5 526.51 PTS
+0.58 %
5 533.5
+0.75 %
SBF 120 PTS
4 420.31
+0.58 %
DAX PTS
13 434.45
+1.15 %
Dowjones PTS
26 071.72
+0.21 %
6 834.33
+0.34 %
Nikkei PTS
23 808.06
+0.19 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Roissy: ADP et 3 sociétés seront jugés pour l'effondrement du terminal 2E

| AFP | 423 | Aucun vote sur cette news
Des pompiers lors de l'effondrement du terminal E2, qui a fait 4 morts, de l'aéroport Roissy-Charles de Gaulle, le 23 mai 2004 près de Paris
Des pompiers lors de l'effondrement du terminal E2, qui a fait 4 morts, de l'aéroport Roissy-Charles de Gaulle, le 23 mai 2004 près de Paris ( JACK GUEZ / AFP/Archives )

Ouvrage de prestige du premier aéroport français, le terminal 2E de Roissy s'était effondré moins d'un an après son inauguration, faisant quatre morts : après 13 ans d'enquête, le groupe Aéroports de Paris et trois autres sociétés seront jugés devant un tribunal correctionnel.

Au petit matin du 23 mai 2004, la voûte du terminal 2E s'effondre sur une trentaine de mètres, tuant quatre voyageurs étrangers âgés de 27 à 37 ans : une Libanaise, une Ukrainienne et deux Chinois.

Sept personnes sont également blessées, dont deux policiers de la police aux frontières (PAF) qui venaient d'être dépêchés sur place après le signalement d'une fissure.

L'aérogare le plus prestigieux de Roissy avait été inauguré seulement onze mois plus tôt.

Dans son ordonnance rendue mardi, le juge d'instruction chargé de l'affaire renvoie quatre sociétés devant le tribunal correctionnel de Bobigny pour homicides et blessures involontaires, a-t-on appris vendredi de source proche du dossier, confirmant une information d'Europe 1.

Figure en premier lieu le groupe ADP en tant que maître d'ouvrage (concepteur) et maître d'oeuvre (client) du terminal 2E, mais aussi le constructeur GTM, filiale du géant du BTP Vinci, le bureau d'études Ingerop et le groupe d'inspection et de certification Bureau Veritas.

Les experts ont évalué à 50% la part de responsabilité technique d'ADP, contre 25% pour Ingerop, 15% pour GTM et 10% pour Veritas.

Il leur est reproché d'avoir sous-estimé la faible résistance de la voûte en béton armé de cette structure, "très proche de la ruine dès sa conception".

Le terminal 2E, dessiné par l'architecte Paul Andreu, par ailleurs concepteur de l'opéra de Pékin, avait représenté un investissement global de l'ordre de 650 millions d'euros pour ADP, dont 150 millions d'euros pour la jetée d'embarquement où l'effondrement avait eu lieu.

- "Amateurisme' -

Analyses techniques, rapports d'experts, auditions contradictoires... Au terme d'une instruction fleuve, marquée par de nombreux changements de magistrats instructeurs, le parquet de Bobigny avait requis en 2014 le renvoi en correctionnel des quatre sociétés.

Gérard Chemla, avocat de la Fédération nationale des victimes d'attentats et d'accidents collectifs (Fenvac), partie civile dans ce dossier, a dit à l'AFP "regretter" de voir cette décision "intervenir si longtemps après les faits". Il espère désormais un procès "avant la fin du premier semestre 2018".

Critiquant l'"amateurisme du projet, qui a changé tout au long de la construction", l'avocat estime que "dans l'édification de cet aérogare, on a perdu de vue la sécurité au profit du prestige".

Contactés par l'AFP, ADP n'a pas souhaité faire de commentaire tandis que les trois autres entreprises n'avaient pas encore réagi.

L'enquête administrative, réalisée dans les semaines ayant suivi le drame, avait conclu à un défaut de réalisation et de conception du bâtiment, la section effondrée étant considérée comme trop fragile, dès l'origine.

Le terminal 2E "relevait d'une conception innovante et audacieuse, mais aussi complexe voire hasardeuse", avaient souligné les enquêteurs.

Un diagnostic confirmé par les multiples expertises judiciaires, qui ont mis en lumière un "manque d'attention à tous les niveaux de l'opération", révélant un "défaut de coordination et de supervision" aux "conséquences gravissimes". Ainsi, la "multiplication des intervenants" a eu pour effet qu'aucun n'avait de "vision d'ensemble".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/01/2018

Dominique Carouge exerçait depuis le 1er janvier 2016 les responsabilités de Directeur Financier Adjoint et de Responsable des Opérations financières et du Contrôle...

Publié le 19/01/2018

COMMUNIQUE DE PRESSE                                                            Paris, le 19 janvier…

Publié le 19/01/2018

    EXEL Industries Société Anonyme au capital de 16 969 750 EUR Siège Social : 54, rue Marcel Paul 51206 Epernay Cedex RCS Epernay n° B 095 550 356…

Publié le 19/01/2018

Une fois converties en actions ordinaires, ces ADP seront admises à la négociation sur le marché Euronext Growth...

Publié le 19/01/2018

Visiativ a finalisé le rachat par Alliativ, société holding détenue par les deux fondateurs dirigeants Laurent Fiard et Christian Donzel, des 450 660 ADP 2012 (Action à Dividende Prioritaire)…

CONTENUS SPONSORISÉS