En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 924.89 PTS
-1.21 %
4 920.0
-1.01 %
SBF 120 PTS
3 923.96
-1.36 %
DAX PTS
11 066.41
-1.58 %
Dowjones PTS
24 590.54
-1.71 %
6 560.02
-1.25 %
1.137
-0.75 %

Egalité femmes-hommes: "Il y aura un avant et un après" ce 25 novembre, selon Schiappa

| AFP | 507 | Aucun vote sur cette news
La secrétaire d'Etat à l'Egalité entre les femmes et les hommes Marlène Schiappa, le 25 novembre 2017 à l'Elysée à Paris
La secrétaire d'Etat à l'Egalité entre les femmes et les hommes Marlène Schiappa, le 25 novembre 2017 à l'Elysée à Paris ( ludovic MARIN / POOL/AFP )

Cette journée du 25 novembre constitue "un tournant" pour la cause des femmes en France, selon la secrétaire d'Etat à l'Egalité entre les femmes et les hommes Marlène Schiappa, qui balaie les critiques de féministes sur un manque de moyens.

Question: En quoi le discours d'Emmanuel Macron peut-il faire avancer la cause des femmes en France ?

Réponse: "Il y aura un avant et un après. Trop longtemps, on a toléré des choses, on a laissé les femmes dans le brouillard, l'ambiguïté. J'espère que dans une génération, on aura réussi à agir contre les violences sexistes et sexuelles, que les chiffres auront bougé et que la norme sera de ne pas agresser les femmes dans la rue. Aujourd'hui c'est un tournant car c'est la première fois qu'un président de la République fait quelque chose à l'Elysée un 25 novembre, qu'il lance une grande cause quinquennale pour l'égalité femmes-hommes et qu'il consacre un discours entier à ce sujet. Personne ne peut plus ignorer l'ampleur des violences vécues par les femmes, elles en ont parlé pour être écoutées et qu'on leur réponde."

Q: Les associations s'inquiètent des moyens alloués. Seront-ils suffisants pour financer la "grande cause" ?

R: "Il y a une augmentation du budget, le président l'a indiqué. On arrive à plus de 400 millions d'euros en politique transversale pour l'année 2018 et on atteint 30 millions pour l'année sur le programme 137 (dédié à l'égalité entre les femmes et les hommes, ndlr). Il faut arrêter et être lucide, toutes les mesures que le président a annoncées seront financées en interministériel: les unités de santé dans les hôpitaux, la prise en charge du psychotraumatisme par la sécurité sociale... C'est une revendication féministe de longue date qui va coûter très cher. Il y a un budget énorme qui est mis derrière. Je ne vais pas répondre aux commentaires des unes et des autres qui voulaient ceci ou cela. Il y a un décalage incroyable entre les mesures annoncées et ce qui peut être repris sur les réseaux sociaux par 20 personnes anti-Macron, qui sont contre le gouvernement."

Q: La création d'un âge de consentement minimal à un acte sexuel a fait débat récemment après des décisions judiciaires. Comment interprétez-vous l'engagement du président pour un seuil à 15 ans ?

R: "Ses propos étaient très clairs. Cela sera soumis à un débat parlementaire. Le président tient à la liberté d'appréciation des juges, mais cette liberté se fonde sur des lois qui sont faites par le gouvernement. J'ai toujours dit qu'à titre personnel j'étais pour un seuil de 15 ans. Quand j'interroge les parlementaires, tous ceux qui ont déposé des propositions de loi sur ce sujet sont pour le fixer à 15 ans. Le Haut conseil à l'Egalité recommandait 13 ans il y a plusieurs années, mais le sujet n'était pas encore dans le débat public. C'était une première pierre."

Propos recueillis par Mie KOHIYAMA

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Tradez les indices mondiaux au travers des CFD
Mercredi 7 décembre de 12h30 à 13h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/11/2018

DÉCLARATION DE TRANSACTIONS SUR ACTIONS PROPRES RÉALISÉES DU 12 AU 16 NOVEMBRE 2018   Présentation agrégée par jour et par…

Publié le 20/11/2018

Néovacs a déposé un brevet en Europe et aux Etats-Unis suite à l'obtention de la preuve de concept préclinique avec son nouveau vaccin IL-4/IL-13 Kinoïde dans le traitement de l'asthme. Le…

Publié le 20/11/2018

Altran a été choisi par Sanofi en tant que partenaire stratégiq

Publié le 20/11/2018

Lagardère Travel Retail a finalisé l’acquisition de Hojeij Branded Foods (HBF) et sa filiale Vino Volo, un spécialiste de la restauration sur le marché du Travel Retail en Amérique du Nord.…

Publié le 20/11/2018

Après avoir obtenu l'autorisation réglementaire nécessaire, Amundi a annoncé le lancement d'un programme de rachat d'actions, via un mandat conclu avec un Prestataire de Services d'Investissement.…