En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 084.66 PTS
-0.63 %
5 084.50
-0.56 %
SBF 120 PTS
4 076.70
-0.66 %
DAX PTS
11 553.83
-0.31 %
Dowjones PTS
25 444.34
+0.26 %
7 107.23
-0.12 %
1.151
+0.50 %

Des réfugiés syriens trouvent leur place au Portugal par la gastronomie

| AFP | 427 | Aucun vote sur cette news
Fatima et sa fille Rana, réfugiées syriennes, préparent des plats pour l'ouverture de leur restaurant 'Mezze' à Lisbonne le 15 septembre 2017
Fatima et sa fille Rana, réfugiées syriennes, préparent des plats pour l'ouverture de leur restaurant 'Mezze' à Lisbonne le 15 septembre 2017 ( PATRICIA DE MELO MOREIRA / AFP )

Tenu par des réfugiés syriens, le restaurant Mezze a connu un succès immédiat dès son ouverture à Lisbonne en septembre, offrant un exemple rare d'intégration réussie dans un pays à la politique d'accueil pourtant très volontariste.

Le jour de son inauguration, les clients ont dû faire la queue devant l'établissement installé dans le bâtiment rénové du marché d'Arroios, un quartier populaire de la capitale portugaise.

"Les brochettes de poulet, le houmous, tout était exquis. La semaine prochaine je reviens, c'est certain", témoigne Leonor Rodrigues, une traductrice conquise d'emblée par la gastronomie syrienne, jusqu'ici méconnue des Lisboètes.

"L'endroit est vraiment bien. Et c'est génial d'intégrer les réfugiés de cette manière", souligne-t-elle.

Le restaurant Mezze est le fruit d'un projet mené avec détermination par une ancienne journaliste qui a recouru au financement participatif pour aider à l'intégration des Syriens.

Prenant conscience des difficultés qu'ils rencontraient lorsqu'il s'agissait de trouver un emploi et leur place dans la société, Francisca Gorjao Henriques a fondé en 2016 l'association "Pao a Pao" ("Pain à Pain").

"Dès que j'ai présenté le projet du restaurant et annoncé qu'il était destiné à des familles syriennes, les gens ont adhéré tout de suite" à une campagne de financement participatif, raconte cette femme de 45 ans.

Grâce aux 23.000 euros ainsi levés, l'ancienne boucherie du marché d'Arroios a pu être rénovée et la cuisine du Mezze, équipée.

- 'On se sent bien ici' -

En salle comme en cuisine, impossible d'ignorer le parfum des mets orientaux et la singularité de ce restaurant où travaillent une douzaine de Syriens, dont le parcours est raconté jusque dans le menu présenté aux clients.

Parmi eux, Rafat avoue que Lisbonne n'était pas sa destination rêvée lorsqu'il a fui la Syrie il y a près de trois ans, avant de rejoindre l'Egypte puis le Portugal un an plus tard.

Ce jeune homme de 21 ans vit actuellement dans la banlieue nord de Lisbonne avec sa mère Fatima et ses deux soeurs, Rana et Reem, qui, toutes, travaillent également au Mezze. Le père de famille, qui gérait un restaurant traditionnel à Damas, a péri dans le conflit qui a fait plus de 330.000 morts depuis 2011.

Fatima, sa fille Rana et son fils Ranat, réfugiés syriens, travaillent dans leur restaurant 'Mezze' à Lisbonne le 15 septembre 2017
Fatima, sa fille Rana et son fils Ranat, réfugiés syriens, travaillent dans leur restaurant 'Mezze' à Lisbonne le 15 septembre 2017 ( PATRICIA DE MELO MOREIRA / AFP )

"Du Portugal, je ne connaissais que les footballeurs Cristiano Ronaldo et Nani. J'avais l'image d'un pays plutôt pauvre. Ma priorité, c'était l'Allemagne", raconte Rafat à l'AFP.

Aujourd'hui, il s'estime "très content" d'avoir terminé son périple au Portugal, où il espère être rejoint par son frère aîné, installé en Turquie avec sa femme et leur petit garçon.

"On se sent bien ici. Les Portugais sont très tolérants et on n'a jamais eu de problème. Mes soeurs peuvent aller à la plage en hijab sans se sentir jugées", poursuit-il dans un portugais hésitant mais déjà très correct.

- Un quota de réfugiés doublé -

La Commission européenne avait demandé au Portugal d'accueillir 5.000 réfugiés - Syriens, Irakiens et Afghans étant les plus concernés - dans le cadre d'un plan adopté à l'automne 2015 pour relocaliser en deux ans dans des pays de l'UE 160.000 personnes arrivées en Italie et en Grèce.

Ce plan incluait des quotas obligatoires d'accueil, que plusieurs pays de l'UE ont contestés. A contrario, le Portugal a, lui, proposé en février 2016 de doubler son quota, à 10.000 personnes.

Mais malgré ce volontarisme, le pays n'a jusqu'ici accueilli qu'environ 1.400 réfugiés. Et parmi ceux-là, plus de la moitié auraient déjà quitté le territoire portugais, selon les plus récentes estimations officielles. Les autorités portugaises expliquent ces départs avant tout par l'attrait qu'exercent des pays offrant de meilleures perspectives économiques, comme l'Allemagne ou le Royaume-Uni.

Fatima et ses filles et Reem préparent des plats dans leur restaurant 'Mezze' à Lisbonne le 15 septembre 2017
Fatima et ses filles et Reem préparent des plats dans leur restaurant 'Mezze' à Lisbonne le 15 septembre 2017 ( PATRICIA DE MELO MOREIRA / AFP )

Parmi les réfugiés établis au Portugal, un tiers ont déjà pu intégrer le marché du travail, souligne le gouvernement tout en reconnaissant que les offres d'emploi sont toujours insuffisantes.

- 'La langue, c'est la clé' -

Rafat, qui préfère taire son nom de famille, confirme que l'association "Pao a Pao", avec son projet de restaurant, a beaucoup fait pour l'intégration de sa mère et de ses soeurs.

"De mon côté, je me débrouillais déjà en travaillant dans un restaurant de kebab. Mais pour les femmes, qui restent le plus souvent à la maison, c'était plus difficile", reconnaît-il.

Il dit avoir du mal à comprendre ses compatriotes qui ont quitté le Portugal.

Fatima, réfugiée syrienne, suit des cours de cuisine à l'école d'hôtellerie et de tourisme de Lisbonne le 29 mai 2017
Fatima, réfugiée syrienne, suit des cours de cuisine à l'école d'hôtellerie et de tourisme de Lisbonne le 29 mai 2017 ( PATRICIA DE MELO MOREIRA / AFP )

"J'ai des amis syriens qui sont partis sans comprendre que la langue, c'est la clé d'un pays. Ils n'essaient pas de l'apprendre et c'est pour ça qu'ils ne parviennent pas à s'intégrer".

Préparer des mets typiques comme le yalanji, le fattouche, le kebbeh ou le baklava, le personnel du Mezze savait faire depuis longtemps. Mais il leur a fallu apprendre à travailler dans les conditions exigées aux restaurateurs portugais.

Là encore, la solidarité a joué un rôle déterminant puisque l'école d'hôtellerie de Lisbonne leur a offert une formation intensive aux règles d'une cuisine professionnelle.

A cette occasion, ces Syriens ont eu l'occasion de découvrir à leur tour certains secrets de la gastronomie européenne.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

Trader sur le CAC40 avec du levier
Mardi 6 novembre de 12h15 à 13h15

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/10/2018

SOCIETE DE TAYNINH       Paris, le 19 octobre 2018     COMMUNIQUE DE PRESSE       INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE   3ème TRIMESTRE 2018       Chiffre…

Publié le 19/10/2018

Nanobiotix a annoncé la présentation des résultats positifs de son étude de phase II/III Act.in.sarc évaluant NBTXR3 sur des patients atteints de Sarcome des Tissus Mous (STM) localement avancé…

Publié le 19/10/2018

  CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE MUTUEL SUD RHONE ALPES SOCIETE COOPERATIVE A CAPITAL VARIABLE Au capital actuel de 69 949 310,00 euros Siège social : 12 Place de la résistance…

Publié le 19/10/2018

Getlink a été retenu pour la neuvième année consécutive, par Gaïa Rating, parmi 230 sociétés analysées pour intégrer le Gaïa Index composé des 70 meilleures valeurs françaises. La note…

Publié le 19/10/2018

    Paris, le 19 octobre 2018     CESSATION ET MISE EN OEUVRE D'UN CONTRAT DE LIQUIDITE   À compter du 22 octobre 2018 et pour une période d'un an renouvelable…