En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 112.11 PTS
+0.33 %
5 108.50
+0.28 %
SBF 120 PTS
4 087.20
+0.35 %
DAX PTS
11 653.66
+0.34 %
Dowjones PTS
25 250.55
-0.35 %
7 068.67
+0.00 %
1.159
+0.09 %

En Irak et Syrie, la coalition antijihadiste en pleine mue

| AFP | 368 | Aucun vote sur cette news
Des immeubles détruits à Mossoul, le 8 janvier 2018, en Irak
Des immeubles détruits à Mossoul, le 8 janvier 2018, en Irak ( AHMAD AL-RUBAYE / AFP/Archives )

Forte d'écrasantes victoires militaires contre le groupe Etat islamique (EI) en Irak et en Syrie, de Mossoul à Raqa, la coalition internationale menée par les Etats-Unis réduit la voilure sur le terrain et se concentre désormais sur des missions de "stabilisation" pour éviter toute réémergence.

Après trois ans d'efforts pour anéantir le "califat" de l'EI, la mission "va évoluer et passer d'une approche de saisie de territoire à une approche de stabilisation", indiquait récemment le secrétaire américain à la Défense Jim Mattis.

Objectif: parfaire la formation des services de sécurité irakiens qui doivent notamment déminer le nord du pays et aider à la création de services de sécurité professionnels dans l'est de la Syrie, afin d'éviter l'apparition de ce que M. Mattis appelle, en désignant l'EI par son acronyme anglais, un "ISIS 2.0".

Mise sur pied en octobre 2014 par les Etats-Unis alors que l'expansion territoriale de l'EI menaçait Bagdad, la coalition rassemblait 50 pays. Aujourd'hui, elle en compte 74, plus des organisations internationales comme Interpol et l'Otan.

Le secrétaire américain à la Défense James Mattis, le 28 novembre 2017 à Washington
Le secrétaire américain à la Défense James Mattis, le 28 novembre 2017 à Washington ( JIM WATSON / AFP/Archives )

Pendant trois ans, la coalition --Washington largement en tête-- a bombardé quotidiennement les zones contrôlées par l'EI, qui a perdu plus de 98% de son territoire, tandis que des commandos des forces spéciales américaines, mais aussi françaises, canadiennes ou britanniques, apportaient un soutien militaire et logistique à l'armée irakienne ou aux Forces démocratiques syriennes (FDS), une alliance de milices kurdes et de combattants arabes.

Ces victoires militaires ont amené plusieurs pays à alléger leur déploiement en Syrie et en Irak. Dès la fin novembre, les Etats-Unis, qui ont déployé 2.000 soldats en Syrie et plus de 5.000 en Irak, annonçaient le retrait de 400 marines de Syrie. Dans le même temps, Washington envoyait 3.000 soldats en renfort en Afghanistan, ou le conflit est entré dans la 17e année.

Bombardements de la coalition internationale menée par les Etats-Unis, le 9 juillet 2017 sur des positions de l'EI à Mossoul, en Irak
Bombardements de la coalition internationale menée par les Etats-Unis, le 9 juillet 2017 sur des positions de l'EI à Mossoul, en Irak ( AHMAD AL-RUBAYE / AFP/Archives )

L'Australie a annoncé en décembre la fin de sa campagne de frappes aériennes et le rappel des six avions de combat F/A-18 Hornet qui participaient depuis trois ans à ces missions.

D'après le Times, la Grande-Bretagne, qui a également entamé une réduction de son dispositif au Levant, pourrait redéployer certains de ses drones et hélicoptères au Sahel, en soutien des opérations antijihadistes françaises.

La France, elle, a récemment retiré deux de ses douze avions de chasse Rafale stationnés dans la région, et s'apprête à retirer prochainement son artillerie déployée en Irak, indique-t-on de source militaire.

- Renseignement et formation -

Toutefois, Washington comme Paris et d'autres promettent de poursuivre leurs efforts pour limiter les possibilités de réorganisation de l'EI, via du renseignement, de la surveillance et la formation des forces de sécurité locales.

"Idéalement, on aura plusieurs partenaires assumant divers aspects de la mission de stabilisation en fonction de leurs compétences", explique Nicholas Heras, du Center for a New American Security, citant notamment l'Italie, qui aide les FDS à former une gendarmerie à Raqa sur le modèle de ses "carabinieri".

De leur côté, les Etats-Unis "apportent un bouclier aux partenaires de la coalition" avec leurs importants moyens militaires, ajoute-t-il.

Car même défait territorialement, l'EI demeure aussi une menace majeure à travers ses réseaux dormants et regagnera du terrain si le processus de paix échoue, avertissent les services de sécurité occidentaux.

"Les conditions d'un retour de Daesh (acronyme de l'EI en arabe) sont toujours là, et ce n'est que grâce à la coalition et aux efforts de la communauté internationale que sa défaite peut devenir permanente", a noté le général américain Paul Funk, le commandant de la coalition, dans son message du Nouvel An.

"On se rappelle les années 2000 où les Américains ont combattu Al Qaïda, qui s'est ensuite transformé en Daech. On se méfie énormément de ce en quoi Daech pourrait muter, si l'attention n'est pas soutenue", renchérit une source gouvernementale française.

Signe que Washington partage ces inquiétudes, le Pentagone a fait savoir le mois dernier que les Etats-Unis maintiendraient une présence militaire en Syrie "aussi longtemps que nécessaire".

Une fois les efforts de stabilisation achevés, la prochaine étape pour la coalition sera la reconstruction de la Syrie, un processus que les Etats-Unis conditionnent aux pourparlers de paix sous l'égide de l'ONU à Genève et au départ du président syrien Bachar al-Assad.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Trader sur le CAC40 avec du levier
Lundi 5 novembre de 12h30 à 13h00

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/10/2018

Crédit Agricole Assurances annonce la signature d'un accord avec Seguradoras Unidas, pour l'acquisition d'une participation de 25 % dans GNB Seguros. Après la clôture de…

Publié le 16/10/2018

Une nouvelle étape vers un lien ferroviaire direct à grande vitesse entre Londres et Bordeaux a été franchie mercredi 10 octobre 2018 avec l’accord conclu entre quatre gestionnaires…

Publié le 16/10/2018

Ce dernier injectera 10,5 ME de capital dans la société guyanaise

Publié le 16/10/2018

Résultats positifs dans le traitement de la maladie de Charcot-Marie-Tooth de type 1A (CMT1A)

Publié le 16/10/2018

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Klépierre tient son Investor Day aux Pays-Bas Paris, 16 octobre 2018 Klépierre, leader pan-européen des centres commerciaux, organise aujourd'hui…