secouée en 2017 par une tentative de sécession.

Après avoir laissé planer le doute, le Premier ministre Pedro Sanchez a confirmé lundi soir qu'il ferait le déplacement en personne à Barcelone pour ces pourparlers.

"J'ai toujours défendu le dialogue (...), la nécessité d'ouvrir un nouveau chapitre" en Catalogne, a dit le dirigeant socialiste, qui a fait de l'apaisement dans cette région l'une de ses grandes priorités depuis son arrivée au pouvoir en 2018.

Mais les perspectives d'accord sont infimes tant les positions du gouvernement et de l'exécutif régional du séparatiste modéré Pere Aragonès sont opposées.

M. Sanchez a ainsi balayé de nouveau la principale revendication des indépendantistes: un accord sur l'organisation d'un référendum d'autodétermination.

Le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez s'adresse à la presse après une rencontre avec le roi d'Espagne à la résidence d'été de la famille royale au palais Marivent à Palma de Majorque, le 3 août 2021
Le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez s'adresse à la presse après une rencontre avec le roi d'Espagne à la résidence d'été de la famille royale au palais Marivent à Palma de Majorque, le 3 août 2021 ( JAIME REINA / AFP/Archives )

"Si nous sommes face à des revendications jusqu'au-boutistes, il est clair que la discussion ne va pas durer longtemps", a-t-il insisté. Un référendum d'autodétermination "est contraire à la Constitution", a-t-il poursuivi.

Le Premier ministre est seulement favorable à un vote des Catalans sur l'octroi de nouvelles compétences à la région, qui compte déjà sa propre police notamment.

La tentative de sécession, en octobre 2017, de cette région du nord-est du pays, peuplée de 7,8 millions d'habitants, a été l'une des pires crises vécues par l'Espagne depuis la fin de la dictature franquiste en 1975.

Malgré l'interdiction de la justice, le gouvernement régional de Carles Puigdemont avait organisé un référendum d'autodétermination, émaillé de violences policières et suivi, quelques semaines plus tard, d'une déclaration d'indépendance mort-née.

Le gouvernement espagnol, alors dirigé par les conservateurs, avait réagi en mettant la région sous tutelle et en arrêtant les principaux leaders du mouvement qui n'avaient pas fui à l'étranger comme M. Puigdemont.

Le gouvernement espagnol gracie neuf séparatistes
Le gouvernement espagnol gracie neuf séparatistes ( Patricio ARANA / AFP/Archives )

Condamnés pour neuf d'entre eux à la prison en 2019, ils ont été graciés en juin par le gouvernement Sanchez.

Nouvelle crise entre indépendantistes

La mise en place de ces négociations avait été obtenue par le parti ERC (Gauche Républicaine de Catalogne) de M. Aragonès en échange de son soutien à la reconduction au pouvoir de M. Sanchez début 2020.

Mais une seule réunion s'est tenue en février 2020 avant que les discussions ne soient gelées en raison de la pandémie et du contexte politique dans la région à la tête de laquelle M. Aragonès a succédé à l'indépendantiste radical Quim Torra en mai dernier.

Des personnes tiennent des portraits des séparatistes catalans Jordi Sanchez, Carles Puigdemont et Jordi Turull lors d'une manifestation à Barcelone, le 18 octobre 2019
Des personnes tiennent des portraits des séparatistes catalans Jordi Sanchez, Carles Puigdemont et Jordi Turull lors d'une manifestation à Barcelone, le 18 octobre 2019 ( LLUIS GENE / AFP/Archives )

Depuis l'élection de M. Aragonès, les relations entre Madrid et Barcelone se sont apaisées, permettant cette reprise des négociations et un accord sur un projet controversé d'agrandissement de l'aéroport de Barcelone.

Mais elles viennent d'être ravivées par la décision du gouvernement central de suspendre la semaine dernière ce projet, en raison d'une "perte de confiance" dans le gouvernement régional séparatiste, rongé par les tensions entre ERC et Ensemble pour la Catalogne (JxC), la formation de M. Puigdemont.

La reprise de ce dialogue est très mal vue par JxC et les tenants d'une ligne dure au sein du mouvement indépendantiste.

La formation de M. Puigdemont a d'ailleurs déclenché une crise en décidant mardi de boycotter les pourparlers où elle voulait aller uniquement si elle pouvait être représentée par deux anciens leaders graciés alors que seuls des membres du gouvernement régional peuvent y assister.

 ■

Copyright © 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
4 avis
Note moyenne : 1
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/09/2021

Dans le cadre du contrat d'émission de 10...

Publié le 17/09/2021

ST Dupont a levé le voile sur ses résultats du premier trimestre 2021-2022 (clos fin juin). Le groupe a publié une perte nette de 1 million d’euros (contre -3,2 millions un an plus tôt) et une…

Publié le 17/09/2021

Sur les 6 premiers mois de 2021, ABO-GROUP a connu une forte croissance de plus de 30% par rapport aux 6 premiers mois de 2020...

Publié le 17/09/2021

u 1ersemestre 2021, Artea enregistre un chiffre d'affaires de 58 ME en progression de +414% par rapport au 1ersemestre 2020...

Publié le 17/09/2021

La société Altur Investissement a annoncé la fin de la période de réouverture de l’offre publique d’achat déposée par la société Altur Holding visant les actions d’Altur Investissement…

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne