En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 144.95 PTS
-0.54 %
5 156.50
-0.29 %
SBF 120 PTS
4 123.52
-0.43 %
DAX PTS
11 715.03
-0.52 %
Dowjones PTS
25 706.68
-0.36 %
7 278.63
+0.03 %
1.150
+0.00 %

Donald Trump réclame à Ryad des explications sur le journaliste disparu à Istanbul

| AFP | 366 | Aucun vote sur cette news
Image tirée d'une vidéosuveillance obtenue par l'agence de presse turque DHA le 10 octobre 2018 montrant Jamal Khashoggi arrivant au consulat saoudien le 2 octobre 2018. AFP PHOTO / DHA
Image tirée d'une vidéosuveillance obtenue par l'agence de presse turque DHA le 10 octobre 2018 montrant Jamal Khashoggi arrivant au consulat saoudien le 2 octobre 2018. AFP PHOTO / DHA ( - / Demiroren News Agency/AFP )

Donald Trump a réclamé des explications à l'Arabie saoudite sur le sort d'un journaliste saoudien disparu depuis plus d'une semaine à Istanbul, après la révélation d'éléments accréditant la thèse de sa capture ou de son assassinat par des agents de son pays.

Le président des États-Unis a déclaré mercredi à la presse à Washington s'être entretenu "au plus haut niveau" avec les Saoudiens, et ce "plus d'une fois", au sujet de Jamal Khashoggi, qui n'a plus donné signe de vie depuis qu'il est entré dans le consulat saoudien d'Istanbul le 2 octobre.

"Nous sommes très déçus de voir ce qui se passe. Nous n'aimons pas ça" et "nous voulons savoir ce qu'il se passe là-bas", a-t-il assuré.

"Ce ne serait pas une bonne chose du tout" si une implication des Saoudiens s'avérait, a-t-il dit tard dans la soirée à la chaîne Fox News.

La Maison Blanche a précisé que deux des plus proches conseillers du président, son gendre Jared Kushner et le responsable du conseil de Sécurité nationale John Bolton, avaient parlé mardi au prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane. Le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo a tenu à "réitérer" les demandes de Washington: "des détails" sur la disparition et "la transparence du gouvernement saoudien concernant l'enquête".

Interrogé sur la réponse de Ryad à ces requêtes, le département d'Etat américain s'est réfugié derrière des "conversations diplomatiques privées", prenant soin de ne pas condamner frontalement les autorités saoudiennes à ce stade.

Donald Trump a également dit être en contact avec la fiancée du journaliste, Hatice Cengiz, qui avait demandé son aide et celle de son épouse Melania pour "faire la lumière" sur cette affaire. Le royaume wahhabite est l'un des plus proches alliés des Etats-Unis.

En parallèle, des sénateurs américains, républicains et démocrates, ont activé une loi qui oblige Donald Trump à rendre des conclusions sur ces faits au Congrès américain d'ici 120 jours.

S'il établit qu'un ressortissant étranger s'est rendu coupable d'une exécution sommaire, de torture ou d'autres atteintes aux droits de M. Khashoggi, alors Washington pourra imposer des sanctions contre cette ou ces personnes.

- "Pas d'informations à l'avance" -

Selon le Washington Post, les services de renseignement américains avaient intercepté, avant sa disparition, des communications entre responsables saoudiens évoquant son enlèvement.

Manifestation en faveur du journaliste saoudien Jamal Hashoggi, devant le consulat saoudien à Istanbul, le 5 octobre 2018.
Manifestation en faveur du journaliste saoudien Jamal Hashoggi, devant le consulat saoudien à Istanbul, le 5 octobre 2018. ( OZAN KOSE / AFP/Archives )

"Les États-Unis n'avaient pas d'informations à l'avance sur la disparition de Jamal Khashoggi", ou d'éventuelles menaces, a répondu mercredi un porte-parole du département d'Etat américain, Robert Palladino.

Selon la police turque, Jamal Khashoggi n'est jamais ressorti de la mission diplomatique, et des sources proches de l'enquête ont affirmé durant le week-end qu'il y avait été assassiné. Mais certains médias ont évoqué mardi la possibilité qu'il ait été enlevé et emmené en Arabie saoudite.

Ryad a de son côté fermement démenti la thèse de l'assassinat, assurant que le journaliste avait bien quitté le consulat.

D'après des images de vidéosurveillance diffusées mercredi par des télévisions turques, ce critique du pouvoir de Ryad, qui écrit notamment pour le Washington Post, est entré le 2 octobre à 13H14 dans le consulat, où il avait rendez-vous pour des démarches administratives.

D'autres images montrent un van entrer dans le consulat puis en ressortir et se rendre à 15H08, selon la chaîne 24 TV, à la résidence du consul toute proche.

La police turque avait révélé samedi qu'un groupe de 15 Saoudiens avait fait l'aller-retour à Istanbul et au consulat le jour de la disparition.

24 TV et d'autres chaînes ont aussi diffusé des images qu'elles affirment être celles des membres de ce groupe arrivant à l'aéroport de la métropole turque puis à leur hôtel. Selon ces sources, ils ont quitté l'hôtel dans la matinée pour se rendre au consulat puis sont repartis dans la soirée.

- "Équipe d'assassinat" -

Image tirée d'une vidéosurveillance obtenue le 10 octobre 2018 par l'agence de presse turque DHA montrant des Saoudiens soupçonnés d'avoir pris part à la disparition de Jamal Khashoggi à leur arrivée à l'aéroport d'Istanbul le 2 octobre 2018. AFP PHOTO / DHA
Image tirée d'une vidéosurveillance obtenue le 10 octobre 2018 par l'agence de presse turque DHA montrant des Saoudiens soupçonnés d'avoir pris part à la disparition de Jamal Khashoggi à leur arrivée à l'aéroport d'Istanbul le 2 octobre 2018. AFP PHOTO / DHA ( - / Demiroren News Agency/AFP )

Mercredi, le quotidien progouvernemental Sabah a publié le nom, l'âge et les photographies de quinze hommes présentés comme l'"équipe d'assassinat" dépêchée par Ryad. L'un d'eux, Salah Muhammed Al-Tubaigy, a la même identité qu'un lieutenant-colonel du département saoudien de médecine légale.

Les autorités turques ont obtenu mardi l'autorisation de fouiller le consulat saoudien, mais cette fouille n'a pas encore eu lieu.

Le journaliste saoudien s'était exilé en 2017 aux États-Unis, après être tombé en disgrâce à la cour du puissant Mohammed ben Salmane, surnommé "MBS".

Dans une interview réalisée par la BBC trois jours avant sa disparition, Jamal Khashoggi affirmait ne pas avoir l'intention de revenir dans son pays, de crainte d'y être arrêté.

Déplorant une réaction américaine timorée, Sarah Margon, de l'organisation Human Rights Watch, estime que Washington "dispose des outils pour répondre rapidement, c'est une question de volonté politique".

Reporters sans frontières appelle de son côté à une "enquête internationale indépendante", soulignant que plus de 15 journalistes et blogueurs saoudiens ont été arrêtés "dans la plus grande opacité" depuis un an.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Trader sur le CAC40 avec du levier
Lundi 5 novembre de 12h30 à 13h00

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 17/10/2018

Le marionnettiste Caroll Spinney, qui anime le personnage de Big Bird dans l'émission "Sesame Street" depuis près de 50, a annoncé mercredi qu'il raccrochait ( STAN HONDA / AFP/Archives…

Publié le 17/10/2018

Philippe Vigier, le 24 octobre 2017, à l'Assemblée nationale ( Eric FEFERBERG / AFP )Nouveau record: un huitième groupe politique, très hétéroclite, a été créé à l'Assemblée,…

Publié le 17/10/2018

Quelques reçus pour la loterie Mega Millions, à Chicago le 17 décembre 2013 ( SCOTT OLSON / GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP/Archives )Le prochain tirage de la loterie américaine Mega Millions…

Publié le 17/10/2018

Cette nouvelle implantation remplacera la boutique de 480 m2 située au 100 rue Réaumur, qui fermera ses portes courant janvier 2019...

Publié le 17/10/2018

L'émissaire de l'ONU Staffan de Mistura à Genève le 11 septembre 2018 ( SALVATORE DI NOLFI / POOL/AFP/Archives )L'émissaire de l'ONU pour la Syrie Staffan de Mistura a annoncé mercredi au…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/10/2018

Contrat en vue pour Derichebourg pour la cession des activités de collecte de déchets ménagers, de nettoiement urbain et de traitement de déchets en Italie...

Publié le 17/10/2018

Cette nouvelle implantation remplacera la boutique de 480 m2 située au 100 rue Réaumur, qui fermera ses portes courant janvier 2019...

Publié le 17/10/2018

Ces données positives du JTA-004 complètent les récentes avancées cliniques et de fabrication obtenues par Bone Therapeutics...

Publié le 17/10/2018

Cette seconde génération LIFI propose un produit plus performant avec un débit en hausse de 30%...

Publié le 17/10/2018

Spineway marque ainsi une première étape dans la reconquête du marché américain...