En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 345.67 PTS
-1.70 %
5 288.5
-1.56 %
SBF 120 PTS
4 223.18
-1.66 %
DAX PTS
12 045.83
-1.58 %
Dowjones PTS
25 764.00
-0.38 %
7 503.68
+0.00 %
1.116
+0.05 %

De Kaboul à Doha, la paix en Afghanistan au centre des discussions

| AFP | 175 | 1 par 1 internautes
L'émissaire américain pour la paix en Afghanistan Zalmay Khalilzad, à Kaboul le 28 avril 2019
L'émissaire américain pour la paix en Afghanistan Zalmay Khalilzad, à Kaboul le 28 avril 2019 ( WAKIL KOHSAR / AFP/Archives )

De nouvelles discussions entre talibans et Etats-Unis ont démarré mercredi au Qatar alors qu'à Kaboul des milliers de dignitaires afghans tentent de dessiner les limites d'un accord de paix tant espéré avec les insurgés.

L'émissaire américain pour la paix en Afghanistan, Zalmay Khalilzad, qui avait évoqué mercredi sur Twitter "des discussions à Doha aujourd'hui" a rencontré le plus haut responsable politique du mouvement taliban, le Mullah Abdul Ghani Baradar, selon un communiqué des talibans.

Ils ont "échangé leurs points de vue sur les aspects essentiels d'un règlement pacifique de la question afghane", indique le porte-parole taliban Zabihulah Mujahid.

Selon des propos attribués à M. Baradar, "il est absolument vital que les deux points clés de l'ordre du jour de la réunion précédente soient finalisés", indique le communiqué soulignant l'impossibilité d"'aborder d'autres sujets avant cela".

Lors de la précédente rencontre de plus de deux semaines achevée mi-mars, les deux parties avaient salué des "progrès" qui devaient cependant être "finalisés".

Les Etats-Unis avaient indiqué s'engager à établir un calendrier de retrait de leurs troupes d'Afghanistan tandis qu'en échange les talibans promettent d'empêcher des groupes terroristes de s'implanter dans le pays ou de s'en servir comme base pour mener des attentats à l'étranger.

Né en Afghanistan et ancien ambassadeur des Etats-Unis dans le pays, le diplomate américain effectue depuis sa nomination en septembre des navettes entre différentes capitales asiatiques et Washington dans le but de parvenir à un consensus régional.

Il était lundi à Islamabad où il a salué "le rôle que le Pakistan veut jouer dans l'établissement d'un consensus régional à l'appui du processus de paix en Afghanistan". "Le temps de la mise en oeuvre est venu", a-t-il estimé.

M. Khalilzad avait indiqué dimanche que Washington est "un peu impatient" de mettre un terme à la plus longue guerre de l'histoire des Etats-Unis où 2.300 de ses soldats ont perdu la vie et qui a coûté au pays plus de 1.000 milliards de dollars. Son coût annuel est estimé à 45 milliards de dollars pour les contribuables américains.

Les Etats-Unis veulent "mettre fin à leurs dépenses en Afghanistan et aux dangers auxquels les forces armées sont confrontées. Mais Washington (...) veut mettre fin à cette guerre de manière responsable", a-t-il souligné lors d'une interview à une télévision afghane.

Espoirs et incertitudes

Si les espoirs de paix sont immenses parmi la population afghane, lasse des conséquences de la guerre et des milliers de civils tués, il paraît peu probable que ce nouveau cycle de négociations permette de suspendre le conflit en cours.

M. Khalilzad a souligné à plusieurs reprises qu'"il n'y a d'accord sur rien tant qu'il n'y a pas d'accord sur tout".

Ouverture d'une
Ouverture d'une "grande assemblée" ("loya jirga") à Kaboul, le 29 avril 2019 ( STR / AFP/Archives )

Les Etats-Unis souhaitent également négocier l'ouverture d'un dialogue inter-afghan et un cessez-le-feu entre belligérants.

Jusqu'à présent aucun des pourparlers n'a inclus le gouvernement afghan, que les talibans qualifient de "marionnette" des Etats-Unis. Une rencontre entre rebelles et autorités de Kaboul, qui devait se tenir mi-avril à Doha, a été annulée à la dernière minute.

Si Etats-Unis et talibans parvenaient à s'entendre entre eux, les insurgés doivent encore conclure un accord de paix avec les autorités afghanes.

Méga réunion à Kaboul

Le gouvernement du président Ashraf Ghani a en ce sens convié depuis lundi et pour quatre jours quelque 3.000 dirigeants communautaires, personnalités religieuses et autres hommes politiques de tout le pays afin qu'ils participent à une "loya jirga" - "grande assemblée" en langue pachtoune - de la paix à Kaboul.

Des Afghans participent au premier jour d'une
Des Afghans participent au premier jour d'une "grande assemblée" ("loya jirga") à Kaboul, le 29 avril 2019 ( STR / AFP/Archives )

Son objectif est d'établir des lignes rouges pour tout accord avec les talibans, notamment le maintien de la Constitution et la protection des droits des femmes, des médias et de la liberté d'expression.

Mercredi, le représentant spécial du président Ghani pour la paix, Mohammad Omar Daudzai, s'est félicité des nouveaux pourparlers américano-talibans dont il attend l'issue avec "optimisme".

Il a estimé lors d'une conférence de presse à Kaboul que "les premiers pas des pourparlers entre le gouvernement et les talibans commencent avec la loya jirga".

Mais malgré tous ces efforts diplomatiques, la violence ne décroit pas en Afghanistan, les talibans ayant annoncé le mois dernier le début de leur offensive annuelle de printemps.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 1
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 30 juin 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/05/2019

Amundi envisage la possibilité d’une fusion avec DWS, mais à condition d’obtenir le contrôle de la nouvelle entité, a appris Reuters d’une source proche de la stratégie d’Amundi.…

Publié le 20/05/2019

EURAZEO constituera ce jour le sous-jacent de notre conseil sur le produit dérivé à destination des investisseurs les plus actifs. L’outil sélectionné est le warrant Put A686S émis par SOCIETE…

Publié le 20/05/2019

Le secteur des semi-conducteurs, mais aussi l'ensemble du compartiment technologique, plombent l'ambiance en Europe en ce début de semaine à l'image...

Publié le 20/05/2019

Tikehau Capital Advisors, principal actionnaire de Tikehau Capital SCA, annonce des engagements fermes et irrévocables portant sur 195 millions d’euros de nouveaux fonds propres provenant de…

Publié le 20/05/2019

Sur un marché en forme...