En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 874.96 PTS
+1.68 %
4 873.50
+1.65 %
SBF 120 PTS
3 886.70
+1.70 %
DAX PTS
11 146.00
+2.08 %
Dowjones PTS
24 370.10
+0.00 %
6 718.45
+0.00 %
1.139
+0.08 %

Le chef de la diplomatie américaine défend la santé mentale de Trump

| AFP | 627 | Aucun vote sur cette news
Le président américain Donald Trump le 15 décembre 2017 à Quantico, en Virginie
Le président américain Donald Trump le 15 décembre 2017 à Quantico, en Virginie ( Nicholas Kamm / AFP/Archives )

Le chef de la diplomatie américaine, Rex Tillerson, est monté au créneau pour défendre l'aptitude mentale de Donald Trump, après la publication d'un livre accablant sur les coulisses de la Maison Blanche et dénoncé comme "bidon" par le président.

Le livre du journaliste Michael Wolff "Fire and Fury: Inside the Trump White House" ("Le feu et la colère, dans la Maison Blanche de Trump", disponible en anglais seulement) défraie la chronique et était en tête des ventes pour sa parution vendredi, selon Amazon, relançant le débat sur la personnalité du dirigeant de la première puissance mondiale.

"Je n'ai jamais remis en cause son aptitude mentale, je n'ai aucune raison de douter de son aptitude mentale", a dit Rex Tillerson lors d'une interview sur CNN diffusée vendredi. "Il n'est pas comme les présidents d'avant", a justifié le secrétaire d'Etat, qui n'avait pas démenti personnellement avoir traité en privé le président de "débile" l'été dernier, bien que sa porte-parole l'ait fait.

A travers de nombreux témoignages, la plupart anonymes et qualifiés de fantaisistes par le président, l'auteur décrit les dysfonctionnements de l'exécutif et un chef d'Etat allergique à la lecture, fréquemment reclus dans sa chambre dès 18H30, les yeux rivés sur ses trois écrans de télévision, multipliant les appels à un petit groupe d'amis sur lesquels il déverse "un flot de récriminations", allant de la malhonnêteté des médias au manque de loyauté de son équipe.

Tout son entourage, selon l'auteur, s'interrogerait sur sa capacité à gouverner, a-t-il dit vendredi dans une interview sur NBC.

"Ils disent qu'il est comme un enfant. Ce qu'ils veulent dire, c'est qu'il a besoin d'être immédiatement satisfait. Tout tourne autour de lui", a affirmé Michael Wolff.

"Il est comme une boule de flipper, il part dans tous les sens", a-t-il ajouté. Et de donner comme exemple le fait que Donald Trump répète les mêmes histoires "trois fois en dix minutes", une tendance également observée dans ses interventions publiques.

Ces critiques envers Donald Trump, 71 ans, ne sont pas totalement nouvelles, mais le livre vient grossir le réquisitoire qu'avaient, en 2015 et 2016, déjà engagé Hillary Clinton et les adversaires républicains de l'homme d'affaires.

Plus récemment, le sénateur John McCain a qualifié le septuagénaire de "mal informé" et d'"impulsif". Le président de la commission des Affaires étrangères du Sénat, Bob Corker, a comparé pour sa part la Maison Blanche à une "halte-garderie pour adultes". "Je sais de source sûre que chaque jour, à la Maison Blanche, le but est de le contenir", a-t-il dit en octobre.

- 'Il lit beaucoup' -

Couverture du livre
Couverture du livre "Fire and Fury: Inside the Trump White House" ("Le feu et la colère, dans la Maison Blanche de Trump") distribuée par l'éditeur et obtenue le 4 janvier 2018 ( Handout / Henry Holt and Company/AFP/Archives )

Donald Trump est furieux des reprises dans la presse, qu'il estime irrémédiablement hostile contre lui.

"Maintenant qu'il a été prouvé que la collusion avec la Russie est une fable complète, et que la seule collusion ayant existé était entre Hillary Clinton et le FBI/Russie, les médias +fake news+ et ce nouveau livre bidon attaquent sur tous les fronts imaginables. Ils devraient essayer de gagner une élection. Triste!" a-t-il tweeté vendredi.

C'est la défense de ses partisans: la meilleure preuve de son intelligence est que l'homme d'affaires novice en politique s'est fait élire contre toute les élites républicaines et démocrates.

Pour eux, les médias occultent la réussite de la première année au pouvoir: la croissance, la baisse continue du chômage, les succès de la guerre contre l'organisation Etat islamique, les records à la Bourse...

"Bizarre que dès que Donald Trump gagne, les médias s'accrochent à tout objet anti-Trump qui brille (quelle que soit sa crédibilité)..." a tweeté son fils Donald Jr.

La porte-parole de la Première dame Melania Trump, a également dénoncé sur CNN "un travail de fiction".

"C'est un tabloïd long-format qui colporte des fausses déclarations et des fabrications totales", a ajouté Stephanie Grisham.

Le livre affirme notamment que Melania Trump ne souhaitait pas la victoire de son mari et était en larmes le soir de la victoire - "et pas des larmes de joie".

Parmi d'autres vétérans de la campagne, Brad Parscale a démenti de nombreux passages du récit sur Twitter: "Faux", "dingue"... Quant à l'idée que le président ne lit pas, cet ancien directeur de la campagne numérique l'affirme: "J'ai beaucoup vu Donald Trump lire. Il a des piles de dossiers autour de lui".

Au Congrès, la question de l'état psychologique du dirigeant est de moins en moins taboue. Plus d'une dizaine d'élus démocrates (et un républicain) ont ainsi consulté en décembre une psychiatre de l'université Yale qui s'interroge publiquement sur la dégradation mentale du président. "Risible", a répondu la porte-parole de la Maison Blanche.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Turbos Call, du levier à la hausse pour votre portefeuille
Lundi 28 janvier de 12h30 à 13h30

Les SCPI, un produit incontournable dans la conjoncture actuelle ?
Vendredi 1er février de 12h15 à 13h00

Protéger son portefeuille avec les Turbos Put
Lundi 11 février de 12h30 à 13h00

Tradez sur le CAC 40 avec du levier
Lundi 18 février de 12h15 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/01/2019

Schlumberger a réalisé au quatrième trimestre 2018 un bénéfice net de 538 millions de dollars, ou 39 cents par action, contre une perte de 2,26 milliards, ou 1,63 dollar par action, un an plus…

Publié le 18/01/2019

IDI, groupe coté spécialiste du capital investissement, a pris une participation minoritaire dans Group Label pour un investissement en fonds propres de 12 millions d’euros. Group Label…

Publié le 18/01/2019

GameStop, le premier distributeur mondial de jeux vidéo, a enregistré des ventes meilleures que prévu en fin d’année. Sur la période de 9 semaines s’étant achevée le 5 janvier, ses revenus…

Publié le 18/01/2019

Neopost annonce la nomination de Martha Bejar (57 ans), experte américaine dans le domaine des logiciels, en qualité d’administratrice indépendante au Conseil d`administration et ce, à compter…

Publié le 18/01/2019

Le titre se retourne à la hausse au-dessus du support à 24.64 euros. Du côté des indicateurs techniques, les moyennes mobiles à 20 et 50 séances sont sur le point d'effectuer un croisement…