En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 875.93 PTS
+1.70 %
4 862.50
-0.23 %
SBF 120 PTS
3 888.85
+0.00 %
DAX PTS
11 205.54
-
Dowjones PTS
24 706.35
+1.38 %
6 784.61
+0.00 %
1.138
+0.17 %

Élections RDC: Fayulu contre-attaque, les résultats des législatives se font attendre

| AFP | 262 | Aucun vote sur cette news
Martin Fayulu (c) candidat malheureux à l'élection présidentielle en RDC salue la foule lors d'une manifestation pour protester contre les résultats, le 11 janvier 2019 à Kinshasa
Martin Fayulu (c) candidat malheureux à l'élection présidentielle en RDC salue la foule lors d'une manifestation pour protester contre les résultats, le 11 janvier 2019 à Kinshasa ( John WESSELS / AFP )

Bras de fer au RD Congo après l'annonce contestée de l'élection à la présidentielle de l'opposant Félix Tshisekedi: Martin Fayulu, autre candidat de l'opposition donné perdant, revendique la victoire et contre-attaque en justice, et l'Eglise en appelle à l'ONU pour faire publier les PV du scrutin.

Un membre de l'équipe de campagne de M. Fayulu a revendiqué vendredi la victoire avec 61% des suffrages lors de la présidentielle à un tour du 30 décembre, qui doit désigner le successeur du président Joseph Kabila lors de la première transition démocratique depuis l'indépendance du pays en 1960.

"Nous irons demain samedi à la Cour constitutionnelle" pour exiger "le recomptage des voix", a annoncé le candidat malheureux lors d'un meeting à Kinshasa.

Jeudi, la Commission électorale (Céni) a proclamé la victoire de l'autre opposant Félix Tshisekedi avec 38,57%, devant M. Fayulu (34,8%) et le candidat du pouvoir Emmanuel Ramazani Shadary (23,8%).

Si la Cour constitutionnelle confirme ces résultats, c'est donc Félix Tshisekedi, 55 ans, fils de l'opposant historique Etienne Tshisekedi, qui doit succéder à Joseph Kabila, 47 ans, au pouvoir depuis l'assassinat de son père en 2001, élu en 2006 et réélu en 2011 lors d'un scrutin entaché de fraudes massives.

"M. Tshisekedi et le président discutent depuis 2015! Il (Tshisekedi, ndlr) est totalement complice de ce putsch électoral. M. Kabila n’a aucune intention de céder le pouvoir", a accusé M. Fayulu dans un entretien avec le journal français Le Parisien.

Selon la Constitution, M. Kabila ne peut prétendre à plus de deux mandats d'affilée. Mais il a déjà envisagé de se présenter pour le prochain cycle électoral prévu en 2023.

Le bras de fer autour s'est également joué ce vendredi aux Nations unies.

La puissante Eglise catholique, qui affirme avoir déployé 40.000 observateurs le jour du vote, a demandé à l'ONU la publication des procès-verbaux" du scrutin "pour enlever les doutes".

"Les résultats tels que publiés ne correspondent pas aux données collectées par la mission d'observation" de la Conférence des Evêques, a répété l'un de ses représentants lors d'une liaison vidéo avec le Conseil de sécurité.

L'opposant congolais Felix Tshisekedi donné gagnant de la présidentielle en RD Congo selon les résultats provisoire, le 10 janvier 2019 à Kinshasa
L'opposant congolais Felix Tshisekedi donné gagnant de la présidentielle en RD Congo selon les résultats provisoire, le 10 janvier 2019 à Kinshasa ( Caroline Thirion / AFP )

Quant à la Commission électorale, elle a de son côté exhorté le Conseil à soutenir les nouvelles autorités élues.

"Pour les contentieux, il n'y a que deux options", a mis en garde son président Corneille Nangaa également lors d'une liaison vidéo: "Soit confirmer les résultats de la Céni, soit annuler l'élection."

L'annonce de la commission électorale a entraîné un cycle de contestation/répression. Dans la région d'origine de M. Fayulu, le Kwilu (ouest), cinq civils ont été tués "dans l'opération de rétablissement de l'ordre public à Kikwit (ouest), a indiqué la police. Et dans le Kasaï (centre), fief de Tshisekedi, trois miliciens ont été tués, d'après la police.

La communauté internationale continue d'accueillir avec prudence le résultat provisoire de la présidentielle dans le plus grand pays d'Afrique sub-saharienne aux énormes ressources naturelles mais marqué par de nombreux conflits internes et deux guerres entre 1996 et 2003.

La police se met en place face à une manifestation organisée par les partisans du candidat Fayulu qui contestent les résultats de l'élection présidentielle, le 11 janvier 2019 à Kinshasa
La police se met en place face à une manifestation organisée par les partisans du candidat Fayulu qui contestent les résultats de l'élection présidentielle, le 11 janvier 2019 à Kinshasa ( John WESSELS / AFP )

Ces résultats ne sont pas "conformes", a jugé jeudi le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian qui, se basant sur les données de l'Eglise, a estimé que M. Fayulu "était a priori" le vainqueur.

L'Union européenne a demandé "la publication des procès-verbaux de chaque centre local de compilation des résultats". Les États-Unis ont réclamé une "clarification" et exhorté toutes les parties au calme comme l'Union africaine ou l'ONU.

Désormais, la Céni doit annoncer les résultats des élections législatives également déroulées le 30 décembre.

'Perspective d'une cohabitation'

"La publication des résultats des législatives nationales se fera ce vendredi soir", a déclaré à l'AFP une porte-parole de la Céni.

Issue des élections de 2011, l'actuelle Assemblée nationale est majoritairement composée des partisans du président sortant. Et la majorité présidentielle pro-Kabila revendique déjà la victoire aux législatives à partir des premières tendances.

Des partisans de Martin Fayulu manifestent pour dénoncer les résultats de l'élection présidentielle en RDC, le 11 janvier 2019 à Kinshasa
Des partisans de Martin Fayulu manifestent pour dénoncer les résultats de l'élection présidentielle en RDC, le 11 janvier 2019 à Kinshasa ( John WESSELS / AFP )

"Cette projection électorale ouvre grande la perspective d'une cohabitation inéluctable avec le président Tshisekedi dans la gestion du pays", a déclaré un porte-parole de la majorité présidentielle. Un scénario justement dénoncé comme un arrangement par le camps Fayulu.

Selon une source étrangère, la coalition au pouvoir FCC pourrait disposer de 250 sièges sur 500, contre une centaine pour la coalition Cash autour de Félix Tshisekedi.

La RDC est un régime semi-présidentiel où le Premier ministre doit sortir des rangs du groupe majoritaire à l'Assemblée nationale.

Les élections ont été reportées dans les régions de Beni et Butembo (au Nord-Kivu) mais aussi à Yumbi (Mai-Ndombe), officiellement pour des raisons sanitaires et sécuritaires. La circonscription électorale de Beni-Butembo comptaient 14 sièges à l'Assemblée nationale sortante.

Le président Kabila, s'il quitte le pouvoir, deviendra sénateur à vie selon la Constitution. Il restera en fonction "jusqu'à l'installation effective du nouveau président élu", selon la Constitution.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Turbos Call, du levier à la hausse pour votre portefeuille
Lundi 28 janvier de 12h30 à 13h30

Les SCPI, un produit incontournable dans la conjoncture actuelle ?
Vendredi 1er février de 12h15 à 13h00

Protéger son portefeuille avec les Turbos Put
Lundi 11 février de 12h30 à 13h00

Tradez sur le CAC 40 avec du levier
Lundi 18 février de 12h15 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/01/2019

8h00 en AllemagnePrix à la production en décembre14h00 en SuissePerspectives économiques mondiales du FMILes marchés américains sont fermés en raison du Martin Luther King Daysource : AOF

Publié le 21/01/2019

Casino a signé un accord avec des fonds gérés par Fortress en vue de la cession de 26 murs d’hypermarchés et supermarchés valorisés 501 millions d’euros, dont 392 millions d’euros seront…