En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 350.12 PTS
+0.02 %
5 344.00
-0.09 %
SBF 120 PTS
4 285.43
-0.12 %
DAX PTS
12 204.29
-0.27 %
Dowjones PTS
25 558.73
+1.58 %
7 374.29
+0.00 %
1.138
+0.07 %

Esclavage en Libye: nouvelles manifestations à Paris, Lyon, Marseille

| AFP | 554 | Aucun vote sur cette news
Manifestation pour dénoncer l'esclavage de migrants africains en Libye, le 25 novembre 2017 à Paris
Manifestation pour dénoncer l'esclavage de migrants africains en Libye, le 25 novembre 2017 à Paris ( ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP )

Plusieurs centaines de personnes ont manifesté samedi à Paris, Lyon et Marseille pour dénoncer l'esclavage de migrants africains en Libye, dans la foulée d'un reportage récent de CNN montrant des migrants maltraités et vendus aux enchères dans ce pays.

"C'est triste, c'est un gros, gros retour en arrière. Même si on sait au fond de soi que l'esclavage existe, on ne veut pas y croire. La médiatisation de ce qui se passe en Libye nous a rappelé que c'était pourtant bien le cas", a expliqué à l'AFP Sylvia, 36 ans, d'origine antillaise, mobilisée à Marseille.

A Paris, près de 300 personnes se sont rassemblées dans l'après-midi sur l'esplanade des Invalides à l'appel de la Brigade anti-négrophobie (BAN), un collectif de militants antiracistes, a constaté un journaliste de l'AFP. La veille, plusieurs centaines de personnes avaient déjà manifesté devant l'ambassade de Libye.

"Est-ce que nous sommes là pour laisser nos enfants se faire piétiner?" a lancé le porte-parole de la BAN, Franco Lollia, juché à l'arrière d'un camion face aux manifestants munis de pancartes barrées de slogans tels que "Peut-on condamner la Libye sans interroger le rôle de la France ?"

Manifestation pour dénoncer l'esclavage de migrants africains en Libye, le 25 novembre 2017 à Paris
Manifestation pour dénoncer l'esclavage de migrants africains en Libye, le 25 novembre 2017 à Paris ( Thomas SAMSON / AFP )

"La réalité des Noirs qui sont en Libye, en Mauritanie (...), c'est un film d'horreur" dans lequel "l'Europe, les Etats-Unis ont la plus grande (part de) responsabilité", a-t-il déclaré. "On fait passer les Noirs pour des sauvages (...) Nous n'avons pas à respecter des gens, un Etat, des organisations internationales (...) qui ne nous respectent pas. En Afrique, nous sommes toujours colonisés".

À Lyon, plusieurs centaines de personnes, en grande majorité noires comme à Paris, se sont rassemblées dans l'après-midi aux cris de "Nous ne sommes pas des marchandises" ou "Stop à l'esclavage en Libye".

Plusieurs intervenants ont harangué la foule, munie de banderoles barrées de slogans tels que "Stop au pillage de l'Afrique", "Stop à la traite des Noirs" - et de drapeaux de plusieurs pays africains, dans le calme et sur fond de musique africaine.

Un militant de la
Un militant de la "Brigade Anti-Negrophobie", un collectif de militants antiracistes, lors d'une manifestation le 25 novembre 2017 à Paris ( Thomas SAMSON / AFP )

A Marseille, ils étaient une centaine rassemblés sur l'avenue du Prado, non loin du consulat général de Libye. "Non à l'esclavage !", scandait au micro un membre du CECCL-Paca (Collectif Contre l'Esclavage et les Camps de Concentration en Libye) sur une estrade.

"J'ai été énormément surpris qu'en 2017 l'esclavage existe encore, je ne pensais pas qu'on vendait encore l'homme noir", a dénoncé l'un des manifestants, Bakary, originaire du Sénégal.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/08/2018

Sur la semaine, le marché parisien abandonne un peu plus de 1% pour l'instant

Publié le 17/08/2018

Vicat cède 2,8% à 51,6 euros en cette fin de semaine sur la place parisienne...

Publié le 17/08/2018

Le Groupe CNIM avait annoncé, dans un communiqué daté du 10 août 2018, la conclusion d'un accord relatif à la cession, conjointement avec le fonds...

Publié le 17/08/2018

Les raisons de l'accès de faiblesse

Publié le 17/08/2018

Air France-KLM s’est enfin trouvé un patron. Sans surprise, il s’agit de Benjamin Smith (46 ans), l’actuel numéro deux d’Air Canada. Le dirigeant canadien prendra ses fonctions de directeur…