En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 875.93 PTS
+1.70 %
4 872.00
+1.68 %
SBF 120 PTS
3 888.85
+1.75 %
DAX PTS
11 205.54
+2.63 %
Dowjones PTS
24 706.35
+1.38 %
6 784.61
+0.98 %
1.136
+0.00 %

En Syrie, des déplacés dénués de tout vivent entassés sous-terre

| AFP | 346 | Aucun vote sur cette news
Cédra al-Hassan, une déplacée syrienne de Deir Ezzor, fait la vaisselle dans une bassine posée à même le sol dans une cave de la ville d'Al-Bab (nord de la Syrie), où elle habite aux côtés d'une dizaines d'autres déplacés, le 7 décembre 2018
Cédra al-Hassan, une déplacée syrienne de Deir Ezzor, fait la vaisselle dans une bassine posée à même le sol dans une cave de la ville d'Al-Bab (nord de la Syrie), où elle habite aux côtés d'une dizaines d'autres déplacés, le 7 décembre 2018 ( Nazeer AL-KHATIB / AFP )

Après avoir fait la vaisselle dans une bassine posée au sol, la jeune Cédra s'assoit par terre pour faire ses devoirs. Elle et son père aveugle font partie des déplacés dénués de tout qui vivent entassés dans un sous-sol dans le nord de la Syrie.

Dans la ville d'Al-Bab, contrôlée par des rebelles, près d'une quarantaine de familles venues de la province de Deir Ezzor (est) ont élu domicile dans une vaste cave humide, divisée par des murs de béton en 42 chambrettes sommairement aménagées et éclairées par des néons blafards.

"Une seule pièce nous servant de cuisine, de salle de bain et de chambre à coucher", résume Cédra al-Hassan, 11 ans, qui vit ainsi depuis un an.

Aux premières heures de la guerre qui ravage la Syrie depuis 2011, sa famille fuit les combats dans la ville de Deir Ezzor pour trouver refuge à Raqa, plus au nord, à l'été 2012.

Mais en 2014, la ville tombe aux mains du groupe jihadiste Etat islamique (EI). En novembre 2016, une force arabo-kurde lance une offensive pour reprendre Raqa qui durera un an. Entre temps, Cédra a perdu sa mère et son frère dans des bombardements et en 2017, elle fuit les combats avec son père.

Jetés une nouvelle fois sur les routes de l'exil, ils s'installent 180 km plus loin, à Al-Bab. Pour aider son père dans son quotidien, la jeune fille, qui accuse des années de retard scolaire, ne va pas à l'école. Elle assiste toutefois aux cours prodigués par un des déplacés.

"J'apprends l'alphabet, ça fait quelques jours seulement", dit Cédra, vêtue d'un sweat-shirt rouge et d'un voile couvrant ses cheveux.

Chaque jour, c'est la même routine: "Je fais le lit, je range la chambre et je prépare le petit-déjeuner de mon père". Après sa leçon, il lui faut préparer le déjeuner, avant de pouvoir aller jouer avec les autres enfants.

"Situation catastrophique"

Des enfants déplacés syriens  jouent dans le sous-sol qu'ils habitent dans la ville d'Al-Bab (nord de la Syrie), comme 40 familles ayant fui les combats dans l'est du pays en guerre, le 7 décembre 2018
Des enfants déplacés syriens jouent dans le sous-sol qu'ils habitent dans la ville d'Al-Bab (nord de la Syrie), comme 40 familles ayant fui les combats dans l'est du pays en guerre, le 7 décembre 2018 ( Nazeer AL-KHATIB / AFP )

Depuis mi-2017, le sous-sol de 1.000 mètres carrés est gratuitement mis à la disposition des déplacés par un habitant d'Al-Bab. Ses occupants vivent grâce aux dons des associations caritatives.

Dans un coin de la chambre de Cédra et de son père, Mohamed Ali al-Hassan, des couvertures sont empilées près d'un maigre matelas en mousse. Quelques ustensiles de cuisine sont disposés à même le sol.

"La vie dans le sous-sol est très difficile", reconnaît M. Hassan. A Deir Ezzor, il faisait vivre sa famille en vendant des légumes sur une charrette. Mais à Al-Bab, "on n'a rien à faire, pas d'argent", déplore le corpulent quinquagénaire aux cheveux grisonnants.

"L'idée était d'avoir un centre d'accueil le temps que les gens trouvent un logement", explique Abou Abdel Rahmane, un déplacé ayant pour mission de superviser les lieux.

Mais les familles "n'ont nulle part où aller", explique-t-il. A Al-Bab, "les loyers les plus bas sont de 100 dollars. Ceux qui restent sont ceux qui ne peuvent pas payer. Ici, tous les gens sont dans une situation catastrophique".

Mohamed Ali al-Hassan et sa fille Cédra, des déplacés syriens, sont installés dans leur chambre dans une cave de la ville d'Al-Bab (nord de la Syrie), où il vivent grâce à l'aide d'associations caritatives, le 7 décembre 2018
Mohamed Ali al-Hassan et sa fille Cédra, des déplacés syriens, sont installés dans leur chambre dans une cave de la ville d'Al-Bab (nord de la Syrie), où il vivent grâce à l'aide d'associations caritatives, le 7 décembre 2018 ( Nazeer AL-KHATIB / AFP )

Installés en territoire rebelle, certains des déplacés soutenant l'opposition craignent des représailles s'ils devaient rentrer dans leur ville tenue par le régime à Deir Ezzor, une province où règne encore l'insécurité et où les destructions de la guerre n'ont pas été effacées.

Veuve à 23 ans

Agenouillé devant une poignée d'élèves, bonnet enfoncé sur le crâne pour se protéger du froid, Abou Omar --qui préfère utiliser un pseudonyme-- écrit au tableau des lettres en arabe. Il prononce les mots à voix haute, que sa classe répète ensuite en choeur.

Après une frappe aérienne sur sa maison à Deir Ezzor, il a été amputé d'une main et les os de sa jambe gauche ont été brisés. Faute de pouvoir travailler, le trentenaire donne bénévolement des cours d'arabe et d'éducation coranique aux enfants du sous-sol.

"Je n'ai pas les moyens de louer un logement. Ici je ne paye pas de loyer et l'eau et l'électricité sont gratuites", explique-t-il.

Un enfant syrien devant le rideau qui fait office de porte d'entrée aux chambres de déplacés syriens qui ont trouvé refuge dans une cave dans la ville d'Al-Bab (nord syrien), le 7 décembre 2018
Un enfant syrien devant le rideau qui fait office de porte d'entrée aux chambres de déplacés syriens qui ont trouvé refuge dans une cave dans la ville d'Al-Bab (nord syrien), le 7 décembre 2018 ( Nazeer AL-KHATIB / AFP )

Père d'une fillette, il habite sous terre depuis huit mois et donne cours à quelque 13 élèves, un chiffre en baisse. "A cause des conditions de vie, les familles sont obligées d'interrompre les études des enfants et beaucoup d'entre eux doivent aller travailler".

Dans un couloir de la cave, les enfants jouent sous le linge qui sèche sur des étendoirs. Les entrées des chambres sont simplement barrées par des rideaux sombres. Derrière l'un d'eux, Oum Ghassak, assise devant un réchaud, prépare son déjeuner.

A 23 ans, elle est veuve. Son époux est décédé après avoir été blessé dans des bombardements. "On n'avait pas d'argent pour le soigner", lâche-t-elle sous son niqab noir. Aujourd'hui, sa fillette de quatre ans et elle se débrouillent comme elles peuvent. "Si personne ne nous aidait, on n'aurait rien à manger".

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Turbos Call, du levier à la hausse pour votre portefeuille
Lundi 28 janvier de 12h30 à 13h30

Les SCPI, un produit incontournable dans la conjoncture actuelle ?
Vendredi 1er février de 12h15 à 13h00

Protéger son portefeuille avec les Turbos Put
Lundi 11 février de 12h30 à 13h00

Tradez sur le CAC 40 avec du levier
Lundi 18 février de 12h15 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/01/2019

SOITECLe groupe dévoilera son chiffre d'affaires au troisième trimestre.source : AOF

Publié le 18/01/2019

A la suite du communiqué du 7 décembre 2018, MM. Philippe Houdouin, Silvère Baudouin, Christophe Sollet, Michel Picot, Éric Saiz, Dominique Roche, HIFIC ainsi que Financière Arbevel ont annoncé…

Publié le 18/01/2019

En 2018, Biosynex a réalisé un chiffre d'affaires de 31,2 millions d'euros, en hausse de 2,3%. La tendance est similaire à celle constatée au premier semestre avec notamment une forte dynamique de…

Publié le 18/01/2019

Iliad annonce la mise en oeuvre d'un partenariat stratégique avec la société Jaguar Network, fournisseur de service à destination des entreprises et des marchés publics, à travers une prise de…

Publié le 18/01/2019

                                Paris, le 18 janvier 2019    Alliance stratégique entre Iliad et Jaguar Network       Le Groupe Iliad annonce la mise en…