En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 398.32 PTS
-
5 387.50
-0.16 %
SBF 120 PTS
4 320.54
+0.00 %
DAX PTS
12 561.42
-
Dowjones PTS
25 058.12
-0.03 %
7 350.23
+0.00 %
1.172
+0.04 %

Cri d'alarme des hôpitaux publics sur leur situation budgétaire

| AFP | 265 | 5 par 1 internautes
Le président de la Fédération hospitalière de France (FHF, hôpitaux publics), Frederic Valletoux, le 10 avril 2014 à Paris
Le président de la Fédération hospitalière de France (FHF, hôpitaux publics), Frederic Valletoux, le 10 avril 2014 à Paris ( BERTRAND GUAY / AFP/Archives )

La Fédération hospitalière de France (FHF, hôpitaux publics) lance lundi un cri d'alarme sur la situation financière des établissements qui "devraient connaître un déficit historique de 1,5 milliard d'euros" en 2017, menaçant "la qualité des soins".

"La ligne rouge est dépassée", affirme dans un communiqué le président de la FHF Frédéric Valletoux, appelant le gouvernement à "des réformes structurelles et financières désormais vitales".

Selon lui, "c'est la qualité des soins qui est aujourd’hui menacée". "L’hôpital ne peut pas être à la fois le pilier du système de santé et l’unique variable d’ajustement économique".

S'appuyant sur "les premières estimations remontées aux Agences régionales de santé (ARS) par les établissements", la FHF évalue le déficit des hôpitaux pour 2017 à "1,5 milliard, soit 2% des budgets hospitaliers, un niveau dramatique et totalement inédit".

La FHF explique "cette dégradation" par "l’impact des plans annuels d’économies", mais aussi "par une activité tout au long de l'année moins dynamique que celle prévue lors de la construction des tarifs d’hospitalisation il y a un an". "Ce choix de baisser les tarifs au début de l’exercice en anticipation de soi-disantes hausses d’activités a conduit cette année à faire supporter aux hôpitaux un même niveau de dépenses incompressibles en regard d’un moindre niveau de ressources".

M. Valletoux reproche aussi au gouvernement de vouloir, pour la 3ème année consécutive, "faire payer aux hôpitaux le dynamisme des dépenses" de la médecine de ville. Il pointe notamment le coût "sous-estimé" de la nouvelle convention médicale passée avec les médecins libéraux.

Il réclame le dégel de nouveaux crédits mis en réserve et qui "reviennent aux hôpitaux", selon lui. La ministre de la Santé Agnès Buzyn a d'ores et déjà annoncé le dégel de 150 millions sur les quelque 350 millions réclamés par les établissements hospitaliers publics et privés.

Les réformes à mener, selon la fédération des hôpitaux publics, portent sur "le financement du système de santé", "la fin des mesures catégorielles non financées", "l’assouplissement des modes de gestion interne des établissements" et une "meilleure participation à la permanence des soins de l’ensemble des professionnels de santé, quel que soit leur statut".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

SEMAINE TRICOLORE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 24 juillet 2018

CODE OFFRE : BLEUS18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : BLEUS18 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 23/07/2018

Atos a dévoilé hier soir son projet d'acquisition de Syntel pour 3,4 milliards de dollars, soit 41 dollars par action, entièrement payables en numéraire. Ce prix représente une prime d'environ…

Publié le 23/07/2018

Worldline, leader européen dans le secteur des paiements et des services transactionnels annonce aujourd'hui ses résultats pour le premier semestre...