En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 173.05 PTS
+1.53 %
5 164.00
+1.37 %
SBF 120 PTS
4 141.15
+1.67 %
DAX PTS
11 776.55
+1.40 %
Dowjones PTS
25 621.53
+1.47 %
7 214.78
+2.07 %
1.158
+0.03 %

Côte d'Ivoire: des voiturettes solaires pour remplacer les taxis-brousse

| AFP | 584 | Aucun vote sur cette news
Une voiturette solaire à trois roues dans les rues de Jacqueville, le 17 août 2018 en Côte d'Ivoire
Une voiturette solaire à trois roues dans les rues de Jacqueville, le 17 août 2018 en Côte d'Ivoire ( SIA KAMBOU / AFP )

Des voiturettes solaires à trois roues pour remplacer les assourdissants et polluants taxis-brousse ou "wôro-wôrô": c'est le pari de Jacqueville, station balnéaire à l'ouest d'Abidjan qui ambitionne d'être la première cité écologique de Côte d'Ivoire.

"C'est moins cher et tranquillisant!", affirme Sandrine Tétélo, une commerçante de Jacqueville, à propos de ces tricycles solaires de fabrication chinoise.

Ces voiturettes à trois roues, mesurant 2,7 mètres de long et deux de haut, sont couvertes des panneaux photovoltaïques chargeant six batteries de 12 volts. Autonomie de circulation: 140 kilomètres.

Quand, au retour d'un voyage en Chine, leur promoteur Marc Togbé a démarché le maire de Jacqueville, Joachim Beugré, celui-ci a immédiatement accepté de tenter l'expérience dans sa ville.

"On a l'habitude de voir des taxis-brousse (souvent vétustes) polluer l'atmosphère et l'environnement. On s'est dit que si on pouvait les remplacer par des voiturettes solaires", ce serait mieux, explique M. Beugré.

"L'aventure a débuté en janvier avec deux voiturettes", raconte M. Togbé, qui s'est allié à un homme d'affaires de la ville, Balla Konaté, pour lancer le projet.

Une voiturette solaire à trois roues dans les rues de Jacqueville, le 17 août 2018 en Côte d'Ivoire
Une voiturette solaire à trois roues dans les rues de Jacqueville, le 17 août 2018 en Côte d'Ivoire ( SIA KAMBOU / AFP )

Ce dernier envisage déjà d'étendre l'expérience aux villes d'Odiénné (nord-ouest) et de Korhogo (nord), dans les régions les plus ensoleillées au nord du pays.

"Aujourd'hui, une dizaine de voiturettes circulent. Nous sommes en pleine expérimentation", s'exclame M. Beugré, le maire, selon qui la population approuve l'initiative.

L'activité des tricycles mobilise une vingtaine de salariés dont des chauffeurs et des mécaniciens.

"Dès six heures du matin, nous sommes à pied d'oeuvre, pour finir aux environs de 22 heures voire minuit les weekends", explique Philippe Aka Koffi, 24 ans, chauffeur depuis cinq mois d'une voiturette.

"C'est agréable, pour des courses plus rapides", se félicite Aholia Guy Landry, un passager, en sortant de l'engin qui peut accueillir quatre personnes, conducteur compris.

Il dit apprécier le prix très compétitif d'une course, deux fois moins chère qu'en taxi-brousse (100 FCFA contre 200 FCFA pour les "wôro-wôrô").

Entre 500 et 1.000 personnes utilisent les voiturettes solaires chaque jour, selon la mairie et le promoteur.

- Un autocar solaire -

Logée entre lagune et océan, Jacqueville, longtemps isolée, connait un essor immobilier et touristique depuis l'inauguration en 2015 d'un pont qui la relie au continent et la place désormais à moins d'une heure d'Abidjan.

Un taxi solaire dans une rue de Jacqueville, le 17 août 2018 en Côte d'Ivoire
Un taxi solaire dans une rue de Jacqueville, le 17 août 2018 en Côte d'Ivoire ( SIA KAMBOU / AFP )

Pour la rentrée scolaire en octobre, la municipalité prévoit de mettre en circulation un "car solaire" de 22 places pour faire face à "l'épineux problème du transport des écoliers", obligés de parcourir des dizaines de kilomètres depuis les villages environnants pour venir en ville.

Paradoxe: Jacqueville parie sur le développement durable, alors que la zone produit l'essentiel du gaz et du pétrole ivoirien.

En ce qui concerne le gaz, 235 MSCF/jour (millions de pieds cubique jour) proviennent des puits situés au large de Jacqueville.

Mais ces activités ne profitent pas à la cité: les pipelines de plusieurs compagnies étrangères qui exploitent le pétrole et le gaz traversent Jacqueville jusqu'à des raffineries à Abidjan, sans que la municipalité dotée d'un budget total de 140 millions de FCFA (213.577 Euros) n'en tire bénéfice.

En 2009 et 2013, des manifestations avaient eu lieu contre cette production de gaz, à la suite desquelles avait été créé un "conseil pétrole-gaz", géré par des membres issus des 15 villages de la zone -- sans qu'on puisse apprécier son efficacité.

- Ecolo-cité -

Les voiturettes sont l'un des éléments d'un projet beaucoup plus vaste de la mairie de Jacqueville: la construction d'une nouvelle ville "écolo-touristique" sur 240 hectares au milieu des cocotiers, pour un budget prévisionnel de 6 milliards de FCFA (9,1 millions d'euros).

Des mécaniciens travaillent sur des voiturettes solaires, le 7 septembre 2018 à Jacqueville, en Côte d'Ivoire
Des mécaniciens travaillent sur des voiturettes solaires, le 7 septembre 2018 à Jacqueville, en Côte d'Ivoire ( SIA KAMBOU / AFP )

"Ce ne sera pas une cité pour riches", assure le maire, en exhibant le plan, avec ses pistes cyclables mais aussi une université.

Mais les ambitions écologiques de Jacqueville se heurtent à une réalité énergétique bien différente au niveau national: la Côte d'Ivoire, leader dans le secteur de la production électrique en Afrique de l'ouest, a consommé à peine un mégawatt d'énergie solaire en 2018, alors que le pays vise une consommation de 11% provenant des renouvelables d'ici à 2020, selon l'Association ivoirienne des énergies renouvelables (AIENR).

La fourniture d'électricité de la Côte d'Ivoire (2.000 MW) est assurée à hauteur de 75% par l'énergie thermique et le reste par les barrages hydroélectriques.

N'en déplaise: "Notre projet écologique ira jusqu'au bout", affirme le jeune maire de Jacqueville, coiffé d'un chapeau de cow-boy.

Il se dit décidé à affronter "la puissance pétrolière et gazière". Et se prend déjà à rêver que, "dans les années à venir" les engins solaires deviennent "le principal mode de déplacement sur le territoire communal".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Trader sur le CAC40 avec du levier
Lundi 5 novembre de 12h30 à 13h00

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/10/2018

Dynamique commerciale favorable au T3

Publié le 16/10/2018

GL Events a publié un chiffre d’affaires au troisième trimestre de 224,7 millions d’euros, en hausse de 16,4%. Au 30 septembre, l’activité s’élève à 769,7 millions, en progression de…

Publié le 16/10/2018

DWS Group (Deutsche Bank) et Tikehau Capital ont conclu un accord de partenariat stratégique, qui vient renforcer les liens nés de la prise de participation du second dans le premier à l’occasion…

Publié le 16/10/2018

Sur la période (du 1er juillet au 30 septembre), les ventes s'élèvent à 7,48 millions d'euros

Publié le 16/10/2018

ALTRAN (+6,68% à 7,59 euros)A l'image d'autres valeurs technologiques, le titre a bénéficié du regain d'intérêt des investisseurs après plusieurs semaines difficiles.source : AOF