En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 328.00 PTS
+0.43 %
5 318.00
+0.25 %
SBF 120 PTS
4 266.45
+0.19 %
DAX PTS
12 185.45
+0.18 %
Dowjones PTS
25 162.41
-0.54 %
7 354.66
+0.00 %
1.137
+0.23 %

En Catalogne, les séparatistes face à l'ultimatum de Madrid

| AFP | 618 | Aucun vote sur cette news
Carles Puigdemont a jusqu'à 10h00 locales pour affirmer clairement qu'il renonce à déclarer l'indépendance. photo du 17 octobre 2017 à Barcelone
Carles Puigdemont a jusqu'à 10h00 locales pour affirmer clairement qu'il renonce à déclarer l'indépendance. photo du 17 octobre 2017 à Barcelone ( PAU BARRENA / AFP )

Reculer ou aller au choc frontal? Le président indépendantiste de Catalogne doit répondre jeudi à l'ultimatum du gouvernement central, qui a promis de suspendre son autonomie s'il ne renonce pas à déclarer l'indépendance.

Carles Puigdemont a jusqu'à 10H00 (08H00 GMT) pour affirmer clairement qu'il renonce à déclarer l'indépendance de sa riche région de 7,5 millions d'habitants.

Il a une "responsabilité historique", écrivait le grand journal catalan La Vanguardia, l'implorant de choisir l'option que lui propose le gouvernement depuis mercredi: convoquer des élections régionales anticipées pour repartir à zéro. "Il n'y a pas de dignité dans le suicide collectif, surtout si un seul le décide et tous en souffrent", écrit le journal.

S'il va de l'avant, le gouvernement présidé par le conservateur Mariano Rajoy compte appliquer l'article 155 de la Constitution, qui lui permet de suspendre tout ou partie de l'autonomie d'une région si celle-ci viole ses obligations légales.

Dans cette région ayant une langue et une culture propres, fière de son autonomie, cette mesure drastique pourrait déclencher un "affrontement civil", prévient la Vanguardia et encore aggraver la pire crise politique que vit l'Espagne depuis son retour à la démocratie en 1977 après la dictature franquiste.

Manifestation à Barcelone le 17 octobre 2017 pour demander la libération de deux responsables indépendantistes
Manifestation à Barcelone le 17 octobre 2017 pour demander la libération de deux responsables indépendantistes ( PAU BARRENA / AFP )

Si cela se produisait, Marta Pascal, porte-parole du parti de M. Puigdemont, a affirmé mercredi soir que ses élus lui demanderaient de déclarer l'indépendance.

Les dirigeants catalans estiment que le référendum d'autodétermination qu'ils ont organisé le 1er octobre malgré l'interdiction de la justice leur donne un "mandat populaire" pour déclarer l'indépendance.

Selon leurs chiffres, invérifiables, le "oui" l'a emporté à 90% avec 43% de participation.

Mais la société catalane est profondément divisée, presque à parts égales, sur la question.

- Élections régionales? -

Une solution pour sortir par le haut de ce blocage pourrait être la convocation d'élections régionales anticipées.

Le Premier ministre espagnol Mariano Rajoy et la vice-présidente du gouvernement Soraya Saenz de Santamaria, le 11 octobre 2017 au Parlement à Madrid
Le Premier ministre espagnol Mariano Rajoy et la vice-présidente du gouvernement Soraya Saenz de Santamaria, le 11 octobre 2017 au Parlement à Madrid ( JAVIER SORIANO / AFP/Archives )

"S'il (Carles Puigdemont) convoque des élections, et selon les modalités envisagées, cela pourrait être considéré comme un retour à la légalité", a déclaré une source gouvernementale à l'AFP.

Jusqu'ici, les indépendantistes ne voulaient pas en entendre parler. Le responsable des relations internationales du gouvernement catalan, Raul Romeva, répétait encore mercredi matin que cette option n'était "pas sur la table".

Mais une source gouvernementale catalane interrogée par l'AFP s'est montrée plus prudente. "Pour l'instant, ce n'est pas dans nos priorités", a-t-elle déclaré mercredi après-midi. "Nous attendons de voir ce qui sera décidé (par Madrid) demain".

- Puigdemont sous pression -

Carte des déclarations unilatérales d'indépendance en Europe et état actuel de leur adhésion ou non aux Nations unies
Carte des déclarations unilatérales d'indépendance en Europe et état actuel de leur adhésion ou non aux Nations unies ( Thomas SAINT-CRICQ / AFP )

Reste qu'il semble difficile de renouer la confiance et le dialogue entre Barcelone et Madrid que réclament les institutions européennes ainsi que de nombreux Catalans de tous bords, jusqu'au puissant FC Barcelone.

Le gouvernement espagnol considère que les séparatistes sont "hors-la-loi" et refuse de discuter tant qu'ils ne font pas marche arrière.

"On ne peut pas dialoguer avec ceux qui violent la loi et la Constitution", répétait encore Mariano Rajoy mercredi devant les députés.

Jordi Sanchez et Jordi Cuixart, le 16 octobre 2017 à Madrid
Jordi Sanchez et Jordi Cuixart, le 16 octobre 2017 à Madrid ( GABRIEL BOUYS / AFP/Archives )

Carles Puigdemont, séparatiste de toujours et arrivé au pouvoir début 2016 en promettant l'indépendance, est, de son côté, tiraillé de toutes parts.

Ses soutiens l'incitent à ne pas reculer, enflammés par le placement en détention provisoire mardi à Madrid de deux figures indépendantistes, Jordi Sanchez et Jordi Cuixart, inculpés pour "sédition".

Des dizaines de milliers de Catalans sont sortis dans la rue mardi soir pour soutenir leurs "prisonniers politiques", et l'ONG Amnesty International a demandé mercredi leur libération immédiate.

La CUP, parti d'extrême gauche et allié-clé de Carles Puigdemont, l'enjoint aussi de déclarer une république catalane indépendante sans plus attendre.

Elle a déjà convoqué des manifestations jeudi soir et dimanche, avec pour mot d'ordre: "Arrêtons la répression, sortons dans les rues sans peur. Faisons la République maintenant".

D'un autre côté, les milieux économiques exercent une pression maximale sur le président catalan pour qu'il recule.

Plus de 800 entreprises, y compris les deux plus grandes banques catalanes, ont transféré leur siège social hors de la région depuis le référendum, selon le registre du commerce et des sociétés.

Le tourisme, vital pour l'économie de la région, montre aussi d'importants signes de faiblesse, et l'Espagne a revu à la baisse sa prévision de croissance 2018, de 2,6% à 2,3%, en raison de cette crise.

Et surtout, Madrid tient les cordons de la bourse: le gouvernement catalan, dont les finances sont sous tutelle de Madrid depuis septembre, risque de se retrouver à sec fin octobre.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/08/2018

Le titre a enfoncé la zone d'overlap (ancienne résistance devenue support) des 25.5 euros. L'orientation négative des indicateurs techniques milite pour une poursuite de la phase de repli en…

Publié le 16/08/2018

La série de quatre séances consécutives de baisse va-t-elle s'arrêter pour le marché parisien ? Après la chute de plus de 1,8%...

Publié le 16/08/2018

Atlantia chute de 24,98% à 17,66 euros à la Bourse de Milan après que le gouvernement italien a lancé une procédure contre sa filiale Autostrade per l'Italia, mise en cause dans l'effondrement…

Publié le 16/08/2018

La compagnie serait sur le point de se doter d'un patron non français et, de plus, non européen