En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 690.78 PTS
+0.56 %
5 654.50
+0.07 %
SBF 120 PTS
4 485.48
+0.47 %
DAX PTS
12 468.01
+0.08 %
Dowjones PTS
26 935.07
-0.59 %
7 823.55
-0.99 %
1.102
+0.01 %

RDC: Guterres en visite de "solidarité" face à Ebola et aux groupes armés

| AFP | 371 | Aucun vote sur cette news
Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres, à Genève le 25 février 2019
Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres, à Genève le 25 février 2019 ( Fabrice COFFRINI / AFP/Archives )

Le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres est arrivé samedi à Goma pour "une visite de solidarité" dans l'est de la République démocratique du Congo, en proie à la violence des groupes armés et une sévère épidémie d'Ebola.

M. Guterres est venu soutenir "les forces armées de la RDC dans la lutte contre le terrorisme", qui représente "une menace non seulement pour le Congo mais pour toute l'Afrique", a-t-il déclaré à son arrivée à Goma.

Il a été accueilli par sa représentante spéciale en RDC, Leila Zerrougui, et des autorités congolaises. Aucune poignée de mains n'a été échangée par mesure de prévention face à l'épidémie d'Ebola qui sévit dans la région.

M. Guterres doit passer trois jours dans le plus grand pays d'Afrique sub-saharienne qui accueille l'une des missions onusiennes les plus importantes au monde, une force de 16.000 hommes pour plus d'un milliard de dollars de budget annuel.

Le maintien de la paix est à l'agenda de sa première journée à Goma, où il doit visiter dans l'après-midi un centre d'accueil pour miliciens démobilisés.

Au total 130 groupes armés opèrent dans l'est de la RDC, officiellement pour défendre leur communauté, dans le faits pour le contrôle des ressources du sol.

"Les groupes armés ont tué 1.900 civils et enlevé plus de 3.300 personnes entre juin 2017 et juin 2019", ont indiqué en août le Groupe des experts du Congo (GEC) de l'université de New York et Human Right Watch.

La démobilisation des milices est une priorité pour les Nations unies présentes depuis 1999 en RDC et le nouveau président de la République Félix Tshisekedi, acteur de la première transition pacifique du pouvoir au Congo avec son prédécesseur Joseph Kabila.

Dans les faits, le retour à la vie civile des miliciens est souvent compliquée faute d'emplois dans ce pays pauvre qui repose sur des richesses minérales importantes, surtout dans la sa partie est.

Dimanche, le secrétaire général des Nations unies est attendu à Beni, l'un des épicentres de l'épidémie d'Ebola à 350 km au nord de Goma.

Patrouille de Casques bleus dans le Nord Kivu, dans l'Est de la RDC, le 11 avril 2019.
Patrouille de Casques bleus dans le Nord Kivu, dans l'Est de la RDC, le 11 avril 2019. ( ALEXIS HUGUET / AFP/Archives )

Il doit se rendre en brousse à Mangina, premier foyer de l'épidémie fin juillet 2018. Treize mois après, le bilan est de 2.015 victimes pour 3.017 cas, principalement dans la province du Nord-Kivu. Il s'agit de la deuxième épidémie la plus grave de l'histoire, après les 11.000 morts en Afrique de l'Ouest en 2014.

"Le secrétaire général visitera un centre de traitement d'Ebola sur place et rencontrera des survivants d'Ebola et des travailleurs de santé", a indiqué vendredi soir l'une de ses porte-parole.

Les survivants d'Ebola sont enrôlés dans les équipes de la "riposte" anti-Ebola qui font face à la résistance parfois violente d'une partie de la population aux messages de prévention.

Casques bleus attaqués

Un membre du personnel sanitaire veille à ce que les gens se lavent les mains pour lutter contre l'épidémie d'Ebola à la frontière entre la RDC et l'Ouganda, le 13 juin 2019.
Un membre du personnel sanitaire veille à ce que les gens se lavent les mains pour lutter contre l'épidémie d'Ebola à la frontière entre la RDC et l'Ouganda, le 13 juin 2019. ( ISAAC KASAMANI / AFP/Archives )

Outre Ebola, le territoire de Beni subit depuis octobre 2014 des massacres de civils, généralement des paysans aux champs.

Ces tueries sont attribuées par les autorités aux miliciens des Forces armées démocratiques (ADF).

"Nous sommes entièrement aux côtés des autorités congolaises dans la lutte contre les ADF", a déclaré M. Guterres depuis Goma.

Historiquement des rebelles ougandais musulmans, les ADF repliés en forêt pillent et tuent malgré la forte présence dans la région de l'armée congolaise et des Casques bleus de la force des Nations unies (Monusco).

Vérification de la température pour dépister Ebola à l'entrée en République démocratique du Congo à Goma le 16 juillet 2019
Vérification de la température pour dépister Ebola à l'entrée en République démocratique du Congo à Goma le 16 juillet 2019 ( JOHN WESSELS / AFP/Archives )

Les miliciens s'attaquent à l'occasion frontalement à Monusco, comme en décembre 2018 (15 morts) et novembre 2018 (six morts). M. Guterres leur rendra hommage.

Dans le cadre de son nouveau mandat (avril-décembre 2019), l'ONU a fermé des bases en RDC, revu sa stratégie d'intervention et réduit ses effectifs civils de 764 personnes depuis le 1er juillet.

Mais à Beni, les notables lui demandent de renforcer les capacités de sa force d'intervention rapide (FIB).

"Nous souhaitons que plus de moyens militaires soient mis à la disposition (de la force onusienne) pour en finir avec les ADF à Beni", a déclaré à deux médias dont l'AFP le maire de la ville Bwanakawa Masumbuko avant cette visite.

Le patron des Nations unies terminera sa visite lundi dans la capitale Kinshasa, à 2.000 km de Beni et Goma. Il y rencontrera le président Félix Tshisekedi, qui vient d'annoncer un gouvernement de coalition où les partisans de son prédécesseur Joseph Kabila occupe les 2/3 des 66 postes.

Le secrétaire général doit rencontrer des "membres de l'opposition et des représentants des organisations de la société civile".

Sa visite avait été annoncée puis annulée sine die en juillet 2018 à l'époque du président Kabila.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE DE BOURSE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 23 septembre 2019

CODE OFFRE : RENTREE19

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE19 lors de votre ouverture de compte.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/09/2019

Ipsen présentera de nouvelles données dans le cadre de la 13e conférence annuelle de l'International Liver Cancer Association (ILCA 2019)...

Publié le 20/09/2019

Advicenne, une société pharmaceutique spécialisée dans le développement et la commercialisation de traitements innovants pour maladies orphelines,...

Publié le 20/09/2019

Au 1er semestre 2019, Alpha MOS a réalisé un chiffre d'affaires consolidé de 2...

Publié le 20/09/2019

Les Nouveaux Constructeurs communique aujourd'hui ses résultats du 1er semestre 2019...

Publié le 20/09/2019

Advicenne a annoncé l'acceptation de huit posters portant sur son produit phare pour la présentation lors des conférences internationales de référence dans le domaine de la néphrologie au cours…