5 399.45 PTS
-
5 385.5
-
SBF 120 PTS
4 304.48
-
DAX PTS
13 125.64
-0.44 %
Dowjones PTS
24 585.43
+0.33 %
6 394.67
+0.17 %
Nikkei PTS
22 761.95
+0.02 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

En Inde, après la Partition de 1947, des sites historiques transformés en camps de réfugiés

| AFP | 139 | Aucun vote sur cette news
Photographie fournie par les autorités indiennes, montrant des cabanes construites pour des familles réfugiées près du Lothian Bridge à New Delhi, au moment de la partition de l'Inde, le 19 septembre 1950
Photographie fournie par les autorités indiennes, montrant des cabanes construites pour des familles réfugiées près du Lothian Bridge à New Delhi, au moment de la partition de l'Inde, le 19 septembre 1950 ( Handout / AFP/Archives )

La Partition de l'Inde, il y a tout juste 70 ans, a entraîné une des plus grandes migrations de l'Histoire moderne, avec des habitants trouvant refuge dans d'anciens mausolées ou forts, transformés en camps de réfugiés.

Au total, ce sont plus de 15 millions de personnes qui ont été forcées à l'exode à la suite de l'indépendance de l'Inde, jusqu'alors colonie britannique, en 1947: les musulmans émigrant vers ce qui allait s'appeler Pakistan, les Hindous et les Sikhs prenant la direction inverse.

Au moins un million ont perdu la vie au cours de ces migrations, les autres se retrouvant dans des camps insalubres, dans des villes surpeuplées, confrontées aux pénuries, pillages et violences.

Photographie fournie par les autorités indiennes, montrant un campement érigé derrière les murs du tombeau de Humayun, à New Delhi, pour des réfugiés musulmans au moment de la partition de l'Inde en 1947/1948, et le même site, le 13 juin 2017
Photographie fournie par les autorités indiennes, montrant un campement érigé derrière les murs du tombeau de Humayun, à New Delhi, pour des réfugiés musulmans au moment de la partition de l'Inde en 1947/1948, et le même site, le 13 juin 2017 ( Prakash SINGH, Handout / AFP/Archives )

A New Delhi, des dizaines de milliers de musulmans avaient trouvé refuge derrière les murs du site du tombeau de Humayun, datant du XVIème siècle, dans l'attente d'un moyen de fuir vers le Pakistan.

Des tentes avaient été érigées dans les beaux jardins entourant le spectaculaire mausolée, inspiré du Taj Mahal. Les fontaines s'étaient retrouvées, faute de toilettes, "si pleines d'excréments humains qu'elles avaient dû être comblées de sable", écrit l'historienne Yasmin Khan dans son livre "La Grande partition".

New Delhi s'est rapidement retrouvée avec près d'une tiers de sa population constituée de réfugiés, arrivant de tout le pays, à pied, par train ou en charrette tirée par des chevaux.

Le fort de Purana Qila s'est transformé en un des plus grands camps de tentes érigés par ces réfugiés.

Photographie fournie par les autorités indiennes, montrant un campement érigé derrière les murs du tombeau de Humayun, à New Delhi, pour des réfugiés musulmans au moment de la partition de l'Inde en 1947/1948, et le même site, le 13 juin 2017
Photographie fournie par les autorités indiennes, montrant un campement érigé derrière les murs du tombeau de Humayun, à New Delhi, pour des réfugiés musulmans au moment de la partition de l'Inde en 1947/1948, et le même site, le 13 juin 2017 ( Prakash SINGH, Handout / AFP/Archives )

Le prestigieux Khalsa College s'est quant à lui retrouvé envahi par la communauté sikh.

Les images de ces camps de réfugiés sont aujourd'hui conservées aux Archives de la Partition de 1947.

Et un nouveau musée, à Amritsar, dans le nord de l'Inde, a entrepris de digitaliser les archives de cette période.

Mais à New Delhi, aucun mémorial ou plaque dans ces lieux ne rappelle cette page sombre de l'Histoire du pays, dont le 70ème anniversaire est célébré mardi.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 13/12/2017

Question de culture d'entreprise. L'offre ne répond pas aux intérêts de la société, ses métiers, ses employés, ses actionnaires et autres parties prenantes...

Publié le 13/12/2017

"Nous avons désormais les moyens financiers nécessaires à la poursuite de notre plan stratégique"...

Publié le 13/12/2017

Stef se situe à la 3e place des entreprises ayant le pourcentage d'actionnariat salarié le plus élevé...

Publié le 13/12/2017

Le Groupe maintient son objectif de génération de free cash-flows positifs et récurrents à la clôture de mars 2019...

Publié le 13/12/2017

A l'occasion du 30e anniversaire du premier film Predator, Tom Clancy's Ghost Recon Wildlands intègre aussi du contenu exclusif...

CONTENUS SPONSORISÉS