En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 059.09 PTS
-0.93 %
5 057.00
-0.97 %
SBF 120 PTS
4 048.34
-0.98 %
DAX PTS
11 325.44
-1.77 %
Dowjones PTS
25 387.18
-2.32 %
6 829.10
-2.98 %
1.122
+0.03 %

Colis explosifs contre des figures anti-Trump, dans un climat politique tendu

| AFP | 326 | Aucun vote sur cette news
Un membre de l'unité de déminage sort de l'immeuble de la Time Warner après la découverte d'un colis suspect adressé à la chaîne CNN, le 24 octobre 2018 à New York
Un membre de l'unité de déminage sort de l'immeuble de la Time Warner après la découverte d'un colis suspect adressé à la chaîne CNN, le 24 octobre 2018 à New York ( TIMOTHY A. CLARY / AFP )

Après l'émotion qui a suivi l'envoi de bombes artisanales à des détracteurs de Donald Trump, la politique a vite repris ses droits: le président américain a appelé mercredi au rassemblement mais a souligné la "responsabilité" des médias dans la détérioration du climat actuel, tandis que des démocrates accusaient le républicain d'attiser la violence.

Donald Trump a jugé que "tout acte ou menace de violence politique" était "une attaque contre notre démocratie elle-même". Il a dans le même temps, lors d'un meeting de campagne dans le Wisconsin (nord), appelé les médias à "cesser les hostilités sans fin et les (...) attaques négatives constantes et souvent fausses".

En quelques heures, plus tôt dans la journée, six alertes au colis suspect se sont succédé, de New York à la Floride en passant par Washington, sans compter une fausse alerte en Californie, créant un climat de psychose.

Aucune victime n'a été signalée mais les polices locales et fédérales ont été placées en état d'alerte. Le maire et le gouverneur de New York ont dénoncé une "volonté de terroriser".

Montage photos du 24 octobre 2018 montrant Barack Obama, Hillary Clinton, George Soros, Debbie Wasserman Schultz et Maxine Waters
Montage photos du 24 octobre 2018 montrant Barack Obama, Hillary Clinton, George Soros, Debbie Wasserman Schultz et Maxine Waters ( Martin BUREAU, ANGELA WEISS, STAN HONDA, Mandel NGAN, Saul LOEB, Andrew CABALLERO-REYNOLDS / AFP )

"Dans des moments comme celui-ci, nous devons nous rassembler", a déclaré dans un premier temps Donald Trump, depuis la Maison Blanche.

"Le gouvernement fédéral mène une enquête agressive et nous allons trouver les responsables et les présenter à la justice. Très rapidement j'espère", a-t-il aussi dit.

Le chef de la police new-yorkaise s'est dit persuadé que le ou les coupables seraient identifiés "dans les prochains jours".

L'affaire a commencé dans la matinée lorsque le service fédéral chargé de la protection des anciens présidents a annoncé avoir intercepté deux colis contenant "des engins explosifs potentiels". Ils étaient destinés à l'ex-secrétaire d'État démocrate Hillary Clinton, qui réside dans la banlieue de New York, et à l'ex-président démocrate Barack Obama, qui habite à Washington.

Un véhicule de déminage devant l'immeuble de Time Warner après la découverte d'un colis suspect adressé à la chaîne CNN, le 24 octobre 2018 à New York
Un véhicule de déminage devant l'immeuble de Time Warner après la découverte d'un colis suspect adressé à la chaîne CNN, le 24 octobre 2018 à New York ( TIMOTHY A. CLARY / AFP )

Le paquet destiné à Mme Clinton, rivale malheureuse de Trump à la présidentielle 2016 et que le président continue à critiquer régulièrement, a été intercepté mardi soir. Celui destiné à Barack Obama l'a été mercredi matin, a indiqué le Secret Service. Aucun des colis n'a atteint ses destinataires.

Peu après, la chaîne d'information CNN, souvent dénoncée par Donald Trump qui l'accuse de critiquer systématiquement sa présidence, évacuait ses bureaux new-yorkais après la découverte d'un colis suspect.

Le colis contenait un engin "apparemment explosif" et une "poudre blanche", en cours d'analyse, selon le chef de la police new-yorkaise. Il était adressé à John Brennan, ex-directeur de la CIA et commentateur sur CNN très critique de Trump, lequel a décidé en août de le sanctionner en lui retirant son habilitation de sécurité.

- Paquets d'apparence similaire -

La police de Floride a ensuite indiqué avoir trouvé un colis suspect près du bureau de l'élue au Congrès Debbie Wasserman Schultz, ex-présidente du comité national du parti démocrate.

Image diffusée le 24 octobre 2018 par CNN montre le
Image diffusée le 24 octobre 2018 par CNN montre le "colis suspect" reçu par la chaîne à son bureau de New York ( - / Courtesy of CNN/AFP )

Au moins deux autres personnalités démocrates, noires, l'ex-ministre de la Justice d'Obama, Eric Holder et la députée californienne Maxine Waters, ont aussi été visées par des colis suspects.

Dans la soirée, le FBI a indiqué que deux colis supplémentaires, "d'apparence similaire", avaient été envoyés à Mme Waters, portant le nombre total de ces paquets à sept.

Personne n'a revendiqué ces envois.

Lundi, un engin explosif avait été retrouvé dans la boîte aux lettres de la résidence new-yorkaise du milliardaire George Soros, démocrate notoire devenu une cible des nationalistes américains et européens.

Aucune arrestation n'a été annoncée. Mais le FBI a confirmé que les cinq petits paquets jaunes destinés à Soros, Clinton, Obama, Holder et Brennan étaient "d'apparence similaire", portant plusieurs timbres et une même adresse d'expéditeur: celle de Mme Wasserman Schultz.

- "De la haine dans l'air"

Plusieurs voix ont dénoncé une polarisation de la vie politique américaine depuis l'élection de Donald Trump qui est allée trop loin.

"C'est une période de divisions profondes et nous devons faire tout notre possible pour nous rassembler", a déclaré Hillary Clinton depuis la Floride.

"Nous traversons une période où les gens ressentent beaucoup de haine dans l'air", a déclaré pour sa part le maire démocrate de New York, Bill de Blasio.

Malgré l'appel au rassemblement de M. Trump, et des condamnations de la violence par plusieurs responsables républicains, les chefs démocrates au Congrès ont accusé le président de cautionner la violence. En rappelant qu'il avait traité les médias d'"ennemis du peuple", et tardé à dénoncer les militants d'extrême droite à l'origine de violentes manifestations à Charlottesville à l'été 2017.

"De façon répétée, le président cautionne la violence physique et divise les Américains avec ses mots et ses actes", ont indiqué Nancy Pelosi et Chuck Schumer.

Le président de CNN, Jeff Zucker, a accusé la Maison Blanche d'"incompréhension totale face à la gravité de ses attaques continues contre les médias".

Les États-Unis sont en pleine campagne pour les élections législatives du 6 novembre, dont l'issue sera déterminante pour la suite de la présidence Trump.

L'immigration était jusque-là le thème dominant, alimenté par la marche de milliers de migrants depuis le Honduras vers la frontière mexico-américaine.

Donald Trump, qui enchaîne les meetings à travers le pays, s'est engagé à les stopper. Il a notamment déclaré que les migrants étaient encouragés par les démocrates, et des personnalités conservatrices ont accusé M. Soros de les soutenir financièrement, sans fournir de preuve.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Différents Types d'Ordres de Bourse
Mardi 20 novembre de 12h30 à 13h30

Tradez les indices mondiaux au travers des CFD
Mercredi 7 décembre de 12h30 à 13h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 12/11/2018

LafargeHolcim accélère son désendettement. La transaction s'effectue sur une valeur d'entreprise de 1,75 milliard de dollars, sur une base 100%...

Publié le 12/11/2018

Sur les 9 premiers mois de l'année 2018, les tonnages vendus restent stables...

Publié le 12/11/2018

Cette étape cruciale franchie par ASIT Biotech a permis de lancer les derniers développements précliniques requis par les autorités avant d'initier un essai clinique...

Publié le 12/11/2018

Au 1er trimestre de son exercice 2018-2019 (période du 1er juillet au 30 septembre 2018), OL Groupe dégage un total des produits d'activités de...

Publié le 12/11/2018

Delta Drone a participé de manière innovante à la sécurité du premier Forum de la Paix à Paris...