En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 919.02 PTS
+0.59 %
5 934.5
+0.86 %
SBF 120 PTS
4 655.99
+0.57 %
DAX PTS
13 282.72
+0.46 %
Dow Jones PTS
28 135.38
+0.01 %
8 487.71
+0.25 %
1.112
0. %

Emeutes en Iran: l'ONU craint des dizaines de morts, Amnesty plus de 100

| AFP | 357 | 4.33 par 3 internautes
Une Iranienne marche devant une station de vélos vandalisé à Téhéran le 19 novembre 2019
Une Iranienne marche devant une station de vélos vandalisé à Téhéran le 19 novembre 2019 ( ATTA KENARE / AFP )

L'ONU a tiré la sonnette d'alarme mardi après quatre jours de troubles en Iran, disant craindre que "des dizaines" de personnes aient été tuées lors de manifestations contre une hausse de l'essence annoncée en pleine crise économique.

L'organisation de défense des droits humains Amnesty International a avancé que le bilan des morts pourrait se situer entre 100 et 200 morts, dénonçant un recours "à la force létale" contre des rassemblements "largement pacifiques".

Alors que l'Iran est pratiquement coupé du monde depuis samedi soir, le gouvernement de Téhéran a averti qu'internet ne serait rétabli qu'en cas de retour au calme durable.

Du fait du black-out, la situation reste très difficile à évaluer à l'échelle du pays.

"Nous sommes particulièrement alarmés par le fait que l'utilisation de munitions réelles aurait causé un nombre important de décès dans tout le pays", a déclaré à Genève un porte-parole du Haut-Commissariat de l'ONU aux droits de l'Homme, Rupert Colville.

"Des dizaines de personnes pourraient avoir été tuées", a-t-il ajouté, parlant également de "plus de 1.000" arrestations et exhortant "les autorités et les forces de sécurité à éviter de recourir à la force", et les manifestants "à manifester pacifiquement".

Selon Amnesty International "au moins 106 manifestants dans 21 villes ont été tués, selon des informations crédibles". Mais "le bilan véritable pourrait être bien plus élevé, avec des informations suggérant jusqu'à 200 (personnes) tuées".

Quelques heures après l'annonce vendredi d'une hausse du prix de l'essence, des dizaines de villes d'Iran, des plus grandes agglomérations du pays à des chefs-lieux de canton de quelques dizaines de milliers d'habitants, ont été touchées par des manifestations ayant rapidement dégénéré en émeutes.

Selon les informations publiées dans les médias iraniens, seuls cinq décès ont été officiellement confirmés dont ceux de trois membres des forces de l'ordre tués "à l'arme blanche" par des "émeutiers" dans la province de Téhéran. Les funérailles des trois agents sont prévues mercredi.

Manifestations propouvoir mercredi

A Téhéran, des centaines de policiers antiémeutes armés de matraques et de canons à eau ont été déployés sur plusieurs places, selon des journalistes de l'AFP sur place.

Dans l'est de la capitale, deux stations-service incendiées témoignent des violences. Dans l'ouest, un poste de police et un grand panneau publicitaire au-dessus d'une autoroute urbaine ont été incendiés, et une station de vélos en libre service vandalisée.

Un Iranien marche près d'un escalier mécanique vandalisé à Téhéran, le 19 novembre 2019
Un Iranien marche près d'un escalier mécanique vandalisé à Téhéran, le 19 novembre 2019 ( ATTA KENARE / AFP )

Le porte-parole de l'autorité judiciaire, Gholamhossein Esmaïli, a demandé "à la population de signaler aux forces de l'ordre et à l'appareil judiciaire les séditieux et ceux qui ont perpétré des crimes".

Sans donner de chiffre, M. Esmaïli a fait état de l'arrestation de personnes ayant incendié des mosquées ou des banques, et d'"individus ayant fourni des films et des informations à des médias étrangers et à des ennemis" de l'Iran.

Les autorités ont accusé des puissances étrangères, notamment les Etats-Unis, leur ennemi juré, de fomenter les heurts.

Le secrétaire américain Mike Pompeo et la Maison Blanche ont apporté leur soutien aux manifestants.

La télévision d'Etat a montré des rassemblements de soutien aux autorités, à Tabriz (nord) et Chahr-é Kord (centre). A Tabriz, les manifestants ont scandé "Manifester est un droit du peuple, les émeutes sont l'oeuvre des ennemis", selon l'agence Fars.

D'autres manifestations progouvernementales sont annoncées pour mercredi dans diverses villes.

Grave récession

Selon l'ONG NetBlocks.org, qui surveille la liberté d'accès à internet de par le monde, les autorités iraniennes ont mis en oeuvre une "coupure quasi-totale de l'internet".

"Nous comprenons que la population rencontre des difficultés" du fait de cette situation, mais la priorité est "de maintenir la paix et la stabilité", a déclaré le porte-parole du gouvernement, sans autre précision.

La mesure à l'origine des troubles a fait bondir le prix de l'essence, très subventionnée. Le litre est passé ainsi de 10.000 à 15.000 rials (11 centimes d'euros) pour les 60 premiers litres achetés chaque mois. Au-delà de cette quantité, le prix a triplé, à 30.000 rials.

Image prise à Téhéran le 19 novembre 2019, montrant un grand panneau publicitaire au-dessus d'une autoroute urbaine incendié.
Image prise à Téhéran le 19 novembre 2019, montrant un grand panneau publicitaire au-dessus d'une autoroute urbaine incendié. ( ATTA KENARE / AFP )

Les autorités assurent que les recettes dégagées doivent bénéficier aux 60 millions d'Iraniens les moins favorisés, sur une population totale de 83 millions.

La contestation survient à quelques mois des législatives de février, et alors que l'Iran traverse une grave récession provoquée par le retrait unilatéral des Etats-Unis, en 2018, de l'accord international sur le nucléaire iranien et le rétablissement consécutif de lourdes sanctions américaines contre Téhéran.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
3 avis
Note moyenne : 4.33
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 décembre 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 13/12/2019

L'opération se conclut à 590 ME pour 50% de participation...

Publié le 13/12/2019

La société anglaise Clugston, associée au Groupe CNIM en tant que génie civiliste pour plusieurs contrats de réalisation d'usines de valorisation de...

Publié le 13/12/2019

Wendel et d'autres actionnaires existants d'Allied Universal ont finalisé la cession d'une part majoritaire de leur participation dans la société à...

Publié le 13/12/2019

Au premier semestre, clos fin septembre, EuropCorp a essuyé une perte nette, part du groupe, de 22,7 millions d’euros contre une perte de 88,9 millions d’euros, un an plus tôt. Le premier…

Publié le 13/12/2019

En novembre 2019, le trafic de Paris Aéroport ressort en hausse de 0,9 % par rapport au mois de novembre 2018 avec 7,9 millions de passagers accueillis, dont 5,7 millions à Paris-Charles de Gaulle…