En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 382.66 PTS
-0.80 %
5 377.50
-0.67 %
SBF 120 PTS
4 261.07
-0.88 %
DAX PTS
11 603.89
-
Dowjones PTS
25 745.67
-0.55 %
7 380.75
+0.43 %
1.142
+0.01 %

Dans la douleur, dernier adieu au footballeur Emiliano Sala à Progreso

| AFP | 349 | Aucun vote sur cette news
Le défenseur de Nantes Nicolas Pallois (g) porte le cercueil d'Emiliano Sala à Progreso en Argentine le 16 février 2019
Le défenseur de Nantes Nicolas Pallois (g) porte le cercueil d'Emiliano Sala à Progreso en Argentine le 16 février 2019 ( JUAN MABROMATA / AFP )

Parents, amis, émissaires de Nantes, Bordeaux et Cardiff, habitants de Progreso, le village qui a vu grandir Emiliano Sala, sont venus samedi par centaines s'incliner, pleurer, poser une main sur le cercueil du footballeur fauché en pleine ascension, alors qu'il s'apprêtait à réaliser son rêve de jouer en Premier League.

Dans le gymnase du club de San Martin, son premier club, où il a joué dix ans, une chapelle a été improvisée. Le cercueil était recouvert de fleurs et d'un drapeau rouge et noir, les couleurs de San Martin.

Derrière le cercueil, une photo de deux mètres de haut du joueur avec le maillot du FC Nantes, une main sur le coeur.

Le défenseur de Nantes Nicolas Pallois (d) et la famille d'Emiliano Sala (3-d) portent son cercueil le 16 février 2019 à Progreso
Le défenseur de Nantes Nicolas Pallois (d) et la famille d'Emiliano Sala (3-d) portent son cercueil le 16 février 2019 à Progreso ( JUAN MABROMATA / AFP )

A la fin de l'hommage, les enfants en tenue du club ont formé deux haies d'honneur vers le corbillard. Nicolas Pallois, joueur de Nantes, le frère, le père et des amis d'Emiliano Sala portaient le cercueil. Pendant plusieurs minutes, des applaudissements ont retenti, jusqu'à ce que le convoi quitte Progreso pour le Crématorium.

Depuis que le petit avion privé qui transportait le joueur de 28 ans entre Nantes et Cardiff a disparu le 21 janvier, le village de 3.000 habitants retient sa respiration, ses habitants s'excusent parfois de rire.

Extirpé de l'épave, avant d'être identifié, le corps de Sala a été rapatrié en Argentine vendredi. La dépouille du pilote n'a toujours pas été retrouvée.

"Tu ne marcheras jamais seul"

"C'est dur de voir son cercueil", lâche, ému, le maire de Progreso, Julio Muller. "Il représentait beaucoup pour nous, c'était un garçon impeccable. Ici, on adore le foot et c'était le seul à avoir pu devenir un joueur professionnel. Et en Europe! Alors il faisait l'admiration de tous."

Emiliano Sala
Emiliano Sala ( Laurence CHU / AFP )

Devant le siège du club San Martin, une banderole dit: "Emi, tu ne marcheras jamais seul", reprenant le mot d'ordre du club de Liverpool.

Marcelo Vada, son entraîneur en Argentine de 15 à 20 ans, aujourd'hui entraîneur des U17 à Bordeaux, a les yeux rougis par les larmes. "Je suis détruit. Ce n'est pas un footballeur à qui je viens rendre hommage, mais à un homme extraordinaire, un guerrier".

"Emi c'était un peu comme mon fils, il a vécu à la maison. La veille de sa mort, se souvient-il, il m'a appelé pour m'inviter au match contre Arsenal, en me promettant de m'offrir son maillot."

A 84 ans, Nilda Perret a bravé la chaleur de l'été austral pour s'incliner sur le cercueil. "Depuis tout petit, il m'appelait +Lela+, il jouait avec mes petits enfants aux cow-boys. Dernièrement on communiquait par Facebook. Ça fait 25 jours que nous vivons avec cette douleur. Et 25 jours que je pleure, il était tellement vivant."

Alcides Ribero, un producteur laitier de 73 ans, ressort du gymnase en épongeant son crâne chauve. "C'était important de venir lui dire adieu, c'est un coup très dur pour le village, il avait tout fait pour se faire aimer. J'ai posé une main sur le cercueil...", dit-il, interrompu par l'émotion.

"C'était très émouvant, tout le village est venu et des gens ont fait le déplacement de toute la province", confie Rosa Lezcano, 50 ans, qui allait à l'école avec la mère du footballeur.

A Progreso, on se souvient d'Emi à bicyclette, de ses footings, de ses buts. Quand il marquait dans le championnat de France, le défi permanent était de dénicher une vidéo de l'action de but.

Dario (g) le frère d'Emiliano Sala et le joueur de Nantes Nicolas Pallois lors de ses funérailles à Santé Fé le 16 février 2019
Dario (g) le frère d'Emiliano Sala et le joueur de Nantes Nicolas Pallois lors de ses funérailles à Santé Fé le 16 février 2019 ( JUAN MABROMATA / AFP )

Parti vers la France avant d'avoir joué un match de championnat d'Argentine, il confiait à ses amis qu'il rêvait de jouer pour un club argentin, pour sentir, depuis le terrain, la passion qui règne dans les stades.

"C'était mon joueur"

Nicolas Silva, joueur du club de Banfield, regrette de ne pas pouvoir se rendre à Progreso: "Pendant deux saisons, 2008 et 2009, nous avons été prêtés ensemble au club de Juventud Guadalupe par Proyecto Crecer (l'académie des Girondins de Bordeaux en Argentine, NDLR). Nous habitions dans la même maison, avec d'autres jeunes footballeurs. C'était un crack. Il était au-dessus du lot".

"Quand on terminait l'entraînement, on restait, je centrais et il travaillait son efficacité devant le but. Il disait toujours: +si tu as du mal, entraîne-toi deux fois plus+", se souvient-il.

L'entraîneur de Cardiff Neil Warnock a fait le voyage pour présenter ses condoléances à la famille. Même s'il n'a jamais joué pour Cardiff, "c'était mon joueur, souligne-t-il, je l'avais fait signer. Nous avons eu deux ou trois conversations, et il m'avait dit qu'il marquerait les buts qui nous maintiendraient en Premier League".

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 15 avril 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/03/2019

Le Conseil d'administration de Foncière Euris proposera à l'Assemblée générale du 16 mai le versement d'un dividende de 2,15 euros...

Publié le 20/03/2019

Sa nouvelle mission consistera à développer et amplifier dans le monde, les excellents résultats obtenus en Asie...

Publié le 20/03/2019

Elior Group est entré en discussions exclusives...

Publié le 20/03/2019

Lors de l'Assemblée générale qui se tiendra le 20 juin, il sera proposé le versement d'un dividende de 0,06 euro par action....

Publié le 20/03/2019

Coheris dispose d'environ 8 ME de déficits fiscaux reportables...