En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 919.02 PTS
+0.59 %
5 934.5
-
SBF 120 PTS
4 655.99
+0.57 %
DAX PTS
13 282.72
+0.46 %
Dow Jones PTS
28 135.38
+0.01 %
8 487.71
+0.25 %
1.112
0. %

Des "Transports Roses" aident les Afghanes à circuler dans une société conservatrice

| AFP | 199 | 3 par 1 internautes
Parisa Haidary, au volant de son minibus à Kaboul, le 31 octobre 2019 en Afghanistan
Parisa Haidary, au volant de son minibus à Kaboul, le 31 octobre 2019 en Afghanistan ( WAKIL KOHSAR / AFP )

Parisa Haidary se cale derrière le volant, se débarrasse de ses talons hauts et enfonce la pédale d'accélérateur avec son pied en chaussette, pour engager prudemment son minibus de dix places dans le trafic toujours congestionné de Kaboul.

La mère de famille, qui travaille pour un service de bus réservé aux femmes, garde le sourire sous le regard interloqué des autres usagers de la route, tous masculins.

"Il y a beaucoup de réactions différentes", dit-elle. "Certains automobilistes me coupent la route, d'autres klaxonnent, certains roulent même côte à côte même quand la rue est vide".

Une femme au volant est extrêmement rare dans cette société ultra-patriarcale. Mme Haidary est l'une des quatre employées de Pink Shuttle (Transports Roses), un projet pilote de minibus employant uniquement des femmes pour en transporter d'autres avec leurs enfants à travers la capitale.

"J'adore conduire et mon travail m'intéresse. Notre seule préoccupation est la sécurité. Nous ne devons pas avoir peur", dit Mme Haidary.

Parisa Haidary conduit son minibus en chaussettes à Kaboul, le 31 octobre 2019 en Afghanistan
Parisa Haidary conduit son minibus en chaussettes à Kaboul, le 31 octobre 2019 en Afghanistan ( WAKIL KOHSAR / AFP )

Cette ancienne maquilleuse âgée de 36 ans, qui a aussi travaillé comme journaliste, a été choisie avec trois autres parmi cent candidates.

Pink Shuttle veut aider les femmes à se déplacer dans Kaboul, où au manque de transports s'ajoute le risque de harcèlement.

"Nous avons un problème de transport pour les femmes. En fait, il n'y a pas de service public de transport", dit le coordinateur du projet, Obaidullah Amiri.

Razia Dalili au volant d'un minibus transportant exclusivement des femmes et leurs enfants, le 31 octobre 2019 à Kaboul, en Afghanistan
Razia Dalili au volant d'un minibus transportant exclusivement des femmes et leurs enfants, le 31 octobre 2019 à Kaboul, en Afghanistan ( WAKIL KOHSAR / AFP )

Pink Shuttle est géré par Nove Onlus, une ONG italienne qui bénéficie d'un soutien financier du styliste et entrepreneur Renzo Rosso.

Le projet, qui a aussi le soutien de l'Agence américaine internationale pour le développement (USAID), va se développer selon M. Amiri.

Le service, actuellement offert gratuitement à une clientèle pré-sélectionnée, espère devenir rentable d'ici deux ans.

- Un trafic effrayant -

Selon Khan Mohammad Shinwaray, un responsable du Département de la circulation à Kaboul, le nombre de femmes conduisant dans la capitale augmente, avec 275 permis délivrés au premier semestre de cette année.

Fatima Mohammadi au volant de sa voiture, le 27 octobre 2019 à Kaboul, en Afghanistan
Fatima Mohammadi au volant de sa voiture, le 27 octobre 2019 à Kaboul, en Afghanistan ( WAKIL KOHSAR / AFP )

A comparer aux seulement 1.189 femmes qui ont obtenu ce document entre 2012 et 2016, selon Nove Onlus.

"C'est un changement positif de voir des Afghanes conduire à Kaboul", dit M. Shinwaray, assurant ne voir "aucun obstacle à ce que les femmes deviennent des conductrices".

Affronter le trafic de Kaboul n'est pas une mince affaire, avec des bouchons soudains pouvant durer des heures.

La signalisation routière est quasi inexistante, la plupart des rues n'ont pas de nom et les conducteurs empruntent volontiers les voies à contre-sens. C'est le plus gros véhicule qui a généralement la priorité.

Le trafic a empiré avec la réduction du nombre de voies accessibles résultant du découpage de la ville en ghettos sécurisés contre les attentats par des enceintes de béton pare-éclats.

Quand les talibans ont pris le pouvoir dans le pays en 1996, les femmes ont été cantonnées à domicile et privées d'éducation.

Fatima Mohammadi au volant de sa voiture, le 27 octobre 2019 à Kaboul, en Afghanistan
Fatima Mohammadi au volant de sa voiture, le 27 octobre 2019 à Kaboul, en Afghanistan ( WAKIL KOHSAR / AFP )

Après leur fuite en 2001 avec l'invasion américaine, l’égalité des sexes a été inscrite dans la Constitution afghane mais les discriminations restent une réalité.

Fatima Mohamadi, 31 ans et conductrice depuis quatre ans, dit apprécier la liberté de prendre le volant, mais se plaint de harcèlement au quotidien sur la route.

"Généralement je garde mes vitres fermées. Quelquefois quand un autre conducteur ou un passant sourit ou dit +Bravo+, ça ressemble à du harcèlement".

Mais elle redoute néanmoins que le droit de conduire lui soit retiré si les talibans reviennent au pouvoir.

"J'espère qu'ils ne sont pas le même groupe qu'avant. S'ils appliquent les mêmes règles, nous perdrons notre travail", s'inquiète Mme Haidary.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 3
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 décembre 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 13/12/2019

L'opération se conclut à 590 ME pour 50% de participation...

Publié le 13/12/2019

La société anglaise Clugston, associée au Groupe CNIM en tant que génie civiliste pour plusieurs contrats de réalisation d'usines de valorisation de...

Publié le 13/12/2019

Wendel et d'autres actionnaires existants d'Allied Universal ont finalisé la cession d'une part majoritaire de leur participation dans la société à...

Publié le 13/12/2019

Au premier semestre, clos fin septembre, EuropCorp a essuyé une perte nette, part du groupe, de 22,7 millions d’euros contre une perte de 88,9 millions d’euros, un an plus tôt. Le premier…

Publié le 13/12/2019

En novembre 2019, le trafic de Paris Aéroport ressort en hausse de 0,9 % par rapport au mois de novembre 2018 avec 7,9 millions de passagers accueillis, dont 5,7 millions à Paris-Charles de Gaulle…