En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 860.96 PTS
+0.22 %
5 863.0
+0.27 %
SBF 120 PTS
4 614.92
+0.21 %
DAX PTS
13 159.46
+0.68 %
Dow Jones PTS
27 829.44
-0.19 %
8 379.90
+0.31 %
1.109
-0.03 %

Dormir dans des "capsules", une réponse à la crise du logement à Los Angeles

| AFP | 752 | Aucun vote sur cette news
La
La "capsule" occupée par Kay Wilson est située dans une chambre qui en compte six au total ( Apu Gomes / AFP )

Kay Wilson vient d'emménager à Los Angeles, la ville de ses rêves, et s'estime chanceuse: elle a trouvé un logement au même prix que le joli petit studio qu'elle occupait en Pennsylvanie. Seul hic, la jeune femme dort dans une boîte de moins de 3 m2, crise du logement oblige.

Son lit et ses quelques affaires tiennent dans une "capsule" inspirée par certains hôtels japonais au créateur d'UP(st)ART, une résidence majoritairement peuplée de jeunes artistes désirant conquérir Hollywood, qui propose pas moins de 90 de ces couchettes.

Le loyer n'est pas si bon marché, environ 800 dollars taxes comprises, un peu plus que ce que Kay Wilson, 26 ans, payait pour un vrai studio à Bethlehem, à une centaine de kilomètres au nord de Philadelphie, dans le nord-est des Etats-Unis.

"Mais je ne pouvais pas m'en offrir un ici. Ils étaient à 1.300 dollars ou plus par mois", explique la coiffeuse à l'AFP. A Los Angeles, elle touche le salaire minimum de 13 dollars par heure, plus les éventuels pourboires.

Jeremiah Adler, qui a créé la résidence voici déjà trois ans, souligne que ses capsules coûtent environ moitié moins que le loyer moyen pour un studio à Los Angeles, l'une des villes les plus chères des Etats-Unis après New York et San Francisco.

Kay Wilson juge
Kay Wilson juge "douillette" sa "capsule" d'à peine 3 m2 ( Apu Gomes / AFP )

Chaque chambre d'UP(st)ART peut abriter jusqu'à six "capsules", des caissons d'1,22 m de large sur 2,44 de long, que Kay Wilson qualifie de "douillettes".

De conception sommaire, elles se résument à un lit, une ventilation, une tringle pour suspendre des vêtements et quelques compartiments pour ranger chaussures et autres effets personnels. Le tout est fermé par un rideau pour conférer un semblant d'intimité.

Il y a certes moyen de trouver une chambre plus grande et moins cher à Los Angeles, en colocation ou chez l'habitant. Mais UP(st)ART propose toute une kyrielle de services particulièrement attractifs pour sa clientèle jeune et artistique.

En plus de son bâtiment moderne et bien situé, la résidence offre une salle de sport, des cours de danse, un studio d'enregistrement, un atelier d'art, sans oublier ménage et lessive gratuits.

"Vivre avec le minimum"

Jeremiah Adler a fondé UP(st)ART voici trois ans et gère actuellement huit résidences, d'une capacité totale de 374 personnes
Jeremiah Adler a fondé UP(st)ART voici trois ans et gère actuellement huit résidences, d'une capacité totale de 374 personnes ( Apu Gomes / AFP )

Pour Dana Cuff, architecte et urbaniste enseignant à l'université de Californie à Los Angeles (UCLA), ce concept a beau être de plus en plus populaire dans les grandes villes confrontées à une pénurie de logements, il ne peut constituer qu'une réponse à court terme.

"Nous devons développer une large gamme de solutions pour rendre des logements disponibles. Pour moi, la colocation, le partage de capsules, ce sont des symptômes de ce besoin profond de solutions alternatives", dit-elle à l'AFP.

Dans l'immédiat, les affaires marchent pour M. Adler, qui gère huit résidences, d'une capacité totale de 374 personnes.

Des occupants de la résidence partagent leur repas dans une des cuisines communes
Des occupants de la résidence partagent leur repas dans une des cuisines communes ( Apu Gomes / AFP )

C'est "soirée tacos" à UP(st)ART et une cinquantaine d'occupants de la résidence partagent le repas dans l'une des salles communes de ce complexe de quatre maisons. Il y a là des rappeurs, des danseurs, des sculpteurs, des comédiens... Certains Américains, d'autres venus de l'étranger.

Voilà déjà un an que Kimma Moonshine, Canadienne de 27 ans, habite ici et elle ne se sent pas particulièrement à l'étroit. "On apprend à vivre avec le minimum", explique la jeune femme, peintre de formation, qui gagne sa vie comme nounou.

Il lui est arrivé de se loger pour moins cher, mais elle se trouve bien dans la résidence.

"J'avais douze colocataires, le seul moyen pour moi de peindre, c'était sur la table de la cuisine, quand tout le monde était parti se coucher", se souvient-elle, heureuse d'avoir désormais un atelier à sa disposition.

Alejandro Chupina, 27 ans lui aussi, a quitté le domicile familial lorsqu'il était encore adolescent pour poursuivre sa vocation d'acteur et de musicien. Il est séduit par la résidence, et son studio d'enregistrement, qu'il a intégrée voici huit mois. "On en a largement pour notre argent", juge-t-il.

Seule restriction imposée par les propriétaires aux réjouissances collectives, les femmes dorment d'un côté et les hommes de l'autre. Et si l'espace restreint des capsules n'était pas suffisamment dissuasif, les relations sexuelles sont de toutes façons prohibées.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 décembre 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 11/12/2019

Wall Street hésite ce mercredi, le S&P500 s'adjugeant 0,18% à 3...

Publié le 11/12/2019

Isabelle Adjani au Grand Palais à Paris le 1er octobre 2019 ( FRANCOIS GUILLOT / AFP/Archives )"Philosophe" le temps de cinq soirées, Isabelle Adjani va faire sur scène l'éloge du courage à…

Publié le 11/12/2019

Une boutique Dolce&Gabbana à Pékin, le 22 novembre 2018 ( Nicolas ASFOURI / AFP/Archives )La maison de mode italienne Dolce&Gabbana a été condamnée à verser 70.000 euros de dommages et…

Publié le 11/12/2019

La demande de brut produit par l'Opep pourrait être supérieure à la production du cartel l'an prochain...

Publié le 11/12/2019

Edouard Philippe, le 11 décembre 2019, devant le Cese à Paris pour présenter sa réforme des retraites ( Thomas SAMSON / POOL/AFP )"Injuste". Un "enfumage". "Des perdants à tous les étages".…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 11/12/2019

Des perturbations et des retards restent néanmoins possibles...

Publié le 11/12/2019

Solocal accompagne les agences IN&FI Crédits dans leur stratégie de présence digitale...

Publié le 11/12/2019

Plus forte baisse du SMI, Credit Suisse (-0,39% à 12,86 francs suisses) est sous pression après avoir abaissé ses objectifs de rentabilité pour 2019 et 2020. A l’occasion d’une journée…

Publié le 11/12/2019

DMS Biotech, division de Diagnostic Medical Systems Group consacrée aux biotechnologies et spécialisée dans le développement de solutions techniques innovantes pour l’utilisation du tissu…

Publié le 11/12/2019

Mais des volumes aux abonnés absents...