En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 998.73 PTS
-0.53 %
4 995.0
-0.28 %
SBF 120 PTS
3 999.49
-0.34 %
DAX PTS
11 319.47
-0.19 %
Dowjones PTS
25 295.42
-0.46 %
6 776.81
-1.31 %
1.143
+0.13 %

Crimée : le tueur, un "passionné d'armes" animé par la vengeance

| AFP | 426 | Aucun vote sur cette news
Deux jeunes femmes participent à une messe en hommage aux victimes de la tuerie de Kertch,  le 18 octobre 2018
Deux jeunes femmes participent à une messe en hommage aux victimes de la tuerie de Kertch, le 18 octobre 2018 ( Andrey PETRENKO / AFP )

Des proches du tueur du lycée de Kertch en Crimée, qui a tué 20 personnes avant de se suicider, ont dressé jeudi le portrait d'un jeune homme "passionné d'armes" voulant se venger de ses camarades, Vladimir Poutine préférant de son côté blâmer la "mondialisation".

Selon M. Poutine, cette tragédie est "le résultat de la mondialisation" et des "réseaux sociaux et d'internet", qui ont selon lui permis l'importation en Russie du phénomène des tueries de masse en provenance des Etats-Unis.

"Nous ne créons pas le bon contenu pour les jeunes. Cela mène à des tragédies dans ce genre", a-t-il déclaré jeudi, alors que les autorités russes ont renforcé ces dernières années leur tour de vis sur l'internet.

Ces déclarations interviennent au moment où les enquêteurs russes tentent de comprendre ce qui a poussé Vladislav Rosliakov, 18 ans, à commettre la pire tuerie en milieu scolaire de l'histoire de la Russie, que la presse a qualifiée de "Columbine russe".

Vendredi matin, une cérémonie d'hommage aux victimes et un office religieux sont prévus sur la place centrale de Kertch.

L'attaque a fait également une quarantaine de blessés, dont certains sont toujours dans un "état très grave", selon la ministre russe de la Santé Veronika Skvortsova.

L'ex-petite amie du tueur, interrogée par la chaîne de télévision RT, a expliqué sous couvert d'anonymat que le jeune homme disait "ne plus faire confiance aux gens depuis que des personnes dans sa classe avaient commencé à l'humilier parce qu'il n'était pas comme les autres".

Le président russe Vadimir Poutine, derrière son ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, le 17 octobre 2018
Le président russe Vadimir Poutine, derrière son ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, le 17 octobre 2018 ( Pavel Golovkin / POOL/AFP )

"Vladislav me disait tout le temps qu'il se disputait souvent avec son entourage", a-t-elle dit, affirmant qu'il "ne voulait plus vivre" et entendait se venger des humiliations subies.

Selon elle, Vladislav Rosliakov était passionné de tir et "aimait différents types d'armes".

- "Passion pour les armes" -

Selon le quotidien Kommersant, le jeune homme a "grandi dans une famille assez pauvre" : son père, handicapé, ne vivait pas avec sa mère, qui travaille dans une clinique médicale et serait membre des Témoins de Jéhovah, une organisation considérée comme "extrémiste" et interdite en Russie.

Plusieurs médias ont fait le rapprochement avec la tuerie du lycée de Columbine aux Etats-Unis qui avait fait 13 morts en 1999, alors que des photos du tueur diffusées mercredi sur internet le montrent portant une tenue similaire à celle d'Eric Harris, l'un des deux auteurs de ce massacre.

Des gens déposent des fleurs lors d'une messe à Kertch, en Crimée, le 18 octobre 2018, au lendemain de la tuerie dans un lycée technique qui a fait 20 morts
Des gens déposent des fleurs lors d'une messe à Kertch, en Crimée, le 18 octobre 2018, au lendemain de la tuerie dans un lycée technique qui a fait 20 morts ( Andrey PETRENKO / AFP )

Selon les enquêteurs, le tueur, qui était armé d'un fusil et avait apporté avec lui deux bombes artisanales, fabriquait chez lui des engins explosifs et s'en vantait auprès de son entourage.

"Dès l'enfance, il a eu une passion pour les armes et le tir. Il y a même eu un incident une fois quand il m'a tiré dans le pied", a raconté à RT l'une de ses voisines.

Une voisine interrogée par l'agence Ria Novosti parle d'un garçon "asocial, qui ne parlait avec personne et n'avait pas d'amis."

Le mobile de cette tuerie est pour le moment inconnu. Selon le dirigeant de la Crimée, Sergueï Aksionov, l'assaillant recevait une bourse d'étude et n'avait jamais fait preuve d'agressivité dans son lycée. Selon lui, il pourrait "ne pas avoir agi seul".

Des gens déposent des fleurs devant un autel improvisé en hommage aux victimes de la tuerie
Des gens déposent des fleurs devant un autel improvisé en hommage aux victimes de la tuerie ( Andrey PETRENKO / AFP )

Le corps du jeune homme a été découvert dans la bibliothèque de l'établissement, où il s'est donné la mort. Il avait obtenu légalement un permis de port d'arme en passant avec succès tous les tests psychologiques, d'après une source des services de sécurité citée par l'agence de presse RIA Novosti.

- "Tendance dangereuse" -

Le dernier bilan du massacre fait état de 20 morts, dont neuf mineurs. La majorité des victimes sont des élèves de ce lycée de Kertch, qui accueille des adolescents suivant des cursus techniques.

Des soldats de la Garde nationale ont été déployés dans tous les établissements scolaires de la péninsule ukrainienne de Crimée, annexée par la Russie en 2014, où un deuil de trois jours a été décrété.

Alors que certaines voix se sont élevées en Russie pour appeler à durcir la législation sur le port d'armes, le porte-parole du Kremlin a souligné que des "décisions impulsives" étaient à éviter, et a dit vouloir privilégier "une approche sérieuse et systémique" du problème des tueries dans les écoles.

"Personne ne peut garantir que cela ne se reproduira plus", relève pour sa part le journal Izvestia, soulignant qu'"il n'existe toujours pas en Russie de service de psychologie de qualité en milieu scolaire, ni de système de centres d'aide aux familles en cas de crise ou d'organisme fédéral chargé de la sécurité des établissements scolaires".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Différents Types d'Ordres de Bourse
Mardi 20 novembre de 12h30 à 13h30

Tradez les indices mondiaux au travers des CFD
Mercredi 7 décembre de 12h30 à 13h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/11/2018

Dans l’attente d’informations précises émanant de Carlos Ghosn, Président-Directeur Général de l’entreprise, les Administrateurs consultés expriment leur attachement à la défense de…

Publié le 19/11/2018

Caisse Régionale de Crédit Agricole Mutuel Brie Picardie Société coopérative à…

Publié le 19/11/2018

A l’occasion d’une conférence de presse tenue à Bruxelles, Emmanuel Macron a réagi à la tourmente dans laquelle se trouve Carlos Ghosn, le PDG de l’Alliance Renault-Nissan. « Il est trop…

Publié le 19/11/2018

Société de services d'information basée à Montréal...