En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 378.98 PTS
-0.12 %
5 317.0
-0.30 %
SBF 120 PTS
4 247.11
-0.12 %
DAX PTS
12 168.74
+0.21 %
Dowjones PTS
25 776.61
-0.39 %
7 420.66
-0.41 %
1.115
+0.02 %

En Afrique du Sud, toute une nation derrière Semenya en guerre contre une réglementation "sexiste"

| AFP | 132 | Aucun vote sur cette news
La double championne olympique du 800 m Caster Semenya après sa victoire sur 1500 m aux Championnats d'Afrique du Sud, le 26 avril 2019 à Germiston
La double championne olympique du 800 m Caster Semenya après sa victoire sur 1500 m aux Championnats d'Afrique du Sud, le 26 avril 2019 à Germiston ( STRINGER / AFP/Archives )

Des députés vêtus de noir, l'appui du président, une campagne officielle de soutien: toute l'Afrique du Sud s'est mobilisée derrière Caster Semenya dans sa guerre contre les règles "discriminatoires" de la Fédération internationale d'athlétisme (IAAF).

Le dénouement de ce dossier est attendu mercredi. Le Tribunal arbitral du sport (TAS) doit valider ou non le nouveau règlement imposé par l'IAAF aux femmes qui, comme la championne olympique, produisent naturellement trop de testostérone.

Si c'est le cas, les athlètes concernées devront faire baisser avec des médicaments leur taux de testostérone pour pouvoir participer aux épreuves internationales de demi-fond du 400 m au mile (1609 m).

Depuis le début de cette affaire, l'Afrique du Sud a fait bloc derrière "Caster", la "lueur d'espoir" de toute une nation comme l'a surnommée le président Ramaphosa.

Depuis plusieurs saisons, la jeune femme de 28 ans accumule les récompenses: triple championne du monde (2009, 2011, 2017) et double championne olympique du 800 m (2012, 2016).

"Tu cours seule sur la piste, mais sache que tu cours avec 57 millions de personnes et même plus", a déclaré le chef de l'Etat en février au début de la bataille judiciaire.

La ministre sud-africaine des Sports Tokozile Xasa a fait le déplacement en février à Lausanne, siège du TAS, pour défendre l'athlète et dénoncer "les atteintes portées aux corps de femmes".

"Ce règlement semble viser spécifiquement Caster Semenya", puisque seules quelques épreuves sont concernées par cette nouvelle réglementation, a souligné la ministre.

L'athlète sud-africaine Caster Semenya arrive au siège du TAS à Lausanne, le 18 février 2019
L'athlète sud-africaine Caster Semenya arrive au siège du TAS à Lausanne, le 18 février 2019 ( Harold CUNNINGHAM / AFP/Archives )

Pour l'occasion, Tokozile Xasa avait enfilé un polo sombre floqué de la mention "Nous nous opposons aux règles de l'IAAF".

Les députés sud-africains, toutes étiquettes politiques confondues, ont fait de même. Lors d'un débat consacré à l'affaire Semenya, ils ont siégé avec des tee-shirts "On dit NON à la stigmatisation des femmes dans le sport" et "Nous nous opposons à la haine feutrée".

"Ce qui se passe contre Caster est la pire forme de racisme", a estimé le député Nhlanhlakayise Khubisa, du Parti national pour la liberté (NFP).

'Une inspiration'

"Ces idées préconçues sur l'apparence du corps de la femme et sur ses performances sont profondément sexistes", a jugé de son côté la ministre des Femmes, Bathabile Dlamini.

Caster Semenya, qui a dû affronter de nombreuses questions sur sa féminité depuis son premier titre mondial en 2009, assure que ce nouveau règlement est destiné à la "ralentir", elle qui est "incontestablement une femme".

Quelques jours avant le verdict du TAS, l'athlète a remporté le titre de championne d'Afrique du Sud du 5.000 m, une distance à laquelle elle ne s'attaquait que pour la deuxième fois de sa carrière. Elle s'est aussi imposée sur 1.500 m.

Sur la piste de Germiston, dans l'est de Johannesburg, où se tenaient les championnats, les sportifs interrogés par l'AFP se sont unanimement rangés derrière Caster Semenya.

"Elle est une grande source d'inspiration pour nous", a témoigné Liezel Tron, athlète de 17 ans. "Laissez la tranquille. Elle est ainsi faite, ce n'est pas sa faute", a-t-elle ajouté.

"Ce qu'on lui fait subir est injuste (...) Comment est-il possible qu'aujourd'hui on puisse soulever de telles questions ?", a renchéri sous couvert d'anonymat un sprinter masculin, "fan à 100%" de Caster Semenya.

'Humiliant'

Pour soutenir son héroïne nationale, le gouvernement sud-africain a lancé une campagne baptisée #Naturellement supérieure.

"Il s'agit d’une campagne pour dénoncer les règles injustes de l'IAAF. Avec Caster, nous avons (...) une victime humaine de ce règlement", a expliqué Mokoditloa Eliakim Moemi, directeur général du ministère des Sports.

L'IAAF soutient que sa nouvelle réglementation, suspendue dans l'attente du verdict du TAS, est destinée à "préserver l'équité de la compétition féminine".

Les avocats de Caster Semenya accusent l'IAAF de "tenter de manière erronée et douloureuse de régir les caractéristiques sexuelles des athlètes femmes".

Dans une rare intrusion dans le monde du sport, le Conseil des droits de l'Homme des Nations unies a apporté en mars son soutien unanime à Caster Sermenya.

Avant le verdict la concernant, le magazine Time a d'ores et déjà choisi de compter Caster Semenya parmi les 100 personnalités les plus influentes de 2019. "Semenya nous a appris que le sexe n'est pas toujours binaire", a expliqué Time.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 30 juin 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/05/2019

Retour d'Assemblée générale...

Publié le 22/05/2019

Information aux ationnaires...

Publié le 22/05/2019

La cotation de la société de biotechnologie spécialisée dans le développement de nouveaux traitements pour les maladies liées à l'âge, reprendra le 23 mai...

Publié le 22/05/2019

Ce partenariat vise à publier sur PagesJaunes (site & mobile) un parcours de prise de rendez-vous en ligne pour les établissements et professionnels de santé...

Publié le 22/05/2019

Situé à proximité du centre-ville de Champigny-sur-Marne, cet ensemble immobilier est composé de 2 bâtiments en R+6...