Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
7 724.32 PTS
+1.27 %
7 720.50
+1.16 %
SBF 120 PTS
5 844.23
+1.21 %
DAX PTS
18 748.18
+1.15 %
Dow Jones PTS
40 000.90
+0.62 %
20 331.49
+0.59 %
1.090
+0.37 %

Des astronomes détectent enfin un trou noir "poids-moyen"

| AFP | 188 | 5 par 1 internautes
Image de l'amas stellaire Omega centauri, prise par le télescope Hubble, et distribuée par l'Agence spatiale européenne le 10 juillet 2024
Image de l'amas stellaire Omega centauri, prise par le télescope Hubble, et distribuée par l'Agence spatiale européenne le 10 juillet 2024 ( Handout / EUROPEAN SPACE AGENCY/AFP )

L'Univers est riche de trous noirs, avec des poids lourds supermassifs nichés au cœur des galaxies ou des poids légers conçus dans l'effondrement d'une étoile, mais la quête d'un "poids moyen" était jusqu'ici sans succès.

Des astronomes ont affirmé mercredi avoir trouvé la meilleure preuve d'un tel chaînon manquant dans Omega centauri, le plus grand amas d'étoiles de la Voie lactée, à quelques 18.000 années lumières de la Terre.

Ils ont remarqué "quelque chose de curieux" au centre de cet amas de quelques dix millions d'étoiles, a expliqué à l'AFP Maximilian Häberle, doctorant à l'Institut allemand Max Planck pour l'astronomie.

Sept étoiles s'y déplaçaient trop rapidement par rapport à leurs consœurs, ce qui aurait dû les faire sortir de l'amas. Mais elles semblaient retenues par l'attraction gravitationnelle d'un corps aussi massif qu'invisible.

"Un très grand espace"

Des calculs simulant le mouvement des sept étoiles ont permis de déterminer qu'il s'agissait d'un trou noir niché au cœur d'Omega centauri et doté d'une masse équivalente à celle de 8.200 Soleil.

Vue polarisée de la lumière ceinturant le trou noir supermassif Sagittarius A* au coeur de la Voie lactée, dans une image distribuée par l'Observatoire européen austral le 27 mars 2024
Vue polarisée de la lumière ceinturant le trou noir supermassif Sagittarius A* au coeur de la Voie lactée, dans une image distribuée par l'Observatoire européen austral le 27 mars 2024 ( Handout / European Southern Observatory/AFP/Archives )

Exactement celle qu'on pourrait attribuer à un trou noir intermédiaire. Un trou noir dit stellaire peut avoir une masse jusqu'à quelques 150 masse solaire, quand un supermassif dépasse aisément les 100.0000 masse solaire. Par exemple, Sagittarius A*, au cœur de la voie lactée, a une masse de quatre millions de fois celle du Soleil.

Ce qui laisse "un très grand espace" entre ces deux extrêmes pour les trous noirs intermédiaires, a remarqué Maximilian Häberle, premier auteur de l'étude parue dans Nature. Et très peu de candidats pour les représenter.

Les trous noirs sont impossibles à détecter autrement qu'indirectement, car même la lumière ne peut échapper à leur force gravitationnelle. Ceux de catégorie intermédiaire sont d'autant plus discrets qu'ils absorbent peu de matière environnante et émettent donc moins de lumière à ce moment là.

Image du centre de l'amas stellaire Omega centauri, prise par le télescope Hubble, et où a été détecté la présence d'un trou noir, dans une photo  distribuée par l'Agence spatiale européenne le 10 juillet 2024
Image du centre de l'amas stellaire Omega centauri, prise par le télescope Hubble, et où a été détecté la présence d'un trou noir, dans une photo distribuée par l'Agence spatiale européenne le 10 juillet 2024 ( NASA / GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP/Archives )

Maximilian Häberle espère que cette découverte mettra un terme à deux décennies de disputes entre astronomes pour savoir si Omega centauri abrite un trou noir intermédiaire.

L'équipe a fouillé les données de vingt ans d'observations du télescope Hubble pour déterminer le mouvement d'1,4 million d'étoiles dans Omega centauri. Ils ont pu exclure des scénarios impliquant plusieurs trous noirs stellaires ou des systèmes d'étoiles binaires, selon M. Häberle.

Une confirmation définitive de l'existence du trou noir intermédiaire nécessiterait d'observer directement le mouvement des étoiles en orbite autour de lui, ce qui nécessiterait des centaines d'années, a-t-il ajouté.

Meilleure preuve

Plusieurs astronomes non liés à l'étude ont estimé qu'il s'agissait là de la meilleure preuve à date de l'existence des trous noirs intermédiaires.

"Ce résultat ouvre la porte pour savoir à quel point de tels trous noirs sont courants", a dit à l'AFP Jenny Greene, astrophysicienne à l'Université de Princeton. Au moins autant que les trous noirs supermassifs, selon elle, voire jusqu'à cinq fois plus nombreux.

L'étude de ces objets étranges doit permettre aussi de comprendre comment les trous noirs gagnent en masse. Une théorie veut ainsi que des trous noirs fusionnent entre eux.

Mais cela n'explique pas la découverte récente avec le télescope James Webb de trous noirs supermassifs seulement quelques centaines de millions d'années après le Big bang, dans les premiers âges de l'Univers.

Car des trous noirs stellaires n'auraient alors pas eu suffisamment de temps pour fusionner en grand nombre et donner naissance à ces poids lourds.

Les astronomes placent tous leurs espoirs dans la mise en route attendue en 2028 de l'ELT (Extremely large telescope), le plus grand télescope au monde, pour tenter d'en savoir plus sur les trous noirs, moyens et lourds.

dl/pcl/chl/cbn

 ■

Copyright © 2024 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

Jusqu'à
170€ de prime offerte*

Pour toute 1ère adhésion avant le 31 août 2024 inclus, avec un versement initial investi à 30 % minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte, non garanties en capital.
*SOUS CONDITIONS

Ces contrats présentent un risque de perte en capital.
Information publicitaire à caractère non contractuel.

Actions les plus vues

Classement des actions les plus vues, pour la période du samedi 06 juillet 2024 au vendredi 12 juillet 2024, des marchés Euronext Paris, Bruxelles, Amsterdam, Growth Paris, NASDAQ et NYSE sur le site et l'application Bourse Direct.

CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 10/07/2024

Logo du groupe américain Microsoft photographié à Paris le 22 mai 2024, lors du salon VivaTech, plus grand événement européen sur les nouvelles technologies ( JULIEN DE ROSA / AFP )Microsoft…

Publié le 05/07/2024

Des robots humanoïdes GR-1 de l'entreprise Fourier exposés lors de la Conférence mondiale sur l'intelligence artificielle (WAIC) à Shanghai, le 4 juillet 2024 ( STR / AFP )Innovation, soutien…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 12/07/2024

Le CAC40 cash a clôturé la séance en hausse de 0,71% à 7627,13 points dans un volume de 2,583 MD€.

Publié le 12/07/2024

La Bourse de Paris a poursuivi son rebond, galvanisée par les anticipations de baisse de taux de la Fed en septembre, après le recul de l'inflation aux États-Unis.

Publié le 12/07/2024

Il n'y aura pas de reprise de la cotation

Publié le 12/07/2024

L’assemblée générale de Laurent-Perrier du 11 juillet 2024 a entériné l’évolution de son conseil avec la nomination de Jean-Marie Barillère en qualité de membre du conseil de surveillance.…

Publié le 12/07/2024

Rapprochement en vue avec Cathay Capital Private Equity Les managers de Wedia avec l’appui financier de Cathay Capital Private Equity ont annoncé l’acquisition d’un bloc de…

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes.
Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne

WELCOME DAYS

Offre
Assurance Vie

Jusqu'à
170€ DE PRIME OFFERTE*

Découvrir

*Voir conditions