En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 416.77 PTS
-0.56 %
5 421.00
-0.49 %
SBF 120 PTS
4 336.99
-0.50 %
DAX PTS
12 687.21
-0.62 %
Dowjones PTS
25 123.13
-0.30 %
7 380.82
-0.13 %
Nikkei PTS
22 764.68
-0.13 %

En Irak, faire appliquer la loi peut coûter cher

| AFP | 287 | Aucun vote sur cette news
En irak, les policiers sont pris en tenaille entre la loi et les coutumes tribales, ici un policier dans une rue de Bagdad, le 19 septembre 2017.
En irak, les policiers sont pris en tenaille entre la loi et les coutumes tribales, ici un policier dans une rue de Bagdad, le 19 septembre 2017. ( SABAH ARAR / AFP/Archives )

Mal en a pris au capitaine de police Ahmed lorsqu'il a arrêté un automobiliste pour possession illégale d'armes.

Menacé, il a dû fuir Bagdad avec sa famille pour se réfugier dans le sud. Car en Irak, les policiers et la loi ne font pas le poids face aux tribus, très influentes dans le pays.

Posté à un barrage, le policier a découvert dans une voiture un pistolet et arrêté, avec ses collègues, le conducteur. Peu de temps après, des hommes armés ont débarqué et obligé les policiers à le libérer.

"Nous n'avons pu garder que le pistolet", témoigne auprès de l'AFP cet officier, qui préfère taire son nom.

Quelques jours plus tard, il raconte avoir été menacé au téléphone. "Nous savons où tu vis, où est ta famille", lui a dit la personne au bout du fil en le sommant de rendre l'arme.

Avec d'autres officiers, il est parvenu à entrer en contact avec des représentants de la tribu de l'homme brièvement arrêté, qui lui ont présenté des documents, visiblement de complaisance, certifiant que le port d'armes était légal. Le capitaine Ahmed a dû rendre le pistolet et le dossier a été fermé.

En Irak, la coutume fait que de nombreuses affaires sont réglées entre tribus sans en référer à la justice.

Ce sont des conseils locaux et des représentants de familles qui jouent les médiateurs et décident de compensations, financières ou autres, que les deux parties négocient et acceptent.

- 'Je n'interviens plus'! -

Certains policiers irakiens choisissent de ne plus intervenir auprès des contrevenants par peur des réactions tribales, un policier à un carrefour le 19 septembre 2017 à Bagdad.
Certains policiers irakiens choisissent de ne plus intervenir auprès des contrevenants par peur des réactions tribales, un policier à un carrefour le 19 septembre 2017 à Bagdad. ( SABAH ARAR / AFP/Archives )

Le policier Ali, qui lui aussi refuse de donner son nom, a fait les frais de cette "loi". Il a dû payer près de 10.000 dollars et son capitaine de police presque autant pour mettre fin à un conflit né de leur volonté de faire appliquer la loi.

Lors d'une descente pour faire fermer des étals illégaux à Bagdad, Ali a été frappé par l'un des propriétaires. Il a répliqué par un coup de matraque. Trois semaines plus tard, son commissariat recevait un message d'une tribu disant en substance: officiers et policiers impliqués dans l'affaire doivent s'expliquer ou des jeunes de la tribu se chargent d'eux.

Ali a demandé l'aide de ses supérieurs, mais assure-t-il, ils ont refusé de s'impliquer dans une "affaire tribale".

Ali et son capitaine se sont donc présentés à "l'assemblée tribale" et ont mis la main à la poche.

Depuis il a fait un choix: "si je vois quelqu'un contrevenir à la loi, je n'interviens plus. Je ne veux plus avoir des problèmes".

En Irak, pays conservateur où l'origine et le nom jouent un rôle important dans tous les domaines -l'emploi, le mariage ou même la politique- "les coutumes tribales ont un réel impact sur la société", estime Hussein Allaoui, qui enseigne la sécurité nationale à l'Université al-Nahrain à Bagdad.

- 'Promesses des tribus'-

Jusqu'à la chute du dictateur Saddam Hussein en 2003 toutefois, la loi de l'Etat était au-dessus de celle des tribus. La situation a changé. "Depuis une dizaine d'années, aucune mesure n'a été prise" pour limiter "l'impact négatif" de ces coutumes, dit M. Allaoui.

En pleine impunité, "certains utilisent le nom de leur tribu pour entraver le travail des forces de sécurité", poursuit l'expert. Cela nuit même "aux investissements étrangers", avec des entrepreneurs frileux de s'engager dans un pays déjà classé parmi les plus corrompus.

Pour tenter d'inverser la tendance, une unité du ministère de l'Intérieur a été dédiée aux relations avec les tribus, note-t-il toutefois, pour faire en sorte que ces puissantes structures aident les forces de sécurité à faire respecter la loi.

Ce mois-ci, dans la ville sainte chiite de Najaf, les autorités ont organisé une conférence avec des dignitaires tribaux.

"Un protocole a été signé entre les tribus et les ministères de l'Intérieur et de la Justice", selon Abboud al-Issaoui, qui dirige la commission des tribus du Parlement. Le représentant du ministère de l'Intérieur y a rappelé que "quiconque s'en prend à un membre des forces de l'ordre encourt trois ans de prison".

Mais pour un commandant de police qui refuse de donner son nom, "ce ne sont que des promesses faites par quelques tribus. Sur le terrain, on ne voit pas la différence".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

SEMAINE TRICOLORE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 24 juillet 2018

CODE OFFRE : BLEUS18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : BLEUS18 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/07/2018

A l’occasion du salon aéronautique de Farnborough, près de Londres, Airbus annonce avoir engrangé 431 commandes d’avions et engagements. Le groupe aéronautique européen a recensé 93…

Publié le 19/07/2018

Les autorités européennes de la concurrence vont ouvrir une enquête approfondie sur l'offre de Thales sur le spécialiste de la sécurité numérique Gemalto, selon les informations de Reuters. La…

Publié le 19/07/2018

Avec 528 nouvelles commandes et engagements.

Publié le 19/07/2018

La CE entendrait ouvrir une enquête approfondie sur l'offre d'acquisition de Thales sur Gemalto pour 4,8 milliards d'euros

Publié le 19/07/2018

A l’occasion du salon aéronautique de Farnborough (jour 4), Airbus a fait part d’une commande additionnelle de 34 avions A330-900neo de la part de la compagnie aérienne malaisienne AirAsia. Au…