En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 552.34 PTS
+0.03 %
5 543.00
-0.12 %
SBF 120 PTS
4 380.30
+0.15 %
DAX PTS
12 260.07
+0.26 %
Dowjones PTS
27 154.20
-0.25 %
7 834.90
-0.88 %
1.122
+0.00 %

Xi Jinping accueilli chaleureusement en Corée du Nord

| AFP | 638 | 4.80 par 5 internautes
Deux hommes tenant l'un un drapeau nord-coréen et l'autre un drapeau chinois sont assis près de la place Kim Il Sung, à Pyongyang le 20 juin 2019
Deux hommes tenant l'un un drapeau nord-coréen et l'autre un drapeau chinois sont assis près de la place Kim Il Sung, à Pyongyang le 20 juin 2019 ( Ed JONES / AFP )

Xi Jinping a eu droit jeudi à un accueil chaleureux en Corée du Nord pour la première visite d'un président chinois dans ce pays depuis 14 ans, au moment où les deux voisins communistes se heurtent, pour des raisons différentes, aux pressions de Donald Trump.

"Plusieurs centaines de milliers de personnes" ont accueilli Xi Jinping dans les rues de Pyongyang, selon la télévision chinoise CCTV, qui a montré le dirigeant chinois et son homologue Kim Jong Un traversant la capitale debout dans une limousine décapotable, sous les vivats de la foule.

Les deux hommes ont posé devant les drapeaux des deux Etats avant de s'entretenir autour d'une table accompagnés de leurs délégations, avec en point de mire le programme nucléaire nord-coréen, qui vaut au régime stalinien d'être mis au ban des nations.

Pékin, qui applique les sanctions internationales, reste cependant le seul allié important de Pyongyang.

Xi Jinping a assuré son hôte qu'il se félicitait "des efforts" de la Corée du Nord pour "maintenir la paix et la stabilité dans la péninsule coréenne et promouvoir sa dénucléarisation", selon des propos rapportés par CCTV.

La tension entre le pays et le reste du monde s'est considérablement réduite l'an dernier après avoir atteint des sommets au cours des années précédentes à la suite des essais nucléaires et des tirs de missiles pratiqués par le régime de Pyongyang.

La détente avait été symbolisée en 2018 par l'historique sommet de Singapour entre M. Kim et le président américain Donald Trump.

Mais un deuxième sommet Trump-Kim en février dernier à Hanoï n'a rien donné, Américains et Nord-Coréens restant bloqués sur la question de la dénucléarisation coréenne. Washington exige qu'elle intervienne avant la levée des sanctions internationales, ce que Pyongyang refuse.

Kim Jong Un a déclaré jeudi à son hôte chinois que son pays avait pris "beaucoup de mesures positives" l'an dernier afin de réduire la tension mais n'avait pas "obtenu de réponses positives de la part des parties concernées", selon le compte rendu de la télévision chinoise.

Son déplacement à Pyongyang est pour le président Xi une façon d'afficher son entente avec la dynastie des Kim alors qu'il doit lui-même retrouver Donald Trump la semaine prochaine au Japon pour discuter de la guerre commerciale entre les deux géants du Pacifique.

Le leader nord-coréen Kim Jong Un (à gauche) serre la main du président chinois Xi Jinping (à droite) lors de la précédente rencontre entre les deux hommes, le 8 janvier 2019 à Pékin
Le leader nord-coréen Kim Jong Un (à gauche) serre la main du président chinois Xi Jinping (à droite) lors de la précédente rencontre entre les deux hommes, le 8 janvier 2019 à Pékin ( KCNA VIA KNS / KCNA VIA KNS/AFP/Archives )

Alors que le président américain promet un développement économique fabuleux à la Corée du Nord si elle accepte de renoncer à son programme nucléaire, son homologue chinois entend bien rappeler le rôle incontournable de son pays, qui absorbe 90% du commerce de Pyongyang.

'Influencer Kim'

La dernière visite d'un président chinois remontait à 2005. Mais aiguillonnés par le rapprochement entre les Etats-Unis et la Corée du Nord, les dirigeants chinois se sont empressés de se réconcilier à leur tour avec Pyongyang: Kim Jong Un s'est rendu à quatre reprises en Chine l'an dernier pour s'entretenir avec M. Xi.

Des élèves passent devant un drapeau chinois sur la place Kim Il Sung, à Pyongyang le 20 juin 2019
Des élèves passent devant un drapeau chinois sur la place Kim Il Sung, à Pyongyang le 20 juin 2019 ( Ed JONES / AFP )

"Xi veut que tout le monde reste parfaitement conscient qu'il peut influencer Kim et qu'aucun accord global et durable avec la Corée du Nord ne peut être conclu sans l'aide et l'approbation de la Chine", estime Scott Seaman, analyste du groupe de réflexion américain Eurasia Group.

Un homme tenant un bouquet de fleurs passe devant les portraits des dirigeants nord-coréens défunts Kim Il Sung et Kim Jong Il, sur la place Kim Il Sung alors que le président chinois Xi Jinping est en visite dans le pays, à Pyongyang, le 20 juin 2019
Un homme tenant un bouquet de fleurs passe devant les portraits des dirigeants nord-coréens défunts Kim Il Sung et Kim Jong Il, sur la place Kim Il Sung alors que le président chinois Xi Jinping est en visite dans le pays, à Pyongyang, le 20 juin 2019 ( Ed JONES / AFP )

Yongwook Ryu, spécialiste des relations internationales à l'Université nationale de Singapour, estime que faire pression sur Pyongyang pour l'encourager à dénucléariser serait du point de vue de Pékin "une carotte" tendue à Donald Trump.

"Xi Jinping pourrait ainsi peut-être obtenir des concessions" de la part du président américain sur le plan commercial, suppose l'analyste.

La visite est, de fait, très suivie par les Etats-Unis.

Sommet Kim-Xi
Sommet Kim-Xi ( Janis LATVELS / AFP )

"Nous espérons vivement que le président Xi continuera à envoyer des messages constructifs et adéquats au cours de ses entretiens" à Pyongyang, a déclaré Stephen Biegun, le représentant spécial américain pour la Corée du Nord.

Fidèle à sa réputation d'opacité, le régime nord-coréen n'a pas laissé la presse étrangère couvrir la visite de Xi Jinping. Il a donc fallu attendre plus de sept heures pour découvrir à la télévision chinoise les premières images de l'arrivée de M. Xi à l'aéroport de Pyongyang.

L'agence de presse Chine nouvelle a précisé que pas moins de 10.000 personnes y avaient accueilli M. Xi. Le président chinois a eu droit à 21 coups de canon, avant de passer les troupes en revue en compagnie de son hôte habillé en costume Mao sombre.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
5 avis
Note moyenne : 4.80
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/07/2019

Le chiffre d'affaires de Nanobiotix au titre du second trimestre 2019 est de 31,9 KE...

Publié le 19/07/2019

Derichebourg a signé un contrat de prêt de 130 millions d’euros avec la Banque européenne d’investissement, destiné à contribuer au financement à long terme d’un programme pluriannuel…

Publié le 19/07/2019

Le chiffre d’affaires de Nanobiotix au titre du second trimestre 2019 est de 31 900 euros contre 77 300 un an plus tôt. Il provient de la refacturation des frais partagés liés à l’organisation…

Publié le 19/07/2019

Les investissements de ce programme pluriannuel concerneront principalement l'amélioration des taux de valorisation des matières traitées

Publié le 19/07/2019

Le mnémonique deviendra ALUNT