En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 867.78 PTS
-
4 870.00
-
SBF 120 PTS
3 882.89
-
DAX PTS
11 136.20
-
Dowjones PTS
24 706.35
+1.38 %
6 784.61
+0.00 %
1.136
-0.06 %

En Mongolie, Solongo la transgenre brise les tabous

| AFP | 339 | 1 par 1 internautes
Solongo Batsukh (deuxième à gauche), la médiatique reine de beauté transgenre au concours de Miss Univers Mongolie, à Oulan-Bator le 17 octobre 2018
Solongo Batsukh (deuxième à gauche), la médiatique reine de beauté transgenre au concours de Miss Univers Mongolie, à Oulan-Bator le 17 octobre 2018 ( BYAMBASUREN BYAMBA-OCHIR / AFP )

Elle affronte les températures glaciales de la Mongolie avec une fine robe noire sous un manteau rose pastel. Solongo Batsukh, médiatique reine de beauté transgenre, est coquette, par tous les temps et rien ne lui fera enfiler un anorak.

"Je n'aime pas avoir l'air d'un soufflé au fromage", dit la jeune femme de 25 ans sur le chemin du salon de coiffure qui l'emploie comme agent publicitaire, via des vidéos sur Facebook.

C'est avec ce franc-parler et cette confiance en elle que Solongo s'est lancée en octobre dans la première compétition organisée dans le pays pour sélectionner la candidate mongole au titre de Miss Univers, un concours qui se tenait lundi en Thaïlande.

Elle a échoué de peu mais sa présence aux épreuves de sélection est tout un symbole dans un pays encore très conservateur.

Si elle avait gagné, elle aurait concouru à Bangkok aux côtés de la représentante de l'Espagne, Angela Ponce, première candidate transgenre de l'histoire de la compétition.

"Je voulais inspirer le plus de femmes possibles", dit Solongo à l'AFP. "Je suis déjà fière d'avoir eu une chance de concourir. La 'Solongo' que j'ai créée a été la vraie gagnante dans mon coeur".

Mais sa participation, loin d'avoir plu à tout le monde, a suscité des réactions peu amènes.

"Le monde aurait une image négative de notre pays si un homme nous représentait alors qu'on a des milliers de vraies femmes magnifiques", peut-on lire sur la page Facebook de Miss Univers Mongolie.

Ne pas rester caché

Pas de quoi intimider Solongo, née Bilguun dans un corps de garçon, dans la province semi-aride de Dundgovi (centre).

Forte de sa notoriété de reine de beauté transgenre, Solongo Batsukh s'applique à casser les préjugés sur les réseaux sociaux ou à la télévision. Ici au concours de Miss Univers Mongolie, le 17 octobre 2018
Forte de sa notoriété de reine de beauté transgenre, Solongo Batsukh s'applique à casser les préjugés sur les réseaux sociaux ou à la télévision. Ici au concours de Miss Univers Mongolie, le 17 octobre 2018 ( BYAMBASUREN BYAMBA-OCHIR / AFP )

C'est en travaillant pour une association, La Jeunesse pour la Santé, qui fournit des conseils pour des rapports sexuels sans risque aux LGBT (Lesbiennes, Gays, Bisexuels et Transgenres), qu'elle réalise tardivement être une femme dans un corps d'homme. Elle se met alors à porter perruques et robes et entreprend un traitement hormonal.

Elle est l'une des rares personnes à se dire ouvertement transgenre dans un pays où 80% des LGBT préfèrent vivre cachés, selon une étude de l'ONU.

"Il est très difficile pour les transgenres de se faire embaucher", souligne Baldangombo Altangerel, un responsable du centre LGBT.

L'an dernier, une vidéo d'une jeune transgenre victime de violences a été diffusée, montrant ce que certaines personnes LGBT peuvent endurer.

Forte de sa notoriété, Solongo s'applique à casser les préjugés. Sur les réseaux sociaux ou à la télévision, elle explique qu'être transgenre ne relève pas de la maladie mentale et n'implique pas d'être prostituée ou strip-teaseuse.

Elle-même a son métier de maquilleuse, voyage beaucoup et est célèbre dans le pays de trois millions d'habitants depuis qu'en 2014 elle a fini dixième dans un concours de beauté transgenre en Thaïlande.

"Si l'on reste caché, la société continuera de nous détester. Elle ne nous connaît pas".

Solongo Batsukh est l'une des rares personnes à se dire ouvertement transgenre en Mongolie,  un pays où 80% des  LGBT préfèrent vivre cachés, selon une étude de l'ONU
Solongo Batsukh est l'une des rares personnes à se dire ouvertement transgenre en Mongolie, un pays où 80% des  LGBT préfèrent vivre cachés, selon une étude de l'ONU ( BYAMBASUREN BYAMBA-OCHIR / AFP )

Mais elle peut aussi se montrer sévère contre la communauté transgenre, selon elle trop prompte à se plaindre, pas assez à se mettre au travail.

"Au lieu de dire 'nous sommes des êtres humains comme les autres', nous devons faire nos preuves par nos actes. Montrons aux autres que nous gagnons notre vie comme tout le monde".

Source d'inspiration

Solongo, dont la page Facebook et ses plus de 120.000 "likes" témoigne de la popularité, va prochainement lancer une émission mettant en scène cinq femmes à la recherche d'une nouvelle image. Elle les aidera à perdre du poids, changer de coiffure ou de maquillage.

Sarangoo Sukhbaatar, 25 ans, est l'une de ces cinq femmes sélectionnées parmi 25 candidates. Elle est ravie de côtoyer Solongo: "Elle comprend vraiment ce que ressentent les femmes", explique-t-elle.

"Ses buts, sa patience m'inspirent", ajoute-t-elle. Et "si un homme peut être aussi beau qu'elle, les femmes peuvent être encore bien plus belles qu'elles ne le sont aujourd'hui".

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 1
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Turbos Call, du levier à la hausse pour votre portefeuille
Lundi 28 janvier de 12h30 à 13h30

Les SCPI, un produit incontournable dans la conjoncture actuelle ?
Vendredi 1er février de 12h15 à 13h00

Protéger son portefeuille avec les Turbos Put
Lundi 11 février de 12h30 à 13h00

Tradez sur le CAC 40 avec du levier
Lundi 18 février de 12h15 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/01/2019

Conformément à la réglementation applicable, DERICHEBOURG déclare avoir effectué les opérations d'achat d'actions suivantes dans les conditions de l'article 5 §2 du…

Publié le 21/01/2019

Au titre de son troisième trimestre 2018/2019, Oeneo affiche un chiffre d’affaires de 65,7 millions d’euros, en hausse de 15,6% (+12,8% à périmètre et taux de change constants). Une…

Publié le 21/01/2019

  CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE MUTUEL ALPES…

Publié le 21/01/2019

Soitec a réalisé son point d’activité au titre de son troisième trimestre 2018-2019 (clos fin décembre). Ainsi, le spécialiste des matériaux semi-conducteurs a dévoilé un chiffre d`affaires…

Publié le 21/01/2019

Le groupe Vicat annonce avoir conclu son accord d’acquisition avec les actionnaires de la société Ciplan (Cimento do Planalto), au Brésil. Dans ce contexte, Vicat détient désormais une…