En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 871.91 PTS
+1.21 %
5 870.5
+1.26 %
SBF 120 PTS
4 623.22
+1.1 %
DAX PTS
13 166.58
+0.86 %
Dow Jones PTS
28 015.06
+1.22 %
8 397.37
+1.07 %
1.106
+0. %

Dopage: le sport russe abasourdi face à la menace d'une exclusion des JO

| AFP | 274 | Aucun vote sur cette news
Le drapeau olympique et le drapeau russe lors de la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques d'hiver de Sotchi le 23 février 2014
Le drapeau olympique et le drapeau russe lors de la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques d'hiver de Sotchi le 23 février 2014 ( Andrej ISAKOVIC / AFP/Archives )

"Diktat", "triste", "injuste"... Le monde sportif russe était amer et abasourdi mardi après la recommandation faite la veille par un comité indépendant de l'Agence mondiale antidopage (AMA) qui ouvre la voie à une suspension du pays, soupçonné de falsification de données, pour les prochains Jeux olympiques.

Selon le comité de révision de la conformité (CRC) de l'AMA, la Russie aurait fait disparaître des "centaines" de résultats de contrôles antidopage suspects de ses fichiers transmis à l'AMA au début de l'année. Or, la remise de ces données était une condition indispensable pour lever de précédentes sanctions contre l'agence antidopage russe (Rusada), au coeur d'un système de dopage institutionnel entre 2011 et 2015.

Aux yeux du CRC, le cas est "extrêmement grave". Si le comité exécutif de l'AMA, qui se réunira le 9 décembre à Paris, confirme les mesures recommandées, la Russie sera purement et simplement mise au ban du sport international pendant quatre ans, avec exclusion des compétitions dont les Jeux olympiques.

Des sportifs ayant démontré "qu'ils ne sont impliqués en aucune manière" dans les affaires de dopage pourraient toutefois être admis, sous drapeau neutre, comme ce fut le cas aux JO d'hiver 2018 ou lors des compétitions internationales d'athlétisme depuis 2015.

Le patron de l'agence antidopage américaine (USADA) Travis Tygart lors d'une session photo à Paris le 26 octobre 2018
Le patron de l'agence antidopage américaine (USADA) Travis Tygart lors d'une session photo à Paris le 26 octobre 2018 ( Lionel BONAVENTURE / AFP/Archives )

Une solution jugée "inadéquate" par le patron de l'antidopage américain. "L'AMA doit frapper plus fort et interdire la participation de tous les athlètes russes aux Jeux olympiques, comme le permet le règlement", a plaidé Travis Tygart, qui avait vivement critiqué la levée de suspension de l'agence antidopage russe (Rusada) l'an dernier.

"La Russie continue à se moquer des règles antidopage mondiales, à humilier les athlètes propres, à narguer l'AMA et à s'en tirer encore et encore", a tonné Tygart, pour qui "il est désormais temps de prononcer les sanctions les plus dures possibles".

Sans attendre la réunion du 9 décembre, le Comité international olympique (CIO) a indiqué qu'il "soutiendra les sanctions les plus sévères" prises à l'encontre de "tous les responsables de cette manipulation", dénonçant "une atteinte à la crédibilité du sport lui-même et une insulte au mouvement sportif mondial".

Le ministre russe des Sports Pavel Kolobkov en marge de la conférence de l'Agence mondiale antidopage (AMA) à  Katowice, en Pologne, le 6 novembre 2019
Le ministre russe des Sports Pavel Kolobkov en marge de la conférence de l'Agence mondiale antidopage (AMA) à Katowice, en Pologne, le 6 novembre 2019 ( Irek DOROZANSKI / AFP/Archives )

Le ministre russe des Sports, Pavel Kolobkov, a de son côté répété que la Russie avait "rempli honnêtement ses obligations" et d'ores et déjà annoncé que si l'AMA votait les sanctions demandées par le CRC, la Russie se défendrait devant le Tribunal arbitral du sport (TAS) de Lausanne.

Chez les fédérations et responsables sportifs russes, certains ont appelé à attendre la date fatidique, d'autres ont laissé éclater leur colère.

La fédération de boxe, qui avait d'abord dénoncé une recommandation "très injuste" et un "diktat", a publié un communiqué dans lequel son président Umar Kremlev affirme que "les responsables du sport russe, notamment les dirigeants des fédérations sportives, sont à blâmer".

De son côté, la Fédération russe de hockey sur glace a aussi assuré dans un communiqué "s'être toujours prononcée pour un sport propre" et "respecter la décision de toutes les organisations internationales sur la question du dopage".

- Sportifs "otages" -

Le directeur général de l'agence russe antidopage (Rusada) Iouri Ganous lors d'un entretien avec l'AFP à Moscou le 22 octobre 2019
Le directeur général de l'agence russe antidopage (Rusada) Iouri Ganous lors d'un entretien avec l'AFP à Moscou le 22 octobre 2019 ( Dimitar DILKOFF / AFP/Archives )

Le patron de l'agence antidopage russe, Iouri Ganous, s'attend à ce que l'AMA suive les recommandations et suspende la Russie, plongeant son pays "dans une nouvelle crise antidopage".

Interrogé par l'AFP, il a exhorté le président Vladimir Poutine à prendre "une part active" dans la mise en place d'une nouvelle gouvernance sportive.

Les avocats de l'ancien directeur du laboratoire antidopage de Moscou, Grigory Rodchenkov, en fuite aux Etats-Unis, ont quant à eux appelé le CIO à être intransigeant. "L'AMA mérite des applaudissements pour avoir révélé les délits de la Russie, mais si le CIO et les autorités sportives donnent un laissez-passer à la Russie, d'autres pays vont s'engouffrer dans la brèche", déclarent Jim Walden et Avni Patel dans un communiqué publié aux Etatst-Unis.

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov le 2 septembre 2019 à Moscou
Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov le 2 septembre 2019 à Moscou ( Kirill KUDRYAVTSEV / AFP/Archives )

Le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, a dit voir une dimension politique dans la recommandation du CRC et une volonté de placer Moscou "dans une position défensive, accusée de tout et partout".

Du coup, la manière forte est préconisée: pendant quatre ans, aucun officiel russe, ni le drapeau du pays, ni son hymne n'auraient droit de cité lors des Jeux olympiques et paralympiques.

Présentation du logo de Saint-Pétersbourg en tant que ville hôte de l'Euro-2020 le 19 janvier 2017 à Saint-Pétersbourg
Présentation du logo de Saint-Pétersbourg en tant que ville hôte de l'Euro-2020 le 19 janvier 2017 à Saint-Pétersbourg ( Olga MALTSEVA / AFP/Archives )

La Russie, qui a fait du sport un outil de sa puissance sur la scène internationale, ne serait aussi plus autorisée à poser sa candidature à l'attribution d'événements sportifs internationaux.

Un temps évoquée, une exclusion de la Russie de l'Euro-2020, dont quatre rencontres auront lieu à Saint-Pétersbourg, semble écartée, un responsable de l'AMA ayant assuré à l'AFP que la compétition n'était pas concernée par les sanctions recommandées.

Vladimir Poutine rencontrera mercredi à Saint-Pétersbourg le président de l'UEFA, Aleksander Ceferin.

Reste maintenant à savoir si le comité exécutif de l'AMA, composé à part égales de représentants du mouvement olympique et des gouvernements, ira si loin. Dans tout les cas, il appartiendra au Tribunal arbitral du sport (TAS) de se prononcer en dernier recours.

burs-pop/tbm/chc/ll/gf/mca

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 décembre 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 06/12/2019

Le groupe chinois Dongfgeng pourrait réduire sa part de façon à abaisser sa présence dans la future entité PSA-Fiat Chrysler, selon des sources citées par 'Reuters'.

Publié le 06/12/2019

Le chiffre d'affaires de Moulinvest s'établit à 64 ME au titre de l'exercice 2018-2019 contre 61,3 ME sur l'exercice précédent...

Publié le 06/12/2019

Tessi, spécialiste français des Business Process Services, a annoncé vendredi avoir achevé une augmentation de capital avec suppression du droit préférentiel de souscription. Le montant brut de…

Publié le 06/12/2019

"Ces opérations contribueront à renforcer à la fois le potentiel de croissance du résultat par action", assure le management d'Elior...

Publié le 06/12/2019

Elior Group a annoncé avoir procédé à l’annulation de près de 4,27 millions de ses propres actions, représentant 2,39% de son capital social. La décision d’annulation des titres…