5 332.76 PTS
-0.14 %
5 335.00
+0.01 %
SBF 120 PTS
4 251.42
+0.00 %
DAX PTS
13 058.66
-
Dowjones PTS
23 430.33
+0.31 %
6 308.61
+0.00 %
Nikkei PTS
22 416.48
+0.70 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Dopage/Ski de fond: un baume à lèvres prive la Norvégienne Johaug des JO-2018

| AFP | 108 | 4 par 1 internautes
la fondeuse norvégienne Therese Johaug lors d'un point presse deux semaines après la révélation de l'affaire de dopage la concernant, le 27 octobre 2016 à Oslo
la fondeuse norvégienne Therese Johaug lors d'un point presse deux semaines après la révélation de l'affaire de dopage la concernant, le 27 octobre 2016 à Oslo ( BERIT ROALD / NTB Scanpix/AFP/Archives )

Un simple baume à lèvres va priver la Norvège d'une de ses pièces maîtresses aux jeux Olympiques d'hiver de 2018, la fondeuse Therese Johaug, septuple championne du monde, ayant vu sa sanction alourdie pour violation des règles antidopage.

Le Tribunal arbitral du sport (TAS) a infligé mardi une suspension de 18 mois à Johaug, contrôlée positive à un stéroïde l'an dernier. C'est cinq mois de plus que la sanction prononcée en février par l'instance arbitrale du sport norvégien mais dont la Fédération internationale de ski (FIS) avait fait appel, la jugeant trop clémente.

"Je suis complètement anéantie. Je rêvais de participer aux JO", a réagi l'athlète de 29 ans, en larmes lors d'une conférence de presse dans les Alpes italiennes, où elle s'entraînait. "Je ne peux pas comprendre la sanction dont j'écope. Je la trouve injuste".

La Norvégienne a été testée positive au clostébol, un stéroïde anabolisant interdit par l'Agence mondiale antidopage (AMA), lors d'un contrôle inopiné le 16 septembre.

Elle dit avoir absorbé cette substance via une crème pour les lèvres, le Trofodermin, fournie par le médecin de l'équipe nationale pour traiter des brûlures subies lors d'un entraînement en altitude en Italie fin août.

- Bonne foi reconnue -

Depuis le début de l'affaire, les juges ont accordé foi à ses explications et exclu une tentative de tricherie, les quantités retrouvées n'étant d'ailleurs pas considérées de nature à doper les performances. Mais c'est sa négligence qui lui est reprochée.

Mardi, le TAS a expliqué que Johaug avait manqué à ses obligations en ne vérifiant pas l'emballage du baume, estampillé d'un symbole avertissant clairement du risque de dopage.

"De telles omissions ont débouché sur une violation des règles antidopage qui ne cadre pas avec son passé par ailleurs propre en matière de dopage", a souligné le tribunal dans un communiqué de presse.

La suspension courra jusqu'au 18 avril 2018, au delà donc des JO de Pyeongchang en Corée du Sud (9-25 février), où Johaug espérait décrocher enfin de l'or en individuel après le titre olympique remporté en relais 4 x 5 km en 2010.

La décision du TAS met a priori un point final au dossier. Seul un appel, jugé improbable, devant la Cour suprême suisse pour vice de procédure pouvant infléchir le cours des choses.

La nouvelle a jeté un froid en Norvège, où le ski est le sport national.

"J'ai mal et je suis désespérée que Therese doive payer un prix aussi élevé dans une affaire où on la croit en tout point", a commenté la grande amie et rivale, Marit Bjørgen, citée par la radiotélévision NRK.

Le chef de l'équipe norvégienne, Vidar Løfshus, s'est lui déclaré "sous le choc".

- L'image du ski norvégien écornée -

La fondeuse norvégienne Therese Johaug lors de sa victoire en poursuite (9 km) à Cavalese en Italie, le 10 janvier 2016
La fondeuse norvégienne Therese Johaug lors de sa victoire en poursuite (9 km) à Cavalese en Italie, le 10 janvier 2016 ( GIUSEPPE CACACE / AFP/Archives )

De son côté, la FIS, qui demandait entre 16 et 20 mois de suspension, s'est dite "satisfaite qu'un organisme indépendant ait eu la possibilité de passer en revue tous les faits du dossier et rendre un verdict impartial".

Si elle suscite l'incompréhension d'une grande partie de la population, sous le charme de Johaug, l'affaire, même malgré son caractère accidentel, écorne l'image du ski norvégien, qui s'est longtemps targué d'être propre.

D'autant qu'en juillet, Martin Sundby, autre star nationale, avait été suspendu pour deux mois et privé de sa victoire dans le Tour de Ski 2015 pour usage non autorisé de ventoline.

Là encore, la Fédération en avait assumé la responsabilité, ayant omis de demander une autorisation pour l'usage de cet anti-asthmatique.

Les médias étaient unanimes pour trouver la sanction de Johaug trop sévère.

"La lutte antidopage dans le sport a perdu le sens de la raison", commentait le journal de référence Aftenposten. Mais le tabloïd Verdens Gang jugeait aussi que "le verdict contre Johaug porte un gros coup à la naïveté norvégienne".

Bien que durablement éloignée des compétitions, Johaug a exclu de raccrocher. "Mais je ne sais pas quelle sera ma motivation à l'avenir", a-t-elle prévenu mardi.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 4
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 30 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/11/2017

La structure de capital-investissement du groupe

Publié le 21/11/2017

Foncière des Régions a annoncé le lancement de l’opération Silex à Lyon Part-Dieu, deuxième quartier d’affaires de France. Ce programme de redéveloppement porte sur 30 900 mètres carrés,…

Publié le 21/11/2017

Essilor annonce que l'actionnariat salarié mondial devrait franchir la barre des 50 % du total des salariés, dépassant l'objectif de 35 % initialement fixé pour 2020. Grâce à une souscription…

Publié le 21/11/2017

Noxxon a procédé à l'émission d'une troisième tranche d'ODIRNANE (Obligations à Durée Indéterminée à option de Remboursement en Numéraire et/ou en...

Publié le 21/11/2017

Witbe, leader sur le marché du monitoring de la qualité d’expérience (QoE) et de l’automatisation de tests, et Divitel, intégrateur indépendant de systèmes spécialisé dans la vidéo et la…

CONTENUS SPONSORISÉS