En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 837.25 PTS
-
5 822.5
-
SBF 120 PTS
4 598.60
-
DAX PTS
13 105.61
-
Dow Jones PTS
27 909.60
-0.38 %
8 362.74
-
1.106
+0.01 %

Dopage: le risque d'une suspension des JO de Tokyo grandit pour la Russie

| AFP | 208 | Aucun vote sur cette news
Le ministre russe des Sports Pavel Kolobkov (d) s'exprimant devant la presse en marge de la conférence de l'AMA à Katowice, le 6 novembre 2019
Le ministre russe des Sports Pavel Kolobkov (d) s'exprimant devant la presse en marge de la conférence de l'AMA à Katowice, le 6 novembre 2019 ( Irek DOROZANSKI / AFP/Archives )

La participation de la Russie aux Jeux olympiques de Tokyo en 2020 est plus que jamais incertaine après la recommandation d'un comité indépendant de l'Agence mondiale antidopage (AMA) de déclarer l'Agence russe antidopage (Rusada) non-conforme.

La balle est désormais dans le camp du comité exécutif de l'AMA qui doit se réunir le 9 décembre à Paris, afin d'évaluer la procédure en cours et de prendre d'éventuelles sanctions. Des sanctions pouvant aller jusqu'à l'exclusion des JO auxquelles devra alors se conformer la Comité international olympique (CIO).

Le Comité de révision de la conformité (CRC) a émis cette recommandation à la suite d'"incohérences" constatées dans les données récupérées par les enquêteurs de l'AMA auprès du laboratoire de Moscou, au coeur d'un système de dopage entre 2011 et 2015.

En janvier 2019, la Russie avait transmis des données électroniques des contrôles à l'AMA, une condition que cette dernière avait posée pour lever la suspension de ce pays en septembre 2018.

L'AMA avait précédemment averti la Russie qu'elle ferait face aux "sanctions les plus sévères" si l'une de ces données transmises était falsifiée.

La recommandation du CRC se base sur les données du service Renseignements et enquêtes de l'Agence, basée à Montréal, qui avait annoncé fin octobre avoir reçu de nouvelles réponses des autorités russes "à une liste de questions techniques détaillées".

"Tout est conforme à la logique juridique, comme prévu", a déclaré le chef de l'agence russe (Rusada), Iouri Ganous.

"Rusada est jugée non conforme car la décision de conformité rendue en septembre 2018 était soumise à deux conditions. Elles ont été remplies formellement mais pas correctement", a ajouté Ganous, qui avait dénoncé la semaine dernière le rôle des autorités russes dans la falsification de données transmises à l'AMA.

Le patron de l'agende russe antidopage (Rusada) Iouri Ganous, à Katowice, en Pologne, le 6 novembre 2019
Le patron de l'agende russe antidopage (Rusada) Iouri Ganous, à Katowice, en Pologne, le 6 novembre 2019 ( Irek DOROZANSKI / AFP/Archives )

"C'est simplement une recommandation", a minimisé le ministre russe des Sports Pavel Kolobkov, qui avait assuré au début de mois que "les manipulations dont le chef de Rusada Ganous parle n'existent pas".

"Nous parlerons de ça le 9 décembre", a ajouté le ministre.

Le patron de l'agence américaine antidopage (Usada) Travis Tygart, qui avait vivement critiqué la levée de la suspension de Rusada, a estimé auprès de l'AFP qu'"une suspension de moins de quatre ans pour cette violation grave, comportant des circonstances aggravantes après des années de déni et de tromperie, constituerait une injustice de plus vis-à-vis des athlètes propres".

L'USADA met la pression

Pour ne rien arranger au cas de la Russie, la Fédération internationale d'athlétisme avait suspendu quelques heures plus tôt le processus de réadmission du pays, banni depuis novembre 2015 en raison de ce scandale de dopage institutionnel.

Le président de la Fédération russe d'athlétisme Dmitri Chliakhtine, s'exprimant devant la presse à Moscou, le 23 novembre 2019
Le président de la Fédération russe d'athlétisme Dmitri Chliakhtine, s'exprimant devant la presse à Moscou, le 23 novembre 2019 ( Kirill KUDRYAVTSEV / AFP )

World Athletics (ex-IAAF) a choisi la manière forte et a eu la main lourde vis-à-vis de la Russie, qui voit s'éloigner encore un peu plus la perspective de réintégrer à court terme le concert des nations du premier sport olympique.

La Task Force, chargée de juger des progrès du pays dans la lutte antidopage et de faire des recommandations au Conseil de la Fédération internationale, n'a fait que prendre acte des dernières révélations concernant les pratiques douteuses ayant toujours cours dans le pays.

Une nouvelle présidente à la Rusaf

Outre la question sensible des données du laboratoire de Moscou, cinq dirigeants de la Fédération russe (Rusaf), dont le président démissionnaire Dmitri Chliakhtine, sont impliqués dans une sombre affaire de fourniture de faux documents au vice-champion du monde (2017) du saut en hauteur Danil Lysenko pour l'aider à échapper à une sanction pour manquements à ses obligations de localisation pour des contrôles inopinés ("no shows").

L'athlète russe Danil Lysenko, lors des Championnats du monde d'athlétisme indoor de Birmingham, au Royaume-Uni, le 1er mars 2018
L'athlète russe Danil Lysenko, lors des Championnats du monde d'athlétisme indoor de Birmingham, au Royaume-Uni, le 1er mars 2018 ( Adrian DENNIS / AFP/Archives )

La Rusaf et tous les accusés, suspendus provisoirement, ont jusqu'au 12 décembre pour fournir des réponses à l'Unité d'intégrité de l'athlétisme (AIU, organe indépendant en charge de la lutte antidopage dans l'athlétisme).

La Fédération russe s'est dotée samedi d'une nouvelle présidente, Yulia Tarasenko, après la suspension de Chliakhtine par la Fédération internationale.

"La situation est très difficile au sein de la fédération mais nous pensons qu'il y a une chance de lutter car nous représentons les athlètes et ils ne doivent pas en souffrir", a déclaré la nouvelle présidente.

Autre grosse conséquence de l'"affaire Lysenko": la Fédération internationale a demandé à la Task Force "de revoir le processus de désignation des athlètes autorisés à concourir sous bannière neutre et de faire des propositions au Conseil pour voir si ce mécanisme doit être poursuivi et sous quelles forme", a expliqué Rune Andersen, le patron de la Task Force.

La Fédération internationale a aussi brandi la menace d'une exclusion de la Russie selon les prochains développements des enquêtes en cours.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 décembre 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 09/12/2019

Les sociétés d'investissement de Jean-Charles Naouri, qui coiffent le groupe de distribution Casino, ont annoncé lundi avoir finalisé leurs projets de plans de sauvegarde.

Publié le 09/12/2019

Le groupe Avenir Telecom a réalisé un chiffre d'affaires consolidé de 15,2 millions d'euros au 1er semestre 2019-2020, quasiment stable par rapport à...

Publié le 09/12/2019

La cession de l'activité banque de détail de HSBC en France serait devenue une priorité, selon des sources syndicales citées lundi par 'Les Echos".

Publié le 09/12/2019

Prochaines rendez-vous à San Francisco...

Publié le 09/12/2019

Visiativ présentera le 8 janvier 2020 son 3e plan stratégique, baptisé Catalyst 2023, après avoir achevé avec succès ses deux précédents plans stratégiques avec un an d'avance...