En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 398.32 PTS
-0.35 %
5 387.50
-0.51 %
SBF 120 PTS
4 320.54
-0.34 %
DAX PTS
12 561.42
-0.98 %
Dowjones PTS
25 058.12
-0.03 %
7 350.23
-0.03 %
1.172
+0.00 %

D'un "36" à l'autre, la PJ parisienne propulsée au XXIe siècle dans son nouveau "Bastion"

| AFP | 458 | Aucun vote sur cette news
Le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb (G), visite les nouveaux locaux de la police judiciaire parisienne, au 36 rue du Bastion, à Paris, le 19 octobre 2017
Le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb (G), visite les nouveaux locaux de la police judiciaire parisienne, au 36 rue du Bastion, à Paris, le 19 octobre 2017 ( FRANCOIS GUILLOT / POOL/AFP )

Du mythique 36 quai des Orfèvres au flambant neuf 36 rue du Bastion, la police judiciaire parisienne, qui inaugure jeudi ses nouveaux locaux dans le nord-ouest de la capitale, tourne une page historique et fait un bond dans la modernité.

"La PJ se trouve au quai des Orfèvres, encastrée dans l'immense bloc du palais de justice. La Seine coule sous les fenêtres". En 1933, sous la plume de Georges Simenon, le père du commissaire Maigret, la prestigieuse police judiciaire parisienne devait rester de toute éternité dans son écrin de l'île de la Cité où elle s'est installée en 1913.

Une femme travaille depuis une salle de contrôle dans les nouveaux locaux de la police judiciaire parisienne, au 36 rue du Bastion à Paris, le 12 octobre 2017
Une femme travaille depuis une salle de contrôle dans les nouveaux locaux de la police judiciaire parisienne, au 36 rue du Bastion à Paris, le 12 octobre 2017 ( STEPHANE DE SAKUTIN / AFP )

Aujourd'hui pourtant, sous les fenêtres du nouveau "36" (le numéro a été spécialement créé pour le nouveau bâtiment, clin d'oeil d'un monde à l'autre), seul le trafic routier du périphérique parisien s'écoule péniblement.

Mais si la nostalgie des ex-locaux est encore palpable, les avantages du bâtiment de 32.500 m2, qu'inaugure jeudi matin le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb, sautent aux yeux de tous.

Un officier de police monte la garde à l'entrée des nouveaux locaux de la police judiciaire parisienne, au 36 rue du Bastion à Paris, le 12 octobre 2017
Un officier de police monte la garde à l'entrée des nouveaux locaux de la police judiciaire parisienne, au 36 rue du Bastion à Paris, le 12 octobre 2017 ( STEPHANE DE SAKUTIN / AFP )

"Nous étions dans des locaux dont certains dataient de Saint Louis", explique Xavier Espinasse, chef de l'identité judiciaire dont le service était installé quai de l'Horloge.

"L'outil de travail ne correspondait plus aux besoins et aux nécessités actuelles. On avait des locaux qui étaient vraiment atteint d'obsolescence, qui étaient vieillissants, sales, impropres et pas ergonomiques. Ici c'est la modernité", résume Christian Sainte, le patron de la direction régionale de la police parisienne (DRPP).

Une vue extérieure des nouveaux locaux de la police judiciaire parisienne, au 36 rue du Bastion à Paris, le 12 octobre 2017
Une vue extérieure des nouveaux locaux de la police judiciaire parisienne, au 36 rue du Bastion à Paris, le 12 octobre 2017 ( STEPHANE DE SAKUTIN / AFP )

Tel un talisman, les meubles du "bureau de Maigret", le bureau 315 du chef de la crim', ont toutefois fait le voyage jusqu'à la porte de Clichy, dans un quartier en pleine mutation urbaine.

Situé à l'ombre de l'imposant nouveau tribunal de grande instance de Paris qui va lui aussi quitter l'île de la Cité, le 36 rue du Bastion, long de 90 mètres et haut de 37 mètres, est un bâtiment compact qui paraît enveloppé par une façade composée de facettes de verre.

Passé les lourdes portes, le visiteur pénètre dans un vaste hall qui distribue quatre salles d'attente. L'ensemble a de faux airs de centre hospitalier fraîchement créé.

Une personne marche dans un couloir des nouveaux locaux de la police judiciaire parisienne, au 36 rue du Bastion à Paris, le 12 octobre 2017
Une personne marche dans un couloir des nouveaux locaux de la police judiciaire parisienne, au 36 rue du Bastion à Paris, le 12 octobre 2017 ( STEPHANE DE SAKUTIN / AFP )

A tous les étages, de longs couloirs, des salles de réunion, de nouveaux bureaux flambant neufs assortis de très nombreux sas de sécurité, accueillent 1.700 personnes: enquêteurs, personnels scientifiques, administratifs.

- Gains à tous les étages -

Si la "fourmilière" du quai des Orfèvres craquait sous toutes les coutures, le policier du "Bastion" bénéficie dorénavant d'un environnement de travail "plus spacieux mais aussi plus feutré", comme le souligne une chef de groupe de la brigade de protection des mineurs (BPM).

Une cellule de garde à vue dans les nouveaux locaux de la police judiciaire parisienne, au 36 rue du Bastion à Paris, le 12 octobre 2017
Une cellule de garde à vue dans les nouveaux locaux de la police judiciaire parisienne, au 36 rue du Bastion à Paris, le 12 octobre 2017 ( STEPHANE DE SAKUTIN / AFP )

A l'exception de la brigade de recherches et d'intervention (BRI), toutes les brigades centrales ont été regroupées dans les nouveaux locaux, y compris celles dépendant de la sous-direction des affaires économiques et financières, sises auparavant dans la célèbre rue du Château des Rentiers (13e arrondissement). Une première dans la longue histoire de la PJ parisienne.

"C'est un gain de temps, un gain d'efficacité et un gain humain", se félicite M. Espinasse.

Un instructeur s'entraîne au tir sur un stand dans les nouveaux locaux de la police judiciaire parisienne, au 36 rue du Bastion à Paris, le 12 octobre 2017
Un instructeur s'entraîne au tir sur un stand dans les nouveaux locaux de la police judiciaire parisienne, au 36 rue du Bastion à Paris, le 12 octobre 2017 ( STEPHANE DE SAKUTIN / AFP )

Le déménagement de toutes les équipes s'est étalé de mi-mai à début octobre. Le "Bastion" a déjà pris son rythme de croisière, avec 600 gardes à vue déjà réalisées.

Deux étages du bâtiment sont d'ailleurs dédiés à ce que le jargon policier nomme les "GAV", avec à la clef une petite révolution.

Ce ne sont plus les gardés à vue qui se déplacent pour rejoindre les différents services où auront lieu les auditions. "C'est le contraire", note un policier de l'état-major, avec des salles d'audition dédiées. "Ca sécurise les gardes à vue mais aussi les fonctionnaires, témoins et victimes, en évitant par exemple que les uns et les autres ne se croisent".

Une salle dédiée aux fouilles au corps, dans les nouveaux locaux de la police judiciaire parisienne, au 36 rue du Bastion à Paris, le 12 octobre 2017
Une salle dédiée aux fouilles au corps, dans les nouveaux locaux de la police judiciaire parisienne, au 36 rue du Bastion à Paris, le 12 octobre 2017 ( STEPHANE DE SAKUTIN / AFP )

Reste un gros point noir: les abords du "Bastion" sont un chantier permanent alimenté par la construction d'immeubles et d'une ligne de tramway, transformant les conditions de circulation en cauchemar.

"Il y a la crainte de perdre en efficacité dès qu'on se déplace", note un délégué syndical, David Alberto. "On est aussi déphasé avec la justice", souligne ce syndicaliste de chez Synergie: le nouveau palais de justice ne tiendra sa première audience que dans six mois.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

SEMAINE TRICOLORE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 24 juillet 2018

CODE OFFRE : BLEUS18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : BLEUS18 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/07/2018

APRRLa filiale autoroutière d'Eiffage communiquera son chiffre d'affaires du deuxième trimestre après la clôture de la Bourse.ICADELa foncière publiera ses résultats du premier…

Publié le 20/07/2018

A 16h00 aux Etats-UnisReventes de logements en juin.source : AOF

Publié le 20/07/2018

Luxembourg, 20 juillet 2018 - Aperam annonce avoir mené à terme son programme de rachat d'actions annoncé le 30 janvier 2018 (ci-après le "Programme"). Au total,…

Publié le 20/07/2018

A l’issue de la période d'acceptation initiale et des périodes de réouverture volontaire et obligatoire de l’offre, près de 96 % des actions de Realdolmen ont été apportées. En…

Publié le 20/07/2018

Eurazeo annonce être entrée en négociations exclusives avec PAI Partners en vue de la cession de sa participation dans Asmodee, un leader international de l’édition et de la distribution de jeux…