En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 494.17 PTS
+0.78 %
5 479.00
+0.72 %
SBF 120 PTS
4 397.14
+0.71 %
DAX PTS
12 430.88
+0.85 %
Dowjones PTS
26 729.11
+0.27 %
7 555.21
-0.18 %
1.174
-0.31 %

Protestations dans le monde musulman contre la décision de Trump sur Jérusalem

| AFP | 530 | Aucun vote sur cette news
Des manifestants protestent à  Amman contre la décision de Donald Trump sur Jérusalem, le 8 décembre 2017
Des manifestants protestent à Amman contre la décision de Donald Trump sur Jérusalem, le 8 décembre 2017 ( KHALIL MAZRAAWI / AFP )

Des dizaines de milliers de personnes ont manifesté vendredi dans plusieurs pays arabes et musulmans pour protester contre la décision de Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël et exprimer leur solidarité avec les Palestiniens.

Aucun incident violent n'a été rapporté lors de ces manifestations qui ont eu lieu après la prière hebdomadaire musulmane, mais la mobilisation semblait moins importante qu'escompté pour une annonce qui a suscité colère et réprobation dans le monde.

Néanmoins, dans les Territoires palestiniens, des violences ont éclaté entre manifestants et soldats israéliens entraînant la mort d'un Palestinien.

En Jordanie, le seul pays arabe avec l'Egypte à avoir signé la paix avec Israël en 1994, quelque 20.000 personnes ont manifesté à Amman et dans d'autres villes, en criant que "Jérusalem est la capitale de Palestine", selon des correspondants de l'AFP sur place.

Les protestataires ont brandi des pancartes avec les drapeaux israélien et américain accompagnés de la mention "Au diable"! Ils ont appelé à la fermeture de l'ambassade des Etats-Unis et brûlé les drapeaux d'Israël et des Etats-Unis.

Au Caire, des centaines de fidèles entourés de policiers anti-émeute, ont manifesté à la mosquée Al-Azhar. "Nous sacrifierons notre âme et notre sang pour toi, Al-Aqsa", sur l'esplanade des Mosquées à Jérusalem, ont scandé les manifestants, certains brûlant des drapeaux américain et israélien.

Un Tunisien brûle un poster d'images de drapeaux américain et israélien lors d'une manifestation à Tunis, le 8 décembre 2017
Un Tunisien brûle un poster d'images de drapeaux américain et israélien lors d'une manifestation à Tunis, le 8 décembre 2017 ( FETHI BELAID / AFP )

"Jérusalem est islamique et arabe", a dit Abbas Shuman, adjoint du grand imam d'Al-Azhar, lors de son prêche. Même s'il a condamné l'annonce de M. Trump, il a souligné que "le moment n'est pas aux protestations mais aux décisions".

Le grand imam d'Al-Azhar a annoncé un peu plus tard annuler une rencontre prévue avec le vice-président américain Mike Pence durant le mois décembre après la décision de Donald Trump.

En Tunisie, des milliers de personnes ont défilé dans la capitale Tunis pour apporter leur soutien aux Palestiniens et affirmer que Jérusalem est "notre capitale".

Au Liban, des milliers de membres de partis islamistes et de gauche, ainsi que des Palestiniens ont organisé une marche à Beyrouth. Certains ont porté des photos de Trump et du drapeau américain barrés d’un grand X rouge. Des manifestations ont également été organisées dans trois des 12 camps de réfugiés palestiniens du Liban, Baddaoui, Borj-Barajné (Beyrouth) et Aïn Héloué (sud).

- 'Jérusalem est à nous' -

En Syrie voisine, malgré la guerre, des Syriens et des Palestiniens ont manifesté contre la décision de M. Trump.

Dans un autre pays ravagé par la guerre, le Yémen, des milliers de partisans des rebelles ont protesté dans la capitale Sanaa en criant "Arabes, musulmans, notre cause est la Palestine!"

A Bagdad, des centaines d'Irakiens ont brandi des pancartes sur lesquelles était écrit "Jérusalem est à nous et Jérusalem appartient aux Arabes". Là aussi, ils ont brûlé les drapeaux israélien et américain.

De l'autre côté de la frontière, en Iran, des milliers de personnes ont manifesté à Téhéran et dans d'autres villes contre Israël et les Etats-Unis. Ils ont scandé "Mort à l'Amérique" et "Mort à Israël" et certains ont brûlé des drapeaux américain et israélien. "Al-Qods (Jérusalem) est à nous", "Nous nous tiendrons debout jusqu'à l'anéantissement d'Israël", pouvait-on encore lire sur des banderoles.

Des milliers de manifestants protestent à Diyarbakir en Turquie contre la décision de Donald Trump sur Jérusalem, le 8 décembre 2017
Des milliers de manifestants protestent à Diyarbakir en Turquie contre la décision de Donald Trump sur Jérusalem, le 8 décembre 2017 ( ILYAS AKENGIN / AFP )

Hors du Moyen-Orient, des milliers de personnes ont manifesté en Turquie en brandissant des pancartes proclamant "Jérusalem est notre honneur", "A bas l'Amérique, à bas Israël".

Des centaines de personnes ont en outre protesté en Afghanistan. Quelques dizaines d'entre eux ont tenté de marcher vers l'ambassade américaine, mais ont été rapidement refoulés.

Au Pakistan voisin, des manifestants sont également descendus dans la rue pour dénoncer la décision américaine.

En Malaisie et en Indonésie, les protestataires ont dénoncé une "gifle" pour le monde musulman. Environ 5.000 manifestants ont défilé à Kuala Lumpur en criant "Ne touchez pas à Jérusalem" ou "Faites tomber Trump".

En Indonésie, archipel voisin de la Malaisie et pays musulman le plus peuplé au monde, plusieurs centaines de personnes ont manifesté devant l'ambassade des Etats-Unis à Jakarta, exhibant des banderoles avec des slogans tels que "Non à Trump".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/09/2018

Paris, le 21 septembre 2018                                                                    Communiqué de mise à…

Publié le 21/09/2018

Vicat a annoncé la nomination d'Hugues Chomel comme Directeur financier du groupe, en remplacement de Jean-Pierre Souchet, Directeur général adjoint, qui devient conseiller du Président Directeur…

Publié le 21/09/2018

L'Assemblée Générale de Laurent-Perrier réunie le 21 septembre 2018 a décidé de nommer Philippe-Loïc Jacob en qualité de censeur...

Publié le 21/09/2018

Gascogne a révélé ses résultats au titre de son premier semestre 2018. Ainsi, le spécialiste du papier et de l’emballage a publié un résultat net consolidé de 5 millions d’euros, un…

Publié le 21/09/2018

Amoeba vient de publier des résultats semestriels 2018 impactés par le repositionnement de la société. Ainsi, le groupe a dévoilé une perte nette de 4,497 millions d’euros sur la période,…