En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 154.58 PTS
-1.57 %
4 138.00
-1.91 %
SBF 120 PTS
3 262.43
-1.67 %
DAX PTS
9 525.77
-0.47 %
Dow Jones PTS
21 052.53
-1.69 %
7 528.11
-1.41 %

Covid-19: des cessez-le-feu dans le monde, résolutions en projet à l'ONU

| AFP | 657 | 3.67 par 3 internautes
Des soldats yéménites loyaux aux rebelles Houthis, le 16 octobre 2018 dans la capitale Sanaa
Des soldats yéménites loyaux aux rebelles Houthis, le 16 octobre 2018 dans la capitale Sanaa ( MOHAMMED HUWAIS / AFP/Archives )

L'ONU a salué jeudi la proclamation de cessez-le-feu dans plusieurs pays en conflits, après son appel à arrêter les combats face au Covid-19, un mouvement en voie d'être soutenu par des résolutions au Conseil de sécurité et à l'Assemblée générale.

Coup sur coup, des cessez-le-feu ont été évoqués ces derniers jours aux Philippines, au Cameroun, au Yémen et en Syrie.

Lundi, le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, avait lancé un appel solennel "à un cessez-le-feu immédiat, partout dans le monde" afin de préserver, face à la "furie" du Covid-19, les civils les plus vulnérables dans les pays en conflit.

Selon un diplomate requérant l'anonymat, "un projet de résolution a circulé entre les cinq membres permanents du Conseil de sécurité relatif à l'impact du Covid-19 sur les situations de paix et sécurité à l'agenda du Conseil de sécurité".

"Certains pays à l'ONU pensent à un texte visant à soutenir l'appel de Guterres", a confirmé jeudi à l'AFP une autre source diplomatique.

Selon des sources concordantes, la France est à l'origine de l'initiative. Dans la nuit de jeudi à vendredi, le président français Emmanuel Macron a évoqué sur Twitter la préparation d'une "nouvelle initiative importante" face à la pandémie, après une conversation avec son homologue américain Donald Trump.

Il n'était pas possible de savoir dans l'immédiat si cette initiative a un lien avec le texte en discussions à l'ONU.

Lundi, un projet de "déclaration" sur le Covid-19, porté par l'Estonie, s'était heurté à un mur, faute de consensus entre les 15 membres du Conseil de sécurité.

Le même jour, la présidence de la Tunisie, membre non permanent depuis janvier, avait évoqué dans un tweet un projet de "résolution du Conseil de sécurité" sur la coordination des actions mondiales face au Covid-19, après une discussion entre le président tunisien Kais Said et Emmanuel Macron.

Entre la Russie réticente à ce que le Conseil de sécurité se saisisse d'un sujet de santé et les Etats-Unis qui pourraient insister pour une mention soulignant que le virus vient de Chine, la démarche s'avère délicate pour l'adoption d'une résolution au sein d'une enceinte où les divisions sont légion depuis des années.

"Multilatéralisme" et "discrimination"

Parallèlement à ce processus au Conseil, six pays -- Suisse, Singapour, Norvège, Liechtenstein, Indonésie et Ghana -- ont élaboré un projet de résolution pour l'Assemblée générale des Nations unies, a appris l'AFP de sources diplomatiques.

Ce projet, transmis jeudi à la présidence de l'Assemblée, vise surtout à insister sur l'importance du "multilatéralisme et de la coopération internationale" pour faire face au Covid-19, selon des diplomates.

A la différence du Conseil de sécurité, les résolutions adoptées par l'Assemblée générale (193 membres) ne sont pas contraignantes mais ont une forte valeur politique en fonction du nombre de pays qui les approuvent.

En dénonçant "toute forme de discrimination, de racisme ou de xénophobie dans la réponse à la pandémie", le texte proposé par les six pays souligne aussi le rôle central de l'ONU et, à ce titre, pourrait soutenir implicitement l'action de son chef pour faire taire les armes.

Photo du drapeau de l'ONU flottant le 23 septembre 2019 au siège des Nations unies à New York.
Photo du drapeau de l'ONU flottant le 23 septembre 2019 au siège des Nations unies à New York. ( Ludovic MARIN / AFP/Archives )

Dans un communiqué jeudi, Martin Griffiths, l'émissaire de l'ONU au Yémen, pays ravagé par la guerre depuis plus de cinq ans, a salué les "réponses positives" des rebelles Houthis et du gouvernement yéménite en faveur d'un cessez-le-feu afin de mieux lutter contre le Covid-19 et de permettre une pause humanitaire.

Il a réclamé qu'ils participent à une "réunion urgente" pour le concrétiser.

"Nous accueillons favorablement le cessez-le-feu temporaire annoncé le 25 mars par les Forces de défense camerounaises du Sud (Socadef)", a déclaré pour sa part à New York le porte-parole de l'ONU, Stéphane Dujarric. La veille, il s'était déjà félicité du cessez-le-feu temporaire annoncé le 24 mars par le Parti communiste des Philippines avec le gouvernement de ce pays.

Jeudi soir, le porte-parole, dans un nouveau communiqué, a "salué la déclaration des Forces démocratiques syriennes (SDF) du 24 mars" soutenant l'idée d'un cessez-le-feu et leur "engagement à éviter les actions militaires" dans le nord-est du pays. "Le secrétaire général appelle les autres parties au conflit syrien à soutenir son appel" à l'arrêt des combats, a-t-il ajouté.

Antonio Guterres espère que ces cessez-le-feu "vont servir d'exemple dans le monde pour faire taire les armes et réunir les gens face à la menace mondiale du Covid-19", a précisé le porte-parole.

 ■

Copyright © 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
3 avis
Note moyenne : 3.67
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 03/04/2020

Le groupe publiera son chiffre d'affaires du premier trimestre le 15 avril

Publié le 03/04/2020

Unibel a annoncé que, compte tenu des incertitudes résultant du contexte actuel lié au COVID-19, l'assemblée générale du 14 mai 2020 se tiendra au siège social, 2, Allée de Longchamp 92 150…

Publié le 03/04/2020

Dans son communiqué du 11 mars dernier, Transgène a initialement prévu une consommation nette de trésorerie de l'ordre de 25 millions d'euros pour 2020. Malgré les effets difficilement…

Publié le 03/04/2020

Transgene prévient qu'elle pourrait souffrir de dysfonctionnements dans la chaîne d'approvisionnement et d'expédition dont elle dépend

Publié le 03/04/2020

Le Crédit Agricole a adapté son dispositif d’accompagnement des clients aux particularités du marché des agriculteurs. Il intensifie ses actions pour accompagner ses clients exploitants…