En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 127.42 PTS
+0.50 %
5 130.00
+0.56 %
SBF 120 PTS
4 100.97
+0.54 %
DAX PTS
11 554.63
+0.72 %
Dowjones PTS
25 286.49
+0.00 %
6 830.91
+0.00 %
1.129
-0.02 %

Des spectacles par les femmes, pour les femmes: une bulle de liberté en Inde

| AFP | 250 | 5 par 1 internautes
Une spectatrice applaudit lors d'un stand-up réalisé par des femmes devant une audience exclusivement féminine à New Delhi, le 19 août 2018
Une spectatrice applaudit lors d'un stand-up réalisé par des femmes devant une audience exclusivement féminine à New Delhi, le 19 août 2018 ( Noemi CASSANELLI / AFP )

"Les femmes n'aiment pas porter des strings (...) je suis sûre qu'un homme les a inventés": riant aux éclats, une audience d'une trentaine d'Indiennes se régale de sketchs d'humoristes féminines, espace de libération de la parole dans cette société patriarcale.

Pas un homme dans ces représentations réservées aux femmes: ni dans le public, ni sur scène, ni même parmi les préposées aux tickets, lors d'une récente édition du spectacle Femapalooza dans un studio de la capitale indienne New Delhi.

"L'énergie dans la pièce est différente", raconte à l'AFP Priya Elias, ancienne avocate et humoriste en herbe. "On dit toujours aux femmes qu'elles ne sont pas drôles et ce n'est pas vrai du tout."

Au cours des trois dernières années, Femapalooza a organisé plus de 35 représentations dans différentes villes d'Inde. Pour sa fondatrice Jeeya Sethi, l'humour réservé aux femmes leur offre une respiration dans ce pays profondément conservateur et dominé par les hommes.

"Le stand-up consiste à ne pas avoir de limites. Lorsqu'il y a des femmes autour de vous, vous pouvez tout dire et ne pas être jugée", explique Jeeya Sethi. "Les hommes ne parlent que d'hommes, (du Premier ministre) Modi et de masturbation, ou bien ils font des blagues sexistes", regrette la comédienne.

Naomi Barton monte sur scène pour la première fois, le 19 août 2018 à New Delhi, dans le spectacle Femapalooza
Naomi Barton monte sur scène pour la première fois, le 19 août 2018 à New Delhi, dans le spectacle Femapalooza ( Noemi CASSANELLI / AFP )

Les défenseurs des droits des femmes se battent depuis des années pour que celles-ci aient davantage accès aux espaces publics et à des lieux de représentations en Inde - ainsi que pour leur sécurité, dans cette nation d'Asie du Sud où des affaires de viols font régulièrement les gros titres à travers le monde.

Plusieurs spectacles humoristiques de ce type se sont ainsi tenus ces dernières années à Bombay et Bangalore, comme "Leddis Night" organisée par le magazine en ligne Ladies Finger et "Digust Me" de l'humoriste Sumukhi Suresh, et ont été largement salués.

- "Jouet de chambre" -

Au spectacle Femapalooza de New Delhi, 13 artistes âgées de 17 à 37 ans, certaines débutantes, d'autres confirmées, font fuser les répliques dans une petite salle aux stores tirés. Toutes les blagues sur les femmes sont joyeusement accueillies par l'assemblée.

Se produisant sur scène pour la première fois, Naomi Barton trouve un certain confort à jouer pour une audience exclusivement féminine. Envolée, la pression de plaire à la gent masculine.

"Lorsque je parle de mon syndrome prémenstruel et comment cela affecte ma santé mentale, me fourrant dans de drôles de situations, une femme comprend cela", confie cette responsable numérique dans une grande maison d'édition.

Comme dans nombre de pays, évoquer en public les règles ou la sexualité se fait à grand renfort d'euphémismes. Un groupe d'adolescentes rougit lorsque Jeeya Sethi leur demande si elles ont saisi sa plaisanterie sur le "jouet de chambre".

Voilà soudain qu'apparaît sur scène Aditi Mittal, l'une des rares femmes à s'être fait une place sur la scène humoristique indienne.

Elle dit à l'AFP chérir particulièrement ces spectacles 100% féminins.

Jeeya Sethi, une Indienne qui a fondé le spectacle Femapalooza, mettant en scène uniquement des femmes et réservé au public féminin, le 19 août 2018
Jeeya Sethi, une Indienne qui a fondé le spectacle Femapalooza, mettant en scène uniquement des femmes et réservé au public féminin, le 19 août 2018 ( Noemi CASSANELLI / AFP )

"Beaucoup d'hommes pensent que nous faisons du stand-up uniquement car nous cherchons désespérément de l'attention (...) Certains nous disent même +est-ce que vos seins n'attirent pas déjà suffisament l'attention?+'", cingle l'humoriste, qui est la première Indienne à avoir son émission dédiée sur le site Netflix.

Le créneau de l'humour en Inde peut en effet ressembler à une chasse gardée des hommes, concède l'artiste Rohan Joshi, membre de la troupe populaire All India Bakchod. "Nous vivons dans une culture où depuis des années l'avis des femmes n'a jamais été valorisé. (Ce préjugé) occupe une place centrale dans la comédie", dit-il.

Grâce au bouche-à-oreille, le public de Femapalooza grandit progressivement.

Cependant, de l'avis des spectateurs, les représentations peuvent encore gagner en qualité. "C'est un concept nouveau mais il n'y avait que quelques performances intéressantes", commente Deepshikha Singh, professionnelle de la communication venue assister au show à New Delhi. "Beaucoup faisaient cela pour la première fois."

Alors que la soirée se termine, pères et maris s'alignent à l'extérieur du club pour ramener les spectatrices chez elles, à un quotidien souvent bien moins riant.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Différents Types d'Ordres de Bourse
Mardi 20 novembre de 12h30 à 13h30

Tradez les indices mondiaux au travers des CFD
Mercredi 7 décembre de 12h30 à 13h30

CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 13/11/2018

Croquis d'audience mettant en scène Michel Fourniret et son ex-épouse Monique Olivier, à la cour d'assises de Versailles, dans les Yvelines, le 13 novembre 2018 ( Benoit PEYRUCQ / AFP )"Elle a…

Publié le 10/11/2018

Stephanie Alys, 28 ans, cofondatrice de l'entreprise de fabrication de sex-toys destinés aux femmes Mystery Vibe, pose avec un Crescendo et un Tenuto au Web Summit de Lisbonne le 6 novembre 2018…

Publié le 09/11/2018

Le président de L'Oréal, Jean-Paul Agon, le PDG de Kering Francois-Henri Pinault, la directrice générale de Korian Sophie Boissard, et le président de la fondation Agir contre l'exclusion…

Publié le 08/11/2018

Le directeur général de Tesla Elon Musk, le 19 juillet 2017 à Washington ( Brendan Smialowski / AFP/Archives )Elon Musk, l'emblématique et fantasque patron de Tesla en bisbille avec les…

Publié le 07/11/2018

Le compositeur Francis Lai, le 13 mars 2017, lors de la première du film Claude Lelouch "Chacun sa vie". ( GABRIEL BOUYS / AFP/Archives )Le musicien niçois Francis Lai, compositeur attitré de…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 14/11/2018

  Information mensuelle relative au nombre total d'actions et de droits de vote de Neopost SA   Etabli en application de l'article 223.11 du Règlement Général de…

Publié le 14/11/2018

Les travaux doivent débuter en avril 2019

Publié le 14/11/2018

Snap, propriétaire de la messagerie Snapchat, s’est vu demander des informations à propos de son introduction en Bourse en mars 2017, par le ministère américain de la justice et la SEC, rapporte…

Publié le 14/11/2018

Par courrier reçu le 14 novembre 2018 par l'AMF, le groupe familial Deconinck a déclaré à l'Autorité des marchés financiers avoir franchi en hausse,...

Publié le 14/11/2018

Euroland Corporate reste 'acheteur' d'OL Groupe après la publication de chiffres trimestriels qualifiés de 'solides' par le broker...