En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 506.85 PTS
+1.44 %
4 515.00
+1.65 %
SBF 120 PTS
3 557.79
+1.67 %
DAX PTS
10 564.74
+2.24 %
Dow Jones PTS
23 923.62
+2.09 %
8 255.91
+0.32 %

En Chine, l'amertume des habitants confinés par le coronavirus

| AFP | 732 | Aucun vote sur cette news
Une artère de Wuhan dans la province de Hubei dans le centre de la Chine le 8 mars 2020
Une artère de Wuhan dans la province de Hubei dans le centre de la Chine le 8 mars 2020 ( NOEL CELIS / AFP )

Après plus de 40 jours de confinement au Hubei, épicentre de l'épidémie de Covid-19 en Chine, de nombreux habitants de la province réclament une levée de la quarantaine au moment où plusieurs villes n'enregistrent aucune nouvelle contamination.

Tang Wushan, ouvrier, fait partie de ceux-là. Tétanisé par le nouveau coronavirus, il n'a pas mis les pieds hors de sa maison de Xiangyang depuis la mise en place d'un vaste cordon sanitaire fin janvier.

La ville est située à quelque 260 kilomètres de Wuhan, la capitale régionale du Hubei, vaste région où plus de 50 millions de personnes sont placées en quarantaine.

"Ça fait trop longtemps" sans sortir, soupire le trentenaire joint par téléphone et qui se dit aujourd'hui "proche d'une dépression".

Des employés distribuent des stocks de nourriture le 5 mars 2020 dans la ville de Wuhan
Des employés distribuent des stocks de nourriture le 5 mars 2020 dans la ville de Wuhan ( STR / AFP )

Les gens ne peuvent sortir de la commune où ils se trouvent. Et en sens inverse, nul ne peut entrer dans la province, sauf avec une autorisation spéciale.

Le Hubei représente toujours la quasi-totalité des nouveaux cas journaliers d'infections et de décès en Chine (27 dimanche, tous à Wuhan). Mais leur nombre baisse depuis plusieurs semaines, tandis que la maladie gagne du terrain ailleurs dans le monde.

Xiangyang, en revanche, n'a pas enregistré de nouveaux cas depuis 12 jours consécutifs. La ville de Xianning, entourée de plaines et de forêts au sud de la province, en totalise 15.

"A certains endroits, il n'y a pas eu d'infections depuis le début de l'épidémie. Je pense que ces zones pourraient rouvrir progressivement", fait valoir M. Tang. Et il n'est pas le seul.

"Comme une tumeur"

A Wuhan, en quarantaine depuis fin janvier, on désinfecte les bâtiments collectifs, comme cette église, le 6 mars 2020
A Wuhan, en quarantaine depuis fin janvier, on désinfecte les bâtiments collectifs, comme cette église, le 6 mars 2020 ( STR / AFP/Archives )

Depuis le week-end dernier, le mot-dièse "Quand le Hubei sera rouvert" a été lu plus de 100 millions de fois sur le réseau social Weibo, l'équivalent en Chine de Twitter.

"Ne peut-on pas inspecter la province et autoriser les gens à sortir par lots?", peste un internaute.

Depuis le début de l'épidémie, la maladie a fait plus de 3.000 morts dans le pays et contaminé plus de 80.000 personnes, la grande majorité à Wuhan où le virus est apparu en décembre sur un marché aux animaux sauvages.

95 pays et territoires ont à leur tour été contaminés. Et l'Italie, pays d'Europe le plus durement touché, a verrouillé dimanche une vaste zone de plus de 15 millions d'habitants comprenant Milan, la capitale économique.

Dans le Hubei, un utilisateur de Weibo réclame aux autorités un peu de clémence.

"A Wuhan, la situation est grave mais pourquoi traiter toute la province comme une tumeur?", se lamente-t-il.

Jiang, une jeune femme de 23 ans qui n'a pas souhaité donner son nom complet à l'AFP, assure continuer à payer chaque mois le loyer d'un logement à Shenzhen, près de Hong Kong, dans lequel elle ne peut pas remettre les pieds du fait de la quarantaine.

Un des hôpitaux temporaires mis en place d'urgence à Wuhan pour traiter et isoler les malades du coronavirus, le 5 mars 2020
Un des hôpitaux temporaires mis en place d'urgence à Wuhan pour traiter et isoler les malades du coronavirus, le 5 mars 2020 ( STR / AFP/Archives )

"Mais je dois continuer à payer", explique-t-elle.

Mme Jiang est coincée depuis le Nouvel an lunaire (qui tombait le 25 janvier cette année) à Enshi, à 550 kilomètres à l'ouest de Wuhan.

"Mon chat est toujours dans mon logement et je ne lui ai laissé que deux semaines de nourriture", se désole-t-elle.

"Des choses extrêmes"

Autre situation des plus dramatiques, celle décrite par une internaute: aucun hôpital près de Wuhan n'était en mesure d'accueillir sa grand-mère gravement malade.

"Hormis les patients atteints du coronavirus, la vie des autres n'a-t-elle pas de valeur?", s'interroge-t-elle.

Des membres de l'équipe médicale disent au revoir, le 1er mars 2020, à une patiente guérie du coronavirus, dans l'un des hôpitaux provisoires de Wuhan installés pour faire face à l'épidémie
Des membres de l'équipe médicale disent au revoir, le 1er mars 2020, à une patiente guérie du coronavirus, dans l'un des hôpitaux provisoires de Wuhan installés pour faire face à l'épidémie ( STR / AFP )

Une jeune femme d'une vingtaine d'années, qui préfère taire son nom, affirme à l'AFP que les produits de première nécessité se font rares à Xiangyang par manque de livraison. Et sa famille ne survit que grâce aux légumes qu'elle cultive elle-même.

A l'inquiétude d'une pénurie alimentaire s'ajoute celle de sa situation professionnelle. Faute de pouvoir quitter la province pour retrouver son travail, le patron ne paye plus la jeune femme depuis la mise en quarantaine fin janvier. Mais ses factures s'accumulent...

Si la situation persiste, des gens pourraient en venir à "faire des choses extrêmes", prévient-elle.

Vendredi, un haut responsable chinois a laissé entendre que la province du Hubei pourrait bientôt être rouverte.

"Le jour que tout le monde attend ne devrait plus être si loin que ça", a-t-il affirmé lors d'une conférence de presse.

 ■

Copyright © 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 09/04/2020

ADOCIALa biotech publiera son chiffre d'affaires du premier trimestreAIRBUSAfin de préserver ses liquidités dans un contexte de crise du Covid-19, easyJet s'est entendu avec Airbus pour obtenir le…

Publié le 09/04/2020

Oncodesign a publié un résultat net consolidé 2019 de 1,62 million d'euros, après une perte de 3,15 millions en 2018. Le groupe retrouve ainsi l'équilibre financier un an avant son objectif. Les…

Publié le 09/04/2020

PSB Industries a réalisé sur le premier trimestre un chiffre d'affaires de 63,3 ME, en retrait de 11,2% à taux de change et périmètre constants...

Publié le 09/04/2020

Implanet, société de technologies médicales spécialisée dans les implants vertébraux et les implants de chirurgies du genou, informe ses actionnaires...

Publié le 09/04/2020

Le conseil d’administration de Bolloré SE s’est réuni le 8 avril 2020 et a notamment décidé que les assemblées générales ordinaire et extraordinaire des actionnaires de la société,…