En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 447.36 PTS
+0.46 %
5 448.50
+0.49 %
SBF 120 PTS
4 359.76
+0.44 %
DAX PTS
12 739.95
+0.62 %
Dowjones PTS
25 119.89
+0.22 %
7 403.89
+0.00 %
Nikkei PTS
22 794.19
+0.43 %

Des défenseurs du loup gardent des brebis pour briser le tabou

| AFP | 330 | 3 par 1 internautes
Pascal Gomes, un informaticien en congé sabbatique, surveille les 650 brebis dont il a la charge, dans un alpage des Alpes-de-Haute-Provence.
Pascal Gomes, un informaticien en congé sabbatique, surveille les 650 brebis dont il a la charge, dans un alpage des Alpes-de-Haute-Provence. ( ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP )

Dans la nuit tombante, Pascal Gomes, un informaticien en congé sabbatique, surveille les 650 brebis dont il a la charge, dans un alpage des Alpes-de-Haute-Provence. Son objectif: les protéger du loup, et contribuer à rétablir le dialogue entre "pro-" et "anti-".

"Mon intime conviction, c'est que même si on tuait tous les loups, ils reviendraient", estime ce passionné de photo animale, qui prête main forte à un berger en surveillant ses animaux la nuit depuis 10 jours, dans le cadre d'un programme mis en place par Férus, une association de protection animale.

Dans ce coin de montagne très boisé, à quelques dizaines de kilomètres de Digne-les-Bains, Pascal n'a pas été déçu: il a vu à deux reprises "plusieurs loups, un adulte et des jeunes". Il a même pris quelques clichés. "La première fois, ça m'a fait chaud au cœur de les voir", glisse-t-il.

Le loup en France
Le loup en France ( Simon MALFATTO / AFP )

Via le programme Pastoraloup, cet "éco-volontaire" oeuvre dans un département où les attaques du canidé sont fréquentes --268 constatées dans les Alpes-de-Haute-Provence entre le 1er janvier et le 31 août selon la direction départementale des territoires.

A 56 ans, Pascal a voulu "voir des deux côtés, celui du loup et celui des éleveurs". Cette année, l'initiative de Férus, a formé une vingtaine de nouveaux bénévoles aux bases du pastoralisme. Mais même si le recours à un de ces volontaires est une aide précieuse, de nombreux éleveurs refusent de leur ouvrir leur porte.

268 attaques de loup ont été constatées dans les Alpes-de-Haute-Provence entre le 1er janvier et le 31 août selon la direction départementale des territoires.
268 attaques de loup ont été constatées dans les Alpes-de-Haute-Provence entre le 1er janvier et le 31 août selon la direction départementale des territoires. ( ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP )

Eric Vissouze, qui anime Pastoraloup, le déplore, mais le comprend: "Férus c'est le diable pour eux, c'est comme faire venir le loup dans la bergerie!".

- "La boule au ventre" -

Pascal Gomes prête main forte à un berger en surveillant ses animaux la nuit depuis 10 jours, dans le cadre d'un programme mis en place par Férus, une association de protection animale.
Pascal Gomes prête main forte à un berger en surveillant ses animaux la nuit depuis 10 jours, dans le cadre d'un programme mis en place par Férus, une association de protection animale. ( ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP )

Pascal, lui, a été bien accueilli par Roger Carreard, le berger qu'il relaie chaque soir. Sur un calendrier placardé dans leur cabane en altitude, certains jours sont marqués d'un "LOUP" au stylo rouge. Des "visites" dont Roger se passerait bien: "Cet été, je l'ai vu cinq ou six fois, j'ai été servi! Maintenant je ne veux plus le voir, j'ai la boule au ventre, je ne suis plus tranquille...".

Plusieurs des brebis qu'il garde ont été tuées cet été, en plein jour, sous ses yeux. "Je ne sais pas comment ça va finir mais y en a de plus en plus", souffle le berger aux 17 ans d'expérience. Quand il mène son troupeau, Roger ne quitte pas son fusil, à l'épaule sur une veste camouflage. Le quinquagénaire sait qu'il n'a pas le droit de tirer sur un loup, mais se dit qu'il pourrait "au moins l'effrayer" avec son arme.

Dans la vallée en contrebas, coule la Bléone --la "rivière du loup" en occitan. Pourtant, ici tout le monde avait pendant longtemps oublié le canis lupus. "Du temps de nos grands-parents, on allait voir les bêtes une fois par semaine et tout allait bien", raconte Julien Daumas, éleveur à Blégiers, à une demi-heure de Digne-les-Bains.

Même si le recours à un des volontaires du programme Pastoraloup est une aide précieuse, de nombreux éleveurs refusent de leur ouvrir leur porte. 
Même si le recours à un des volontaires du programme Pastoraloup est une aide précieuse, de nombreux éleveurs refusent de leur ouvrir leur porte.  ( ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP )

Les chiens de protection, les sirènes d'effarouchement, les lumières "fox light" autour des parcs de brebis la nuit, sont autant d'"aides", mais Julien ne voit qu'une solution: "Surveiller son troupeau 24 heures sur 24, 365 jours par an". Et pour ça, "heureusement qu'il y a les écovolontaires" de Pastoraloup, reconnaît l'éleveur, qui a longtemps refusé l'aide du programme de Férus, craignant des bénévoles "militants". "En général, après avoir vu notre quotidien, la mentalité des volontaires évolue, ils sont plus ouverts", remarque-t-il.

Mais pour améliorer encore la situation entre "pro-" et "anti-loups", Eric Vissouze milite de son côté pour que les initiatives mises en place par Pastoraloup soient proposées par un organisme "neutre" et de façon systématique: "Je suis sûr que les éleveurs les accepteraient".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 3
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

SEMAINE TRICOLORE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 24 juillet 2018

CODE OFFRE : BLEUS18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : BLEUS18 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/07/2018

Atari rebondit de 9,9% désormais à 0,49 euro ce mercredi dans un volume de 2 millions de pièces...

Publié le 18/07/2018

Fin d'action de concert au capital

Publié le 18/07/2018

Ericsson bondit de 9,13% à 74,10 couronnes suédoises à la faveur de deux bonnes nouvelles : des comptes moins dégradés que prévu au deuxième trimestre et une activité dynamique aux Etats-Unis.…

Publié le 18/07/2018

EOS imaging retombe en bourse, sur la place parisienne ce mercredi...

Publié le 18/07/2018

Greenpeace et le réseau Sortir du nucléaire portent plainte contre EDF et sa filiale Framatome suite aux problèmes de soudures constatés sur le...