En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 417.07 PTS
-
5 418.00
+0.03 %
SBF 120 PTS
4 335.14
-
DAX PTS
12 686.29
-
Dowjones PTS
25 064.50
-0.53 %
7 352.36
+0.00 %
1.166
+0.16 %

Des milliers de Kurdes réclament justice pour les militantes tuées à Paris

| AFP | 421 | 5 par 1 internautes
Plusieurs milliers de Kurdes manifestent le 6 janvier 2018 à Paris pour réclamer
Plusieurs milliers de Kurdes manifestent le 6 janvier 2018 à Paris pour réclamer "vérité" et "justice" sur l'assassinat en 2013 dans la capitale française de trois militantes kurdes, Sakine Cansiz, Fidan Dogan and Leyla Soylemez ( CHRISTOPHE SIMON / AFP )

Plusieurs milliers de Kurdes ont manifesté samedi à Paris pour réclamer "vérité" et "justice" sur l'assassinat en 2013 dans la capitale française de trois militantes kurdes, dénonçant le "silence" des autorités françaises sur cette affaire.

"Cinq ans de silence, cinq ans de déni de justice, cinq ans d'impunité", a proclamé une grande banderole montrant les portraits souriants des trois militantes et portée en tête du cortège par plusieurs femmes kurdes aux visages graves.

"Erdogan, assassin!", a scandé à de nombreuses reprises la foule au lendemain même de la visite à Paris du président turc Recep Tayyip Erdogan, qui a été reçu par le président français Emmanuel Macron.

Ce défilé dans les rues de Paris a réuni des manifestants venus de plusieurs pays européens, en particulier d'Allemagne.

Il s'est déroulé cinq ans après l'assassinat de Sakine Cansiz, 54 ans, une des fondatrices du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), de Fidan Dogan, 28 ans, et de Leyla Saylemez, 24 ans, tuées le 9 janvier 2013 de plusieurs balles dans la tête au siège du Centre d'information du Kurdistan, dans le Xe arrondissement de Paris.

Dans cette affaire, le seul suspect, le Turc Omer Güney, est mort fin 2016 en prison avant de comparaître.

Les enquêteurs français avaient pointé "l'implication" de membres des services secrets turcs, le MIT, dans ce triple assassinat, sans désigner de commanditaires.

Des médias turcs avaient notamment diffusé un document présenté comme un "ordre de mission" du MIT pour Omer Güney.

Le MIT avait officiellement démenti toute implication en janvier 2014.

Ali Dogan, 33 ans, frère de Fidan Dogan, a confié à l'AFP en défilant samedi aux côtés d'autres membres des familles des militantes "n'avoir plus d'espoir" en la France sur ce dossier.

"J'ai regardé à la télévision la conférence de presse entre Erdogan et M. Macron hier, c'est triste que le président n'ait pas évoqué l'assassinat de ma soeur (...) on a l'impression qu'on nous cache des choses et que la France n'a pas voulu divulguer des informations pour préserver ses intérêts" par rapport à la Turquie, a-t-il poursuivi.

Agit Polat, représentant du Conseil démocratique kurde en France (CDK), organisateur de cette manifestation, a notamment dénoncé le fait qu'aucune des familles des victimes "n'aient été reçues en cinq ans par les autorités françaises".

De son côté, Didier Le Reste, élu du Parti communiste français (PCF) au Conseil de Paris pour le Xe arrondissement, qui a participé aux côtés d'autres élus PCF à la manifestation, a estimé que la réception à Paris de M. Erdogan la veille de ce rassemblement était une "provocation vis-à-vis du peuple kurde et des familles des militantes assassinées", a-t-il déclaré à l'AFP.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

SEMAINE TRICOLORE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 24 juillet 2018

CODE OFFRE : BLEUS18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : BLEUS18 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/07/2018

                                          Nanterre (France), le 20 juillet 2018   RÉSULTATS DU PREMIER SEMESTRE 2018   CROISSANCE…

Publié le 20/07/2018

Gecina dopé par l'intégration d'Eurosic a également accru la maturité moyenne de sa dette en la portant à 7,4 années...

Publié le 20/07/2018

  Communiqué de presse Embargo jusqu'au 20 juillet 2018 à 7h00 Information réglementée   Résultats financiers du deuxième trimestre et du premier semestre 2018   Orange…

Publié le 20/07/2018

La finalisation de ces opérations pourrait intervenir d'ici la fin de l'année 2018...

Publié le 20/07/2018

Fleury Michon confirme une amélioration sur l'année 2018...