5 349.30 PTS
-
5 384.0
+0.79 %
SBF 120 PTS
4 267.01
+0.00 %
DAX PTS
13 103.56
-
Dowjones PTS
24 651.74
+0.58 %
6 466.32
+0.00 %
Nikkei PTS
22 901.77
+1.55 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Donald Trump, fin d'année sous haute tension

| AFP | 121 | Aucun vote sur cette news
Donald Trump à la Maison Blanche le 27 novembre 2017
Donald Trump à la Maison Blanche le 27 novembre 2017 ( Brendan Smialowski / AFP )

La fin d'année est proche et le bilan législatif est maigre: au plus bas dans les sondages, Donald Trump espère arracher une victoire au Congrès dans les semaines à venir. Mais l'équation politique est compliquée.

De Ronald Reagan à Barack Obama, la première année au pouvoir est traditionnellement celle durant laquelle les présidents américains font passer les réformes les plus emblématiques - ou les plus délicates - surfant sur l'élan des urnes.

Mais contrairement à ses prédécesseurs, Donald Trump n'a jamais connu l'état de grâce des débuts. Ses relations avec l'opposition démocrate sont très difficiles, celles avec les élus républicains, majoritaires au Congrès, loin d'être harmonieuses.

Le locataire de la Maison Blanche, dont la frustration est palpable, reçoit mardi les leaders républicains et démocrates de la Chambre des représentants et du Sénat: Paul Ryan, Mitch McConnell, Nancy Pelosi et Chuck Schumer.

Au menu de cette rencontre très attendue à Washington: fiscalité, dette, immigration, santé.

La priorité des priorités pour l'exécutif américain? Le vote d'une vaste réforme fiscale, promesse de campagne du magnat de l'immobilier envers "la classe moyenne" mise en avant comme outil incontournable vers une croissance plus robuste.

"L'économie a besoin d'une baisse d'impôts et le parti républicain a besoin de tenir ses promesses", résumait dimanche le sénateur républicain de Caroline du Sud Lindsey Graham.

Donald Trump a franchi mi-novembre une première haie, avec l'adoption d'un texte par la Chambre des représentants. Mais le plus dur est à venir: le Sénat où, avec 52 sièges sur 100, les sénateurs républicains ne peuvent se permettre plus de deux défections.

Lundi, à peine rentré des congés de Thanksgiving, il a assuré d'un tweet que la réforme se présentait "très bien" et bénéficiait d'un "fort soutien". Le vote pourtant, s'annonce délicat.

Et si les républicains ont les yeux braqués sur leur réforme fiscale, les sujets de tension au Capitole sont légion.

Une date-butoir accapare tous les esprits: le 8 décembre, échéance d'ici laquelle les élus doivent trouver un accord sur le relèvement du plafond de la dette.

Prérogative du Congrès, le relèvement du plafond de la dette est, depuis une vingtaine d'années, au coeur de batailles politiques homériques. Il est devenu une précieuse monnaie d'échange pour les élus de tous bords sur fond de menace d'une fermeture du gouvernement fédéral, comme ce fut le cas en 2013.

- 'Obstruction' -

Pour les démocrates, l'occasion est belle de pousser l'une de leurs priorités: offrir un statut - et des perspectives d'avenir - aux centaines de milliers de "Dreamers" (rêveurs), sans-papiers arrivés enfants aux Etats-Unis.

Donald Trump a supprimé un programme de Barack Obama les protégeant, connu sous le nom de Daca. Et donné au Congrès six mois pour trouver une solution.

Interrogée sur les débats à venir, Sarah Sanders, porte-parole de la Maison Blanche, a dit lundi espérer que les démocrates ne "prennent pas le gouvernement en otage".

Qu'attendre alors de la réunion de mardi avec, autour du président, les quatre personnages les plus puissants du Capitole?

La dernière rencontre de ce type, début septembre, avait donné lieu à un épilogue surprenant. Désavouant ses partenaires de la majorité républicaine, M. Trump s'était mis d'accord avec "Chuck et Nancy", les chefs de l'opposition démocrate, pour relever le plafond de la dette jusqu'en décembre.

Quelques jours plus tard, lors d'un dîner à la Maison Blanche qui allait faire couler beaucoup d'encre, il accentuait le malaise dans son propre camp en négociant directement, avec l'opposition démocrate sur la question sensible de l'immigration.

Depuis, le ton a changé. Donald Trump n'a de cesse de dénoncer "l'obstruction" systématique de ses adversaires démocrates.

Entre sa volonté affichée de faire aboutir à tout prix sa réforme fiscale "historique", et ses changements de pieds successifs vis-à-vis de ténors républicains qu'il encense ou dénigre suivant les jours, difficile de prédire quelle carte l'impétueux président sortira de son jeu.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/12/2017

Sensorion et Cochclear annoncent aujourd'hui conjointement la signature d'un accord stratégique de collaboration pour améliorer l'audition de certains...

Publié le 18/12/2017

Assystem a décidé d'étudier l'opportunité de participer, en sa qualité d'actionnaire à 39,24% d'Assystem Technologies Groupe, la branche rachetée par...

Publié le 18/12/2017

Thales et Gemalto ont signé un accord aux termes duquel Thales propose de racheter Gemalto pour 51 euros par actions, soit cinq euros de plus que le prix proposé la semaine dernière par Atos pour…

CONTENUS SPONSORISÉS