En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 269.92 PTS
-2.02 %
5 251.00
-2.19 %
SBF 120 PTS
4 172.22
-2.01 %
DAX PTS
11 364.17
-1.61 %
Dowjones PTS
25 502.32
-1.77 %
7 326.06
-2.23 %
1.130
-0.01 %

En Syrie, l'assaut antjihadistes ralenti à nouveau par les évacuations

| AFP | 251 | Aucun vote sur cette news
Des membres présumés du groupe Etat islamique fuient le dernier réduit de l'EI à Baghouz dans l'est de la Syrie, le 14 mars 2019
Des membres présumés du groupe Etat islamique fuient le dernier réduit de l'EI à Baghouz dans l'est de la Syrie, le 14 mars 2019 ( Delil souleiman / AFP )

L'assaut de forces arabo-kurdes contre l'ultime réduit en Syrie du groupe État islamique (EI) a été de nouveau ralenti jeudi par la fuite de centaines de rescapés du bout de terre où sont acculés les irréductibles de l'organisation jihadiste.

Ce qui reste du "califat" autoproclamé en 2014 sur les vastes territoires conquis à cheval entre l'Irak et la Syrie par l'organisation ultraradicale responsable d'atrocités n'est plus qu'un campement de tentes au bord de l'Euphrate, à Baghouz, aux confins orientaux de la Syrie, non loin de la frontière irakienne.

Fuyant la poche jihadiste bombardée depuis des semaines par les Forces démocratiques syriennes (FDS) soutenues par une coalition internationale menée par les Etats-Unis, femmes en niqab, estropiés et enfants pouilleux gravissent dans la douleur une falaise ocre les menant vers le reste du monde.

La sombre procession avance dans un silence seulement rompu par les pleurs des enfants et le crépitement intermittent des mitrailleuses, a constaté un correspondant de l'AFP. Des femmes toutes de noir vêtues ploient sous le poids de sacs à dos bourrés d'affaires. Parmi les hommes, les blessés sont nombreux. Il y a beaucoup d'étrangers.

A leur arrivée en haut de la falaise, ils seront interrogés et fouillés par les FDS qui détiendront les hommes soupçonnés d'appartenance à l'EI alors que les femmes et les enfants iront s'entasser dans des camps de déplacés surpeuplés plus au nord après de longs trajets en camions.

Selon un communiqué des FDS, "1.300 terroristes (combattants de l'EI) et leurs familles se sont rendus jeudi".

Bombardement de la coalition internationale emmenée par les Etats-Unis sur le dernier réduit à Baghouz (Syrie) du groupe Etat islamique, le 11 mars 2019
Bombardement de la coalition internationale emmenée par les Etats-Unis sur le dernier réduit à Baghouz (Syrie) du groupe Etat islamique, le 11 mars 2019 ( Delil SOULEIMAN / AFP )

Après la reprise de leur assaut dimanche contre la poche de l'EI dans un des méandres du fleuve Euphrate, les combattants kurdes et arabes ont ralenti leurs opérations jeudi pour permettre à ceux qui veulent se rendre de le faire, selon un commandant sur le front.

D'autres combattants ont affirmé que les conditions météorologiques n'aidaient pas alors qu'une tempête de sable frappe le secteur depuis mercredi. "Nous consolidons nos positions", a affirmé l'un d'eux.

En soirée, des tirs intermittents sont entendus.

Tunnels, tranchées

Des jusqu'au-boutistes de l'EI opposent encore une résistance aux FDS, a expliqué Jiaker Amed, porte-parole des Unités de protection du peuple (YPG) à Baghouz, la milice kurde qui domine les FDS.

"Ceux qui sont restés à l'intérieur sont surtout des kamikazes, et cela entrave notre avancée", a-t-il dit. "Ils utilisent des tactiques d'opération souterraines", se cachant dans des tunnels et des tranchées.

Une femme porte un enfant après avoir fui le dernier réduit du groupe Etat islamique (EI) à Baghouz, dans l'est de la Syrie, le 5 mars 2019
Une femme porte un enfant après avoir fui le dernier réduit du groupe Etat islamique (EI) à Baghouz, dans l'est de la Syrie, le 5 mars 2019 ( Delil SOULEIMAN / AFP/Archives )

Entre lundi et mercredi, quelque 3.000 jihadistes se sont rendus, selon un porte-parole des FDS Mustefa Bali.

D'après l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), 60.000 personnes sont sorties de la poche jihadiste depuis décembre. Une personne sur dix serait un jihadiste.

L'exode a provoqué une crise humanitaire dans les camps de déplacés plus au nord, tenus par les FDS, où femmes et enfants arrivent exténués après des semaines de siège.

Plus de 3.500 enfants étrangers originaires d'une trentaine de pays vivraient dans les camps de déplacés et plus de 2.000 ont moins de 5 ans, selon l'ONG Save The Children.

D'après l'ONG Comité international de secours (IRC), 120 personnes -principalement des enfants en bas âge- sont mortes en route ou peu après leur arrivée au camp d'Al-Hol, où la majorité des familles de jihadistes ont été transférées.

Ce camp est "surpeuplé, inhabitable et menace la vie et la dignité humaine, les gens sont forcés de dormir à même le sol alors qu'il pleut et que les températures sont basses", dénonce le Fond de l'ONU pour la population.

Plus de six milliards d'euros

Reprise de l'assaut sur la dernière poche de l'EI
Reprise de l'assaut sur la dernière poche de l'EI ( Laurence SAUBADU / AFP )

Après une montée en puissance fulgurante en 2014, l'EI avait proclamé un "califat" sur un territoire grand comme le Royaume-Uni, instaurant sa propre administration et collectant des impôts. Le groupe jihadiste avait ensuite lancé une campagne de propagande pour attirer les recrues étrangères.

Le dossier des jihadistes étrangers est un casse-tête pour les forces kurdes, qui réclament leur rapatriement, mais aussi pour les Occidentaux qui rechignent globalement à les reprendre.

La bataille contre l'EI est l'un des principaux fronts de la guerre en Syrie qui entame sa neuvième année le 15 mars. Le conflit a tué plus de 360.000 personnes et déplacé plusieurs millions d'autres.

Soutenu militairement par la Russie et l'Iran, Bachar al-Assad estime avoir sauvé son pouvoir en reprenant près des deux-tiers du territoire, mais il fait face à un pays morcelé et ravagé humainement et économiquement par la guerre.

Le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu (C) au milieu d'autres dirigeants internationaux lors d'une réunion sur la Syrie, le 14 mars 2019 à Bruxelles
Le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu (C) au milieu d'autres dirigeants internationaux lors d'une réunion sur la Syrie, le 14 mars 2019 à Bruxelles ( EMMANUEL DUNAND / AFP )

A Bruxelles, une conférence des donateurs pour la Syrie a permis d'engranger près de 7 milliards de dollars (6,1 milliards d'euros) pour venir en aide aux réfugiés, mais le déblocage des fonds pour la reconstruction a été conditionné à un processus de paix crédible sous les auspices de l'ONU.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 15 avril 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/03/2019

Elis a signé un accord portant sur l’acquisition de 100 % de l’activité Tapis de « Blesk InCare » en Russie. La finalisation de la transaction est soumise aux conditions réglementaires…

Publié le 22/03/2019

L'assemblée générale mixte des actionnaires d'Argan a approuvé la distribution d’un dividende 2018 de 1,35 euro par action, avec option pour le paiement du dividende en action (sur la totalité…

Publié le 22/03/2019

Au 31 décembre 2018, la trésorerie s'élevait à 3,5 ME

Publié le 22/03/2019

L’Assemblée Générale Mixte des actionnaires d’Elior Group a décidé de distribuer un dividende de 0,34 euro par action, au titre de l’exercice clos le 30 septembre 2018 et a offert aux…

Publié le 22/03/2019

L'Olympique Lyonnais confirme que des discussions exclusives ont été engagées avec l'ASVEL SASP, pour une prise de participation minoritaire au sein...