En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 919.02 PTS
+0.59 %
5 934.5
+0.86 %
SBF 120 PTS
4 655.99
+0.57 %
DAX PTS
13 282.72
+0.46 %
Dow Jones PTS
28 135.38
+0.01 %
8 487.71
+0.25 %
1.112
0. %

Dopage: Claude-Boxberger positive à l'EPO, nouveau coup de massue pour l'athlétisme français

| AFP | 296 | Aucun vote sur cette news
Ophélie-Claude Boxberger, lors du 1.500 m des Championnats de France d'athlétisme à Miramas, le 17 février 2019
Ophélie-Claude Boxberger, lors du 1.500 m des Championnats de France d'athlétisme à Miramas, le 17 février 2019 ( Boris HORVAT / AFP/Archives )

Un coup dur de plus: déjà ébranlé par les cas de Clémence Calvin et de Morhad Amdouni, l'athlétisme français a subi un nouveau choc mardi avec la révélation du contrôle positif à l'EPO de la spécialiste du 3.000 m steeple Ophélie Claude-Boxberger.

Cette affaire jette le discrédit sur la Fédération, en raison de la relation personnelle qu'entretient l'athlète avec Jean-Michel Serra, le directeur médical de l'équipe de France.

L'année 2019 aura été terrible pour la FFA. Mauvais résultats (seulement 2 médailles au Qatar), guerre de clans et une succession de scandales liés au dopage ont singulièrement mis à mal l'image de l'instance. Alors qu'une réorganisation est envisagée en vue des Jeux Olympiques de Tokyo en 2020, cette révélation alourdit encore le climat.

Elle intervient à la veille de l'audition de la marathonienne Clémence Calvin, convoquée mercredi avec son mari et entraîneur, Samir Dahmani, devant la commission des sanctions de l'Agence française de lutte contre le dopage (AFLD) pour s'être soustraite à un contrôle inopiné au Maroc fin mars.

Durant les Mondiaux de Doha, c'était au tour de Morhad Amdouni, champion d'Europe du 10.000 m en 2018, d'être visé par un reportage de la chaîne allemande ARD, révélant des échanges sur la messagerie Whatsapp où il se voit réclamer des paiements pour un achat d'EPO. Amdouni a fermement rejeté ces accusations.

"Malaise"

"Ce type d'affaires ne nous réjouit pas", a réagi le président de la FFA André Giraud. "Les affaires créent un malaise, on ne peut pas le nier. On ne peut pas mettre quelqu'un derrière chaque athlète jour et nuit. Après le cas Calvin, on a pris des mesures et on sait désormais avec précision où partent nos athlètes en stage. Mais on ne peut pas empêcher quelqu'un de prendre un billet d'avion sans nous en informer."

Le nom de Claude-Boxberger avait déjà résonné pendant les Championnats du monde de Doha, qu'elle avait quittés tête basse au stade des séries. La divulgation sur les réseaux sociaux de photos attestant de sa relation avec Jean-Michel Serra, le directeur médical des Bleus, avait précipité le départ de ce dernier du Qatar. En juin, le docteur Serra avait déjà été épinglé pour s'être inquiété auprès de l'AFLD du nombre de contrôles subis par Claude-Boxberger, sans en informer sa hiérarchie.

Selon une source proche du dossier, le contrôle positif à l'EPO, survenu en septembre, et la relation de l'athlète avec le médecin ont conduit l'AFLD à signaler les faits au parquet de Paris. Ce dernier a confirmé mardi l'ouverture d'une enquête préliminaire le 14 octobre, confiée à l'Oclaesp (Office central de lutte contre les atteintes à l'environnement et à la santé publique).

Le domicile de l'athlète a fait l'objet d'une perquisition en novembre, a aussi indiqué à l'AFP une source proche du dossier, confirmant une information du site Spe15. De son côté, André Giraud a précisé que la FFA avait fait l'objet d'une "réquisition" par l'Oclaesp "pour obtenir un certain nombre de documents, mais pas de policiers ni de gendarmes au siège" de la Fédération.

Cette troisième affaire de dopage a singulièrement douché l'ambiance à Saint-Malo (Ille-et-Vilaine) où les Bleus sont réunis depuis dimanche en stage pour lancer leur saison olympique.

"Cela donne une mauvaise image de l'athlétisme", a déclaré le recordman du monde du décathlon Kevin Mayer. "Cela me rend fou. Je ne sais pas qui est dopé en équipe de France: si ça se trouve j'ai un pote en équipe de France qui est dopé et je ne le sais pas. Le seul pote qui s'est dopé en équipe de France, c'est Quentin Bigot et je ne veux plus avoir de relations personnelles avec lui depuis."

"Déception et colère"

Même tonalité chez la vice-championne d'Europe du 800 m Rénelle Lamote: "J'ai l'impression d'avoir été trahie. J'ai l'impression qu'il y a une mafia de l'athlétisme. J'étais à côté d'Ophélie Claude-Boxberger dans l'avion pour Doha et on avait échangé sur l'alimentation, j'étais à des années-lumière d'imaginer ça. Je tombe de haut."

La vice-championne olympique du disque Mélina Robert-Michon a elle ressenti "beaucoup de déception et de colère".

Seul le médaillé d'argent au marteau des Mondiaux de Doha Quentin Bigot, revenu au plus haut après une suspension de deux ans pour usage d'un stéroïde anabolisant en 2014, a émis un avis plus nuancé, estimant que cette nouvelle affaire de dopage ne "parasitait" pas le stage.

"Est-ce que je suis le mieux placé pour parler de ça?", a-t-il également lancé. "C'est triste, je suis passé par là, je sais ce que c'est. C'est surtout dur pour l'athlète et son entourage. Il ne faut pas se réjouir de ce genre de nouvelles."

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 décembre 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 13/12/2019

L'opération se conclut à 590 ME pour 50% de participation...

Publié le 13/12/2019

La société anglaise Clugston, associée au Groupe CNIM en tant que génie civiliste pour plusieurs contrats de réalisation d'usines de valorisation de...

Publié le 13/12/2019

Wendel et d'autres actionnaires existants d'Allied Universal ont finalisé la cession d'une part majoritaire de leur participation dans la société à...

Publié le 13/12/2019

Au premier semestre, clos fin septembre, EuropCorp a essuyé une perte nette, part du groupe, de 22,7 millions d’euros contre une perte de 88,9 millions d’euros, un an plus tôt. Le premier…

Publié le 13/12/2019

En novembre 2019, le trafic de Paris Aéroport ressort en hausse de 0,9 % par rapport au mois de novembre 2018 avec 7,9 millions de passagers accueillis, dont 5,7 millions à Paris-Charles de Gaulle…