En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 909.45 PTS
+2.15 %
4 915.0
+2.44 %
SBF 120 PTS
3 901.62
+2.13 %
DAX PTS
10 929.43
+1.38 %
Dowjones PTS
24 797.05
+1.75 %
6 855.38
+2.25 %
1.137
+0.45 %

Coupe Davis: la version new-look démodée avant d'exister ?

| AFP | 141 | Aucun vote sur cette news
Gerard Piqué à Madrid le 17 octobre 2018, lors de la présentation de la ville hôte de la nouvelle Coupe Davis
Gerard Piqué à Madrid le 17 octobre 2018, lors de la présentation de la ville hôte de la nouvelle Coupe Davis ( GABRIEL BOUYS / AFP )

A l'aube de la dernière finale de Coupe Davis dans sa formule historique, la version relookée de la compétition par équipes est déjà minée par la menace d'une désaffection des meilleurs joueurs et la concurrence d'une épreuve comparable relancée par l'ATP.

Quand la réforme de la Coupe Davis se préparait, ses avocats expliquaient qu'elle reposait sur deux piliers : regagner l'adhésion des meilleurs joueurs, qui ont tendance à s'en détourner une fois la compétition inscrite à leur palmarès, et alléger un calendrier très chargé.

Mais à peine plus de trois mois après son adoption par la Fédération internationale de tennis (ITF), ses fondations sont déjà fragilisées.

La participation des meilleurs joueurs est ainsi loin d'être assurée.

Novak Djokovic ? "Pas sûr", répondait le N.1 mondial début octobre à Shanghaï. Roger Federer ? "J'en doute fortement", lâchait le Suisse aux vingt couronnes en Grand Chelem à la même époque. Rafael Nadal ? Oui, à en croire le footballeur espagnol Gerard Piqué ("s'il n'est pas blessé, il sera là"), qui préside le fonds d'investissement Kosmos porteur du projet en partenariat avec l'ITF. A condition - et elle n'est pas mince - que le Majorquin soit en mesure de jouer à ce stade de la saison, lui qui a fini les deux dernières sur les rotules.

- La date critiquée -

Ces doutes ont suffi pour faire évoluer ces dernières semaines le discours de l'ITF en direction de la nouvelle génération.

Son principal visage, Alexander Zverev, en sera-t-il alors ? Non, définitivement. "Parce qu'en novembre, je ne veux plus jouer au tennis", lançait le jeune Allemand, N.4 mondial et victorieux depuis au Masters du trophée le plus prestigieux de sa carrière, à 21 ans.

Et c'est là le principal reproche adressé par les joueurs à l'ITF : la date retenue, fin novembre sauf rebondissement, à Madrid. Soit à la même période que l'actuelle finale de la Coupe Davis. Sauf qu'au lieu de ne mobiliser qu'une dizaine de joueurs, le nouveau format, une semaine de compétition réunissant dix-huit nations, fera jouer les prolongations à beaucoup plus au bout d'une saison éprouvante.

"J'ai le sentiment que la date de la Coupe Davis est vraiment mauvaise, notamment pour les meilleurs joueurs", souligne Djokovic.

Et la présentation en grande pompe la semaine dernière de l'ATP Cup, mouture revisitée de la "World Team Cup" abandonnée après 2012, et relancée à partir de janvier 2020 en Australie en ouverture de la saison, a bouché encore un peu plus l'horizon de l'ITF. Se profile ainsi la perspective à horizon fin 2019-début 2020 de deux compétitions par équipes au format comparable à seulement six semaines d'intervalle.

- "Pas la Coupe Davis" -

D'autant plus périlleux que l'ATP, qui a mis sur la table un attirant pactole de dollars (15 millions) et de points (jusqu'à 750), peut elle compter sur le soutien très visible de Djokovic, Federer et consorts.

Côté ITF, dans ce contexte délicat, on joue l'apaisement et la pédagogie.

Son président David Haggerty a répété jeudi depuis Lille que son organisation était "ouverte à la discussion", notamment pour un éventuel changement de positionnement dans le calendrier, qu'elle ne se l'était pas autorisée "unilatéralement" et préférait le faire en concertation "avec le monde du tennis" le cas échéant.

Il a ajouté que l'ATP pourrait même "être impliqué" dans la Coupe Davis 2.0, d'une manière "à déterminer", sans toutefois en dire davantage, les discussions étant "en cours". Et insisté sur le fait que c'était "l'argent pour développer la prochaine génération de joueurs qui était au coeur de cette réforme".

"Beaucoup de joueurs soutiennent la Coupe Davis, certains ne veulent peut-être pas la jouer, mais on est confiant", a affirmé Haggerty.

Du côté des joueurs français, on sent du flottement. "Ce n'est pas serein, pas bien clair, pas encore bien mis en place", estime Jo-Wilfried Tsonga.

Pierre-Hugues Herbert, comme beaucoup de joueurs tricolores, n'y voit plus l'essence de la Coupe Davis. "J'ai le sentiment de jouer la dernière. Ce qui fait cette compétition, ce sont les rencontres à domicile, à l'extérieur, avec des ambiances un peu folles. Retrouver ça à Madrid, je n'y crois pas. Ca va peut-être être une énorme réussite mais ce ne sera pas la Coupe Davis."

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 12/12/2018

  Paris, le 12 décembre 2018 N° 17-18   Compte rendu des Assemblées Générales  du mercredi 12 décembre 2018             Établissements Maurel &…

Publié le 12/12/2018

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Nexans renouvelle sa ligne de crédit syndiqué pour un montant de 600 millions d'euros Paris La Défense, le 12 Décembre 2018 - Nexans a signé une…

Publié le 12/12/2018

Le chinois HNA va céder à la filiale chinoise de Pierre et Vacances sa participation de 60% dans leur coentreprise en Chine « HNA PV Tourism Company Limited ». « Des négociations sont avancées…

Publié le 12/12/2018

Groupe Partouche annonce son chiffre d'affaires consolidé pour l'exercice clos le 31 octobre 2018...

Publié le 12/12/2018

Cet actif représente un investissement global de 12,5 millions d'euros HT