5 291.91 PTS
+0.04 %
5 288.0
+0.01 %
SBF 120 PTS
4 240.87
+0.03 %
DAX PTS
12 426.67
-0.49 %
Dowjones PTS
25 041.09
+0.31 %
6 828.38
+0.72 %
Nikkei PTS
21 970.81
+0.21 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Dans le centre du Nigeria, agriculteurs et éleveurs "ne peuvent plus" vivre ensemble

| AFP | 64 | Aucun vote sur cette news
Madu Maji, le patron du marché au bétail de Makurdi, le 4 janvier 2018
Madu Maji, le patron du marché au bétail de Makurdi, le 4 janvier 2018 ( PIUS UTOMI EKPEI / AFP/Archives )

Assis sur un banc, le vieil Alhadji Madu Maji râcle la poussière de ses pieds nus pour tromper l'ennui. Il ne reste guère plus d'une poignée de vaches avec la peau sur les os dans les enclos du marché à bétail de Makurdi, dans le centre du Nigeria.

"Nos vaches ne peuvent plus paitre en brousse et elles meurent de faim. Les éleveurs ne viennent plus ici", affirme Madu Maji, patron du plus grand marché de l'Etat de Benue, où, dit-il, seule une dizaine de bêtes sont vendues chaque jour, contre plusieurs centaines auparavant.

Ces derniers mois, les éleveurs et leurs troupeaux ont tous déserté l'Etat de Benue. Ou presque. Ils ont été chassés par une guerre pour l'accès aux ressources et une récente loi interdisant la transhumance, pratique séculaire pourtant nécessaire à la survie du bétail.

Les terres fertiles du centre, irriguées par un vaste réseau de rivières, attirent durant la saison sèche des milliers de bêtes migrant depuis les zones sahéliennes de toute l'Afrique de l'Ouest à la recherche de pâturages.

Un phénomène accentué par la désertification, et source de tensions dans un pays où les espaces sont saturés par l'explosion démographique. Le Nigeria accueille déjà près de 200 millions d'habitants et devrait devenir le 3e pays le plus peuplé du monde en 2050.

Une mère de famile prépare à manger dans le camp de déplacés de Makurdi, le 3 janvier 2018
Une mère de famile prépare à manger dans le camp de déplacés de Makurdi, le 3 janvier 2018 ( PIUS UTOMI EKPEI / AFP/Archives )

La région est devenue le théâtre d'affrontements quasi-quotidiens entre les agriculteurs sédentaires, chrétiens de l'ethnie Tiv, et les éleveurs, majoritairement peuls et musulmans. Plus de 100 personnes ont été tuées depuis début janvier, et près de 100.000 autres ont du fuir leurs foyers, selon l'agence locale de gestion des urgences (Sema).

Après des mois d'inaction des autorités fédérales, l'armée nigériane a annoncé un déploiement imminent dans plusieurs Etats du centre, dont Benue, pour mettre fin aux violences.

- 'Grenier de la Nation' -

Adams Nicholas a tout perdu lorsque des "tueurs peuls" armés de kalachnikovs, de pistolets et de bâtons ont encerclé son village d'Ancha, la nuit du 4 janvier.

"Ils sont arrivés nombreux avec leur bétail et ils ont commencé à tirer. Deux personnes ont été tuées et nos maisons ont été brûlées, ils ont tout détruit", raconte cet enseignant de 30 ans qui s'entasse avec plus de 10.000 autres déplacés dans l'école primaire de Gbajimba, à une quarantaine de km de Makurdi, la capitale régionale.

A des kilomètres alentour, des dizaines de localités poussiéreuses aux maisons calcinées ont été vidées de leurs habitants, d'autres vivant au rythme d'un couvre-feu nocturne.

"Nous avons toujours laissé brouter leurs vaches autour de nos fermes. Mais on ne peut plus vivre ensemble. Ce sont des animaux", lâche Adams.

Un éleveur et son troupeau à Lafia, capitale de l'Etat de Nasarawa, dans le centre du Nigeria, le 4 janvier 2018
Un éleveur et son troupeau à Lafia, capitale de l'Etat de Nasarawa, dans le centre du Nigeria, le 4 janvier 2018 ( PIUS UTOMI EKPEI / AFP/Archives )

Dans l'Etat de Benue, surnommé le "grenier alimentaire de la nation", la crise prend un tour ethnique et religieux, alors que de plus en plus de Tiv affichent ouvertement leur haine à l'égard des Peuls, accusés de lancer des raids armés depuis les Etats voisins et de piller les récoltes.

"Notre peuple dépend largement de l'agriculture. Nous n'avons pas d'industrie ici. Si vous enlevez l'agriculture aux gens, c'est comme si vous leur ôtiez la vie", affirme à l'AFP le gouverneur de Benue, Samuel Ortom, un Tiv à l'origine de la loi controversée interdisant le pâturage libre.

"Nous avons exploré toutes les options, le dialogue, des rencontres, mais les tueries ont continué", insiste Ortom, pour qui la seule alternative possible est la création de fermes d'élevage clôturées. "Cette loi va apporter la paix, c'est gagnant-gagnant pour les agriculteurs et pour les éleveurs".

- Négligence -

Depuis son entrée en vigueur au mois de novembre, la mesure est au centre d'un bras de fer entre les autorités et les puissants syndicats d'éleveurs qui continuent de revendiquer une vie nomade et exigent son retrait pour permettre le retour des troupeaux à Benue.

En attendant, la ligne rouge est bien réelle. Pour apercevoir les bergers et leurs immenses cheptels, il faut remonter dans l'Etat voisin de Nasarawa, où les marchés à bestiaux grouillent d'activité.

Les éleveurs dénoncent de leur côté la création de milices chrétiennes armées qui s'en prennent au bétail, affirmant que la loi n'a fait qu'envenimer le conflit. Depuis des mois, pasteurs et politiciens locaux encouragent d'ailleurs les agriculteurs à se défendre par eux-même lors de violentes diatribes anti-peuls.

"Les pasteurs n'ont jamais attaqué en premier les villages, ils n'agissent que par vengence", assure Muhammed Hussaini, de l'Association nigériane des éleveurs de bétail de Miyetti Allah, brandissant des vidéos montrant des dizaines de cadavres de bovins soi-disant abattus par des agriculteurs.

Pour le syndicaliste, l'élevage est le parent pauvre de l'économie nigériane, qui a souffert d'années de négligence de la part des gouvernements successifs: "La plupart des routes réservées à la transhumance sont aujourd'hui cultivées, les gens construisent même leurs maisons dessus. Et personne n'a jamais mis en place les réserves censées être dédiées au pâturage dans l'Etat de Benue".

A 39 ans, Adamu Mohamed Juda, Peul sédentarisé, n'a jamais connu d'autre terre que celle de Makurdi, où il est né. "Nous vivions en paix avec les Tiv depuis des décennies. Nous mangions ensemble, nous dormions ensemble", dit cet éleveur, qui se demande encore "comment on a pu en arriver là".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/02/2018

La caméra thermique à infrarouge lointain (FIR) augmente la capacité de fusion des capteurs ADAS en ajoutant une nouvelle couche d'information, ouvrant la voie à une conduite…

Publié le 21/02/2018

Premier groupe français indépendant et 5ème réseau européen de services RH (intérim, recrutement, formation, conseil, inclusion et diversité),...

Publié le 21/02/2018

Volkswagen est parvenu à s’entendre avec le syndicat IG Metal, ce qui a débouché sur la conclusion d’un nouvel accord salarial concernant près de 120 000 employés du constructeur automobile…

Publié le 21/02/2018

Genkyotex fait partie des titres entourés sur la place parisienne en ce milieu de semaine...

Publié le 21/02/2018

Invest Securities reste 'acheteur de' Biocorp avec un objectif de cours de 17,7 euros...

CONTENUS SPONSORISÉS