En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 942.20 PTS
+0.98 %
5 934.5
+0.86 %
SBF 120 PTS
4 667.39
+0.82 %
DAX PTS
13 329.05
+0.81 %
Dow Jones PTS
28 132.05
+0.79 %
8 466.89
+0. %
1.117
-0.09 %

Dakar-2020: un "nouveau challenge" controversé en Arabie saoudite avec Alonso en guest-star

| AFP | 417 | Aucun vote sur cette news
L'ancien pilote espagnol de F1, Fernando Alonso, lors du Lichtenburg 400, un rallye-raid organisé en Afrique du Sud, à Lichtenburg, le 13 septembre 2019  

L'ancien pilote espagnol de F1 Fernando Alonso lors d'une épreuve de rallye cross Lichtenburg 400, un rallye-raid organisé en Afrique du Sud , le 13 septembre 2019 à Lichtenburg en Afrique du Sud
L'ancien pilote espagnol de F1, Fernando Alonso, lors du Lichtenburg 400, un rallye-raid organisé en Afrique du Sud, à Lichtenburg, le 13 septembre 2019 L'ancien pilote espagnol de F1 Fernando Alonso lors d'une épreuve de rallye cross Lichtenburg 400, un rallye-raid organisé en Afrique du Sud , le 13 septembre 2019 à Lichtenburg en Afrique du Sud ( Christiaan Kotze / AFP/Archives )

En 2020, le rallye Dakar change de décor et s'offre un "nouveau challenge" controversé en Arabie saoudite, au milieu de paysages qui devraient plaire aux nostalgiques des éditions africaines, mais dans un pays à l'image plombée par la question des droits de l'Homme.

Cela fait un peu plus d'un an que les femmes ont le droit d'y conduire, mais le royaume sunnite accueillera le plus célèbre rallye-raid du 5 au 17 janvier 2020, avec côté sportif l'Espagnol Fernando Alonso en guest-star.

En dépit des manquements du pays en matière de droits de l'Homme ou encore de son implication dans la guerre au Yémen, environ 350 équipages sont inscrits au départ.

"On s'est réuni pour réfléchir. Mais on a eu beaucoup de garanties du pays, on sait qu'il y a une volonté d'ouverture. Le Dakar n'est pas le premier à aller en Arabie saoudite, il y a déjà beaucoup de gens qui y vont", souligne auprès de l'AFP David Castera, le nouveau patron de la course.

Après un premier chapitre entre Europe et Afrique, puis un deuxième épisode en Amérique du sud, le Dakar démarre donc une nouvelle page de son histoire en plantant son bivouac au Moyen-Orient où il compte rester au moins cinq ans.

"C'est un nouveau pays, un changement de continent surtout. C'est un nouveau challenge pour tout le monde", souligne David Castera qui succède à Etienne Lavigne.

Des rives de la mer rouge aux rochers d'Al-Ula, les participants s'élanceront pour douze jours dans les vastes étendues du désert d'Arabie, selon le parcours dévoilé mercredi à Paris.

Depuis quelques années, le royaume ultraconservateur s'appuie sur le sport pour améliorer son image. Il a ainsi déjà accueilli la Supercoupe d'Italie en janvier, organise depuis l'an dernier une course de Formule Electrique et souhaitait donc attirer le célèbre rallye.

Ses atouts: ses 2 millions de km2 et la variété de ses paysages, entre montagnes, canyons, dunes et oueds, estiment les organisateurs.

"Contrastes"

Dakar-2020 en Arabie Saoudite
Dakar-2020 en Arabie Saoudite ( Laurence SAUBADU / AFP )

"On a retrouvé tout l'ADN du rallye au travers de ce grand désert que représente l'Arabie saoudite. On a beaucoup de contrastes et on retrouve tous les types de déserts", détaille Castera.

Si la course ne visitera qu'un seul pays cette année, l'Arabie saoudite doit constituer une porte d'entrée vers d'autres Etats de la région les années suivantes.

"Le Dakar a toujours voyagé dans beaucoup de pays et l'idée plus tard c'est d'aller aussi dans les pays voisins", précise Castera, en citant Oman, la Jordanie ou encore les Emirats arabes unis.

Après onze éditions en Amérique du Sud, "il était temps de passer à autre chose", explique-t-il.

"On voyait bien que ça devenait difficile et malheureusement, les faits nous ont donné raison", dit-il en référence aux mouvements sociaux contre les politiques d'austérité qui secouent le continent.

"Aujourd'hui, avec tout ce qui se passe, je pense que je serais en train de vous annoncer l'annulation du rallye. On sentait bien depuis 2-3 ans que la préoccupation des gouvernements était autre", ajoute-t-il.

Les Peterhansel en couple

Le Français Stéphane Peterhansel avant le départ de la 8e étape du Dakar entre San Juan de Marcona et Pisco, au Pérou, le 15 janvier 2019
Le Français Stéphane Peterhansel avant le départ de la 8e étape du Dakar entre San Juan de Marcona et Pisco, au Pérou, le 15 janvier 2019 ( Franck FIFE / AFP/Archives )

Pour cette première édition orientale, la course s'élancera de Jeddah sur les bords de la mer Rouge et s'achèvera à Qiddiah, sur le terrain d'un futur parc d'attraction gigantesque qui doit ouvrir en 2023 près de la capitale Ryad.

Au programme: 7800 km dont 5000 de spéciales, avec cinq étapes dépassant les 450 km. David Castera promet "une vraie bataille".

Vainqueur l'an dernier, le Qatarien Nasser al-Attiyah défendra son titre dans un contexte géopolitique tendu, son pays étant boycotté par une coalition menée par l'Arabie saoudite.

Avec sa Toyota, il devra résister aux Minis de Carlos Sainz et de Stéphane Peterhansel, copiloté cette année par sa femme Andrea, grande connaisseuse du Dakar.

Mais l'attraction du rallye sera un "rookie" nommé Fernando Alonso.

Le double champion du monde de F1 (2005, 2006), en quête d'expériences dans les plus grandes courses du sport automobile, prendra le départ avec comme copilote son compatriote Marc Coma, quintuple vainqueur en moto et ancien directeur sportif de la course.

Le duo engagé chez Toyota a multiplié les séances d'essais depuis le mois d'août et a disputé en octobre le Rallye du Maroc, considéré comme la répétition générale du Dakar.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 décembre 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 13/12/2019

Dans le sillage des marchés et des espoirs de concrétisation d'un accord entre Pékin et Washington sur le commerce, Kering s'adjuge 2,3% à 564,5 euros...

Publié le 13/12/2019

Outre l'automobile et les matières premières, le secteur bancaire est aussi l'un des grands gagnants du jour en Bourse...

Publié le 13/12/2019

Oracle a annoncé de nouveau des revenus et des perspectives décevants. Au deuxième trimestre, clos fin novembre, de son exercice fiscal 2020, l'éditeur de logiciels professionnels a enregistré un…

Publié le 13/12/2019

Navya renforce ses équipes dans la continuité des orientations stratégiques présentées en juillet dernier avec la nomination de Lilian Birocheau (36 ans) en tant que Vice-président licences et…

Publié le 13/12/2019

Le retour dans le vert des comptes de LDLC au premier semestre est salué par un bond de 18,10% à 11,55 euros de l’action du spécialiste de la high-tech online. Bénéficiant de l’optimisation…