En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 583.96 PTS
+999 999.00 %
5 523.00
-0.22 %
SBF 120 PTS
4 418.35
+999 999.00 %
DAX PTS
12 249.96
+0.12 %
Dowjones PTS
26 656.39
+0.55 %
7 810.71
+0.00 %
1.121
-0.10 %

Des passeports britanniques sans mention de l'UE, malgré l'impasse du Brexit

| AFP | 350 | 5 par 1 internautes
Des passeports brtianniques avec et sans la mention
Des passeports brtianniques avec et sans la mention "European Community", le 22 décembre 2017 à Londres ( Handout / UK PASSPORT OFFICE/AFP/Archives )

Toujours empêtré samedi dans des discussions autour du Brexit, qui pourrait être reporté une nouvelle fois, le Royaume-Uni a commencé à délivrer des passeports sans la mention "Union européenne", un changement symbolique qui illustre en creux les difficultés du processus de divorce.

"Des passeports (de couleur) bordeaux qui ne présentent pas les mots Union européenne sur la couverture ont été mis en circulation le 30 mars", a déclaré samedi une porte-parole du ministère de l'Intérieur dans un communiqué.

Elle a précisé que des passeports avec la mention Union européenne "continueront à être délivrés pendant une courte période après cette date", afin "d'écouler les stocks". La présence ou l'absence de la mention n'affecte pas la capacité du détenteur du passeport à voyager.

Ce retrait, symbolique, sur les nouveaux passeports a provoqué de nombreuses réactions sur les réseaux sociaux, chez les partisans comme chez les opposants au Brexit.

La Première ministre britannique Theresa May devant la Chambre des Communes, le 3 avril 2019 à Londres
La Première ministre britannique Theresa May devant la Chambre des Communes, le 3 avril 2019 à Londres ( MARK DUFFY / UK PARLIAMENT/AFP/Archives )

"C'est bon à savoir", a ainsi tweeté @Garrood. "Je dois le renouveler et je suis impatient de voir cette mention cancéreuse retirée de mon passeport".

"Nous sommes toujours dans l'UE. Pourquoi mon nouveau passeport ne le reflète-t-il pas ?", a interrogé @SpinHBarone, se disant "véritablement consternée".

"Lignes rouges"

Le Royaume-Uni devait initialement quitter l'UE le 29 mars, deux ans exactement après avoir activé l'article 50 du traité de Lisbonne.

Mais en mars, le gouvernement de Theresa May a sollicité un report de cette date pour éviter le chaos potentiel d'une sortie sans accord, qui aurait mis fin du jour au lendemain, sans période de transition, à 46 ans d'appartenance à l'UE.

Tandis que la date est désormais fixée au 12 avril, Theresa May a réclamé vendredi un nouveau report, jusqu'au 30 juin, pour tenter de trouver d'ici là un accord de divorce acceptable pour le Parlement britannique, qui a jusqu'ici rejeté tous les scénarios.

Jeremy Corbyn, leader de l'opposition travailliste, à la sortie de son domicile, le 4 avril 2019 à Londres
Jeremy Corbyn, leader de l'opposition travailliste, à la sortie de son domicile, le 4 avril 2019 à Londres ( Tolga AKMEN / AFP )

Afin de parvenir à une solution transpartisane, le gouvernement a prolongé samedi les échanges entamés trois jours plus tôt avec l'opposition.

Le Parti travailliste a critiqué l'attitude du gouvernement, estimant que ce dernier n'était pas prêt à élaborer un compromis ou à modifier sa position dans ces tractations.

"Je n'ai pas remarqué de grand changement dans la position du gouvernement jusqu'à présent", a déclaré samedi à Plymouth le chef du Labour, Jeremy Corbyn. "J'attends de voir bouger les lignes rouges".

"Base pour un compromis"

Dans un communiqué publié samedi soir, Theresa May a au contraire souligné les points de convergence: "De fait, sur le Brexit, il y a des sujets sur lesquels les deux principaux partis sont d'accord: nous voulons tous deux la fin de la libre circulation, nous voulons tous deux sortir (de l'UE, ndlr) avec un bon accord, et nous voulons tous deux protéger l'emploi".

"Voilà la base pour un compromis qui peut obtenir une majorité, et obtenir une majorité est la seule manière d'accomplir le Brexit", a ajouté la Première ministre.

Jean-Yves Le Drian, ministre des Affaires étrangères français, lors d'une réunion avec ses homologues du G7 à Dinard, le 6 avril 2019
Jean-Yves Le Drian, ministre des Affaires étrangères français, lors d'une réunion avec ses homologues du G7 à Dinard, le 6 avril 2019 ( STEPHANE MAHE / POOL/AFP )

Plus tôt, son ministre des Finances, Philip Hammond, avait assuré en marge d'une rencontre avec ses homologues de l'UE à Bucarest que "dans ces discussions avec le Labour, (...) nous n'avons pas de ligne rouge".

Partisan d'une rupture douce avec l'UE, quand d'autres ministres au sein du gouvernement défendent une ligne dure, il a appelé son camp à se montrer "ouvert aux suggestions que d'autres peuvent faire", soulignant que "certaines personnes au sein du Parti travailliste font des propositions".

Alors que le gouvernement s'est engagé à sortir le Royaume-Uni de l'union douanière européenne et du marché unique afin de mener une politique commerciale autonome vis-à-vis des pays tiers, le Labour défend, lui, un Brexit plus doux, avec une union douanière et le maintien du pays dans le marché unique.

Dans la soirée, 80 députés travaillistes ont publié une lettre pour demander à M. Corbyn d'imposer la tenue d'un second référendum comme préalable à tout accord avec les Conservateurs.

"Il est temps que cette situation s'arrête", a déclaré samedi le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian. "L'Union européenne ne va pas pouvoir en permanence s'épuiser sur les aléas de la politique intérieure britannique".

Un Conseil européen exceptionnel consacré au Brexit se réunira le 10 avril. La demande de report de Theresa May devra être approuvée à l'unanimité des 27 autres pays membres de l'UE pour entrer en vigueur. Le Premier ministre irlandais, Leo Varadkar, a jugé samedi sur la radio RTE "extrêmement improbable" qu'un Etat oppose son veto à un nouveau délai.

Il a également exprimé sa préférence pour "une extension plus longue", pendant laquelle "le Royaume-Uni disposerait de plus de temps pour décider réellement de la relation future qu'il souhaite entretenir avec l'Union européenne", plutôt que d'extensions répétées "tous les deux mois".

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 24/04/2019

AdUX publie ses résultats pour l'année 2018...

Publié le 24/04/2019

Saint-Gobain a finalisé l’acquisition de 100% du capital de Knauf Mexico, société de production et de distribution de plaques de plâtre. Knauf Mexico a réalisé en 2018 des ventes pour près de…

Publié le 24/04/2019

La révision à la baisse des prévisions annuelles de profits de Nissan pénalise son actionnaire Renault (-3,24% à 60,70 euros) et les équipementiers automobiles français : -1,6% à 114 euros. Le…

Publié le 24/04/2019

bioMérieux annonce, au titre de son premier trimestre 2019, un chiffre d'affaires de 632 millions d'euros, en hausse de 7,7% en données publiées et de...

Publié le 24/04/2019

Metalliance, dont Gaussin - déjà actionnaire à hauteur de 44,3% depuis 2008 - négocie le rachat d'un bloc majoritaire de 51,4%, vient de publier ses...