En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 855.48 PTS
+0.13 %
5 852.5
+0.09 %
SBF 120 PTS
4 606.64
+0.03 %
DAX PTS
13 123.76
+0.41 %
Dow Jones PTS
27 881.72
-0.1 %
8 354.29
+0. %
1.108
-0.11 %

En appel, toujours pas de condamnation requise contre Barbarin

| AFP | 143 | 5 par 1 internautes
Le cardinal Barbarin arrive au tribunal pour le 2e jour de son procès en appel, le 29 novembre  à Lyon
Le cardinal Barbarin arrive au tribunal pour le 2e jour de son procès en appel, le 29 novembre à Lyon ( JEFF PACHOUD / AFP )

L'avocat général Joël Sollier n'a pas requis de condamnation vendredi contre le cardinal Philippe Barbarin, qui conteste en appel sa condamnation à six mois de prison avec sursis pour ne pas avoir dénoncé les abus sexuels d'un prêtre du diocèse.

Le représentant du ministère public s'est ainsi de nouveau inscrit dans la continuité de la position adoptée par le parquet jusque-là dans cette affaire. Lors du procès en première instance en mars dernier, la représentante du ministère public n'avait déjà pas requis de condamnation contre le prélat.

Appelant le tribunal à une "décision raisonnée et sereine", Joël Sollier a estimé que la justice ne pouvait "faire du symbolique son principe d'action, ni son but ultime". Elle doit distinguer le "cas individuel" de l'archevêque de Lyon des "fautes" commises par l'Eglise face à la pédophilie de certains de ses prêtres, a-t-il ajouté.

Le 7 mars, le tribunal correctionnel avait condamné le prélat à six mois de prison avec sursis à l'issue du procès en première instance. La vice-procureure Charlotte Trabut n'avait alors pas requis de condamnation.

Dans cette affaire, le parquet de Lyon avait ouvert, en février 2016, une enquête pour non-dénonciation d'agressions sexuelles sur mineurs visant l'archevêque et d'autres membres du diocèse, mis en cause par des victimes du père Bernard Preynat. Défroqué en juillet, celui-ci doit être jugé au pénal en janvier.

L'enquête avait été classée sans suite le 1er août 2016 par le procureur de la République. Les plaignants avaient alors lancé une procédure de citation directe pour faire comparaître l'archevêque et cinq autres prévenus devant le tribunal.

Seul le cardinal Barbarin avait été condamné.

Les juges l'avaient déclaré coupable par deux fois: en 2010, quand Preynat lui avait avoué ses agissements et qu'il n'avait rien dit, ce silence-là tombant sous le coup de la prescription dont le délai est de trois ans.

Puis en 2014, quand une victime du prêtre, Alexandre Hezez, l'avait informé des agressions et que le cardinal n'avait pas prévenu la justice, par souci de "préserver l'institution à laquelle il appartient", avait jugé le tribunal en le condamnant.

Mais selon l'avocat général, "il est difficile d'estimer que le cardinal Barbarin avait la volonté ou la conscience d'entraver la justice" ; en l'absence de cet élément intentionnel, il considère que l'infraction n'est pas établie à cette époque et qu'elle est prescrite pour tout ce qui précède.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 décembre 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 11/12/2019

Rallye poursuit sa remontée...

Publié le 11/12/2019

Suspendu depuis le 5 décembre, Oeneo bondit de 13% à 13,66 euros pour dépasser le prix de l'offre amicale formulée par Rémy Cointreau. Andromède (une société contrôlée par la famille…

Publié le 11/12/2019

Par courrier reçu le 10 décembre 2019 par l'AMF, la société anonyme Sycomore Asset Management, agissant pour le compte de fonds dont elle assure la...

Publié le 11/12/2019

Catana, en pleine santé, reste pragmatique. Pour répondre à la forte demande des clients pour ses catamarans, le groupe français a finalement préféré acquérir un chantier naval en Tunisien…

Publié le 11/12/2019

Transgene et BioInvent International AB, société de biotechnologie dédiée à la découverte et au développement d'anticorps immunomodulateurs innovants...