En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 485.88 PTS
+0.18 %
5 486.50
+0.39 %
SBF 120 PTS
4 397.66
+0.30 %
DAX PTS
12 380.36
+0.24 %
Dowjones PTS
26 562.05
-0.68 %
7 548.75
+0.00 %
1.178
+0.29 %

Donald Trump veut doper le charbon

| AFP | 314 | Aucun vote sur cette news
Du charbon dans une usine de traitement le 19 mai 2017 à Welch, en Virginie occidentale
Du charbon dans une usine de traitement le 19 mai 2017 à Welch, en Virginie occidentale ( SPENCER PLATT / GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP/Archives )

Le gouvernement Trump a annoncé mardi un nouveau projet de réglementation destiné à maintenir en vie des centaines de centrales au charbon, dont le président Barack Obama voulait précipiter la fermeture afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre des Etats-Unis.

Immédiatement dénoncée par les écologistes et l'opposition démocrate, la décision vise à concrétiser l'engagement de campagne de Donald Trump d'annuler des normes environnementales de l'ère Obama jugées illégales et destructrices d'emplois, notamment dans des régions qui lui sont fidèles, comme la Virginie occidentale et le Kentucky.

"Nous rendons leur travail à nos supers mineurs de charbon. Des gens supers (...) On adore le beau charbon propre de Virginie occidental", a-t-il lancé mardi soir lors d'un meeting de campagne dans cet Etat.

Le plan proposé mardi --qui mettra des mois voire des années à s'appliquer en raison des délais légaux et des probables obstacles juridiques-- laisserait les centrales américaines rejeter dans l'atmosphère des millions de tonnes supplémentaires de gaz à effet de serre dans les prochaines décennies, éloignant d'autant les Etats-Unis des objectifs de l'accord de Paris sur le climat de 2015, que le président Trump a renié l'an dernier.

Sans compter les émissions d'autres polluants de l'air comme le dioxyde de soufre (SO2).

"L'ère des obligations fédérales monolithiques et bureaucratiques est terminée", a déclaré Andrew Wheeler, patron par intérim de l'Agence de protection de l'environnement (EPA), lors d'une conférence téléphonique avec la presse.

Le président américain Donald Trump avec une pancarte jouant sur le mot
Le président américain Donald Trump avec une pancarte jouant sur le mot "dig", signifiant "creuser" et "aimer", le 3 août 2017 à Huntington (Virginie occidentale) ( SAUL LOEB / AFP/Archives )

"L'air sera plus sale et la santé de notre pays se détériorera, parce que le président Trump se range du côté de quelques puissants groupes d'intérêts", a déploré le chef de la minorité démocrate du Sénat, Chuck Schumer.

Le plan vise à remplacer le "Clean Power Plan" de Barack Obama, qui aurait imposé de strictes normes anti-pollution aux centrales au charbon mais qui a été suspendu par la Cour suprême puis annulé dès l'arrivée au pouvoir du président républicain.

Il décentraliserait la régulation anti-pollution au niveau des Etats fédérés, laissant la "flexibilité" au Kentucky ou à la Californie de fixer leurs propres normes aux centrales, sous prétexte de lever la bureaucratie fédérale.

"L'administration veut rester les bras croisés", s'est lamenté Ken Kimmel, président de l'Union of Concerned Scientists, rappelant que l'EPA a aussi annoncé il y a quelques mois son intention d'annuler de futures normes anti-pollution pour les véhicules.

- Charbon en déclin -

Les anciens de l'administration démocrate assistent ainsi depuis 2017 à la tentative de démolition des deux grands piliers de la politique climatique de Barack Obama.

Le charbon aux Etats-Unis
Le charbon aux Etats-Unis ( Alain BOMMENEL / AFP )

"Nous sommes le seul pays au monde à considérer le charbon comme une énergie d'avenir", a regretté Gina McCarthy, administratrice de l'EPA sous la précédente administration, sur CNN.

Ils dénoncent une nostalgie qui, d'ailleurs, ne correspond plus à la réalité énergétique des Etats-Unis.

Alors que le charbon servait à générer la moitié de l'électricité américaine il y a une décennie, il n'en produit plus que 30%. Le gaz naturel est devenu la première source d'énergie, à la faveur du boum des gaz de schiste, et l'éolien est en forte croissance.

Malgré le soutien de l'administration actuelle, les fermetures de centrales se succèdent: 40% du parc de centrales au charbon existant en 2010 a ainsi fermé ou prévu de fermer, selon les chiffres de cette industrie, l'American Coalition for Clean Coal Electricity.

Le chef de l'EPA Andrew Wheeler a lui-même reconnu que le marché avait profondément changé depuis Barack Obama et que le gaz naturel et les énergies renouvelables allaient inexorablement continuer leur croissance.

La centrale électrique au charbon de Pacificorp, à Castle Dale (Utah, le 9 octobre 2017
La centrale électrique au charbon de Pacificorp, à Castle Dale (Utah, le 9 octobre 2017 ( GEORGE FREY / GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP/Archives )

"Cela continuera même si l'EPA continue de cracher dans le vent", a réagi Michael Bloomberg, ancien maire de New York devenu philanthrope et activiste climatique, qui anime avec d'autres personnalités et élus une coalition d'acteurs locaux (villes, Etats, entreprises) déterminés à réduire les émissions de gaz à effet de serre malgré le recul du gouvernement fédéral.

Reste que le soutien politique continu au charbon pourrait ralentir cette transition du marché énergétique en prolongeant la vie des centrales vieillissantes.

Ce qui rendra plus difficile l'objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre fixé par Barack Obama, qui était déjà peu ambitieux (-26% d'ici 2025 par rapport à 2005) par rapport à l'Europe. En 2016, les Etats-Unis en étaient à une réduction de 12%.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

NOUVEAUTÉ - Bourse Direct lance ses Webinaires

Trader sur Indices, Matières Premières, Devises...
Lundi 2 octobre de 12h00 à 13h00

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Jeudi 11 octobre de 12h30 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 25/09/2018

Un outil d'analyse dédié aux gestionnaires d'actifs

Publié le 25/09/2018

A l'image du secteur, Air France KLM enregistre une deuxième séance consécutive dans le rouge (-3,7% à 8,3 euros), victime de la hausse des cours du...

Publié le 25/09/2018

STMicroelectronics,leader mondial dont les clients couvrent toute la gamme des applications électroniques, a annoncé son entrée dans les indices développement durable du Dow Jones (DJSI - Dow…

Publié le 25/09/2018

CinemaNext, leader européen des services aux exploitants cinéma et branche du Groupe Ymagis, annonce ce jour avoir finalisé l'équipement des trois...

Publié le 25/09/2018

Casino reprend 1,6% à 36,6 euros à la mi-journée alors que l'actualité sectorielle est toujours dominée par la bataille opposant depuis ce week-end le...