En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 855.18 PTS
-0.85 %
4 861.5
-0.56 %
SBF 120 PTS
3 867.86
-0.63 %
DAX PTS
10 896.33
-0.26 %
Dowjones PTS
24 390.98
-0.84 %
6 701.67
-0.98 %
1.128
-0.64 %

Donald Trump réclame à Ryad des explications sur le journaliste disparu à Istanbul

| AFP | 462 | Aucun vote sur cette news
Image tirée d'une vidéosuveillance obtenue par l'agence de presse turque DHA le 10 octobre 2018 montrant Jamal Khashoggi arrivant au consulat saoudien le 2 octobre 2018. AFP PHOTO / DHA
Image tirée d'une vidéosuveillance obtenue par l'agence de presse turque DHA le 10 octobre 2018 montrant Jamal Khashoggi arrivant au consulat saoudien le 2 octobre 2018. AFP PHOTO / DHA ( - / Demiroren News Agency/AFP )

Donald Trump a réclamé des explications à l'Arabie saoudite sur le sort d'un journaliste saoudien disparu depuis plus d'une semaine à Istanbul, après la révélation d'éléments accréditant la thèse de sa capture ou de son assassinat par des agents de son pays.

Le président des États-Unis a déclaré mercredi à la presse à Washington s'être entretenu "au plus haut niveau" avec les Saoudiens, et ce "plus d'une fois", au sujet de Jamal Khashoggi, qui n'a plus donné signe de vie depuis qu'il est entré dans le consulat saoudien d'Istanbul le 2 octobre.

"Nous sommes très déçus de voir ce qui se passe. Nous n'aimons pas ça" et "nous voulons savoir ce qu'il se passe là-bas", a-t-il assuré.

"Ce ne serait pas une bonne chose du tout" si une implication des Saoudiens s'avérait, a-t-il dit tard dans la soirée à la chaîne Fox News.

La Maison Blanche a précisé que deux des plus proches conseillers du président, son gendre Jared Kushner et le responsable du conseil de Sécurité nationale John Bolton, avaient parlé mardi au prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane. Le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo a tenu à "réitérer" les demandes de Washington: "des détails" sur la disparition et "la transparence du gouvernement saoudien concernant l'enquête".

Interrogé sur la réponse de Ryad à ces requêtes, le département d'Etat américain s'est réfugié derrière des "conversations diplomatiques privées", prenant soin de ne pas condamner frontalement les autorités saoudiennes à ce stade.

Donald Trump a également dit être en contact avec la fiancée du journaliste, Hatice Cengiz, qui avait demandé son aide et celle de son épouse Melania pour "faire la lumière" sur cette affaire. Le royaume wahhabite est l'un des plus proches alliés des Etats-Unis.

En parallèle, des sénateurs américains, républicains et démocrates, ont activé une loi qui oblige Donald Trump à rendre des conclusions sur ces faits au Congrès américain d'ici 120 jours.

S'il établit qu'un ressortissant étranger s'est rendu coupable d'une exécution sommaire, de torture ou d'autres atteintes aux droits de M. Khashoggi, alors Washington pourra imposer des sanctions contre cette ou ces personnes.

- "Pas d'informations à l'avance" -

Selon le Washington Post, les services de renseignement américains avaient intercepté, avant sa disparition, des communications entre responsables saoudiens évoquant son enlèvement.

Manifestation en faveur du journaliste saoudien Jamal Hashoggi, devant le consulat saoudien à Istanbul, le 5 octobre 2018.
Manifestation en faveur du journaliste saoudien Jamal Hashoggi, devant le consulat saoudien à Istanbul, le 5 octobre 2018. ( OZAN KOSE / AFP/Archives )

"Les États-Unis n'avaient pas d'informations à l'avance sur la disparition de Jamal Khashoggi", ou d'éventuelles menaces, a répondu mercredi un porte-parole du département d'Etat américain, Robert Palladino.

Selon la police turque, Jamal Khashoggi n'est jamais ressorti de la mission diplomatique, et des sources proches de l'enquête ont affirmé durant le week-end qu'il y avait été assassiné. Mais certains médias ont évoqué mardi la possibilité qu'il ait été enlevé et emmené en Arabie saoudite.

Ryad a de son côté fermement démenti la thèse de l'assassinat, assurant que le journaliste avait bien quitté le consulat.

D'après des images de vidéosurveillance diffusées mercredi par des télévisions turques, ce critique du pouvoir de Ryad, qui écrit notamment pour le Washington Post, est entré le 2 octobre à 13H14 dans le consulat, où il avait rendez-vous pour des démarches administratives.

D'autres images montrent un van entrer dans le consulat puis en ressortir et se rendre à 15H08, selon la chaîne 24 TV, à la résidence du consul toute proche.

La police turque avait révélé samedi qu'un groupe de 15 Saoudiens avait fait l'aller-retour à Istanbul et au consulat le jour de la disparition.

24 TV et d'autres chaînes ont aussi diffusé des images qu'elles affirment être celles des membres de ce groupe arrivant à l'aéroport de la métropole turque puis à leur hôtel. Selon ces sources, ils ont quitté l'hôtel dans la matinée pour se rendre au consulat puis sont repartis dans la soirée.

- "Équipe d'assassinat" -

Image tirée d'une vidéosurveillance obtenue le 10 octobre 2018 par l'agence de presse turque DHA montrant des Saoudiens soupçonnés d'avoir pris part à la disparition de Jamal Khashoggi à leur arrivée à l'aéroport d'Istanbul le 2 octobre 2018. AFP PHOTO / DHA
Image tirée d'une vidéosurveillance obtenue le 10 octobre 2018 par l'agence de presse turque DHA montrant des Saoudiens soupçonnés d'avoir pris part à la disparition de Jamal Khashoggi à leur arrivée à l'aéroport d'Istanbul le 2 octobre 2018. AFP PHOTO / DHA ( - / Demiroren News Agency/AFP )

Mercredi, le quotidien progouvernemental Sabah a publié le nom, l'âge et les photographies de quinze hommes présentés comme l'"équipe d'assassinat" dépêchée par Ryad. L'un d'eux, Salah Muhammed Al-Tubaigy, a la même identité qu'un lieutenant-colonel du département saoudien de médecine légale.

Les autorités turques ont obtenu mardi l'autorisation de fouiller le consulat saoudien, mais cette fouille n'a pas encore eu lieu.

Le journaliste saoudien s'était exilé en 2017 aux États-Unis, après être tombé en disgrâce à la cour du puissant Mohammed ben Salmane, surnommé "MBS".

Dans une interview réalisée par la BBC trois jours avant sa disparition, Jamal Khashoggi affirmait ne pas avoir l'intention de revenir dans son pays, de crainte d'y être arrêté.

Déplorant une réaction américaine timorée, Sarah Margon, de l'organisation Human Rights Watch, estime que Washington "dispose des outils pour répondre rapidement, c'est une question de volonté politique".

Reporters sans frontières appelle de son côté à une "enquête internationale indépendante", soulignant que plus de 15 journalistes et blogueurs saoudiens ont été arrêtés "dans la plus grande opacité" depuis un an.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 14/12/2018

Même si elle est largement distancée par les leaders...

Publié le 14/12/2018

Des gendarmes en patrouille dans le marché de Noël de Bordeaux, le 13 décembre 2018 ( GEORGES GOBET / AFP )Blocages des "gilets jaunes", saccages des casseurs et menace terroriste exacerbent le…

Publié le 14/12/2018

Un manifestant environnementaliste en marge de la conférence climat (COP24) à Katowice (Pologne) le 8 décembre 2018. ( Janek SKARZYNSKI / AFP )La 24e conférence climat de l'ONU (COP24) était…

Publié le 14/12/2018

Des légumes, du bois et du charbon de bois sont chargés sur une voiture le 7 novembre 2018 à Matadi, dans l'ouest de la RDC ( Junior D. KANNAH / AFP/Archives )A l'approche des élections du…

Publié le 14/12/2018

Edmond Siméoni leader du mouvement autonomiste corse le 8 août 2004 ( Olivier Laban-Mattei / AFP/Archives )Edmond Simeoni, 84 ans, figure emblématique du mouvement autonomiste corse depuis la…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 14/12/2018

  Dassault Aviation salue la décision de la Cour suprême de l'Inde Dassault Aviation réaffirme son engagement total vis-à-vis de l'Inde et de ses…

Publié le 14/12/2018

Le ministère de la Défense hongrois a commandé 16 hélicoptères multirôles H225M équipés du système d’armes HForce. Cette commande est assortie d’un programme de formation et de soutien…

Publié le 14/12/2018

Merck&Co a annoncé le rachat du groupe français Antelliq, spécialiste des produits d'identification numérique pour animaux. Le laboratoire américain déboursera environ 2,1 milliards d'euros pour…

Publié le 14/12/2018

Philippe Lagayette administrateur référent, président en exercice du conseil d’administration de Renault, dément les rumeurs de presse faisant état de divergences au sein du conseil à…

Publié le 14/12/2018

Rothschild & Co remplacera Solocal Group au sein de l’indice SBF 120 à partir du 24 décembre 2018, a annoncé Euronext.source : AOF