En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 084.66 PTS
-0.63 %
5 084.50
-0.56 %
SBF 120 PTS
4 076.70
-0.66 %
DAX PTS
11 553.83
-0.31 %
Dowjones PTS
25 444.34
+0.26 %
7 107.23
-0.12 %
1.151
+0.00 %

Corps en décomposition et prisons désertes dans Raqa sans jihadistes

| AFP | 403 | Aucun vote sur cette news
Un combattant des Forces démocratiques syriennes marche dans Raqa le 18 octobre 2017
Un combattant des Forces démocratiques syriennes marche dans Raqa le 18 octobre 2017 ( BULENT KILIC / AFP )

Il y a quelques jours à Raqa, des jihadistes retranchés dans l'hôpital national se battaient jusqu'au dernier souffle. Mercredi, un silence de mort régnait autour du bâtiment où des mouches s'agglutinaient au-dessus de deux corps en décomposition.

Le complexe hospitalier et le stade de football, tout juste repris par les Forces démocratiques syriennes (FDS) --une alliance de combattants kurdes et arabes soutenue part Washington-- étaient les deux dernières poches du groupe Etat islamique (EI) dans Raqa.

Les jihadistes avaient fait de cette ville du nord de la Syrie leur principal bastion dans le pays en guerre, la transformant pendant trois ans en un laboratoire de l'horreur de leur califat autoproclamé.

Mercredi, près des corps en décomposition, des Corans, des médicaments et un petit carnet noir rempli de dates et de numéros étaient dispersés sur le sol. "Numéro Whatsapp de ma femme, Oum Islam la Marocaine" peut-on lire à côté d'un numéro de téléphone syrien.

Un des cadavres porte encore une ceinture d'explosifs.

D'après les FDS, 22 jihadistes étrangers ont été tués au cours de l'assaut final sur l'hôpital, où des opérations de ratissage et déminage doivent être lancées dans les prochains jours.

Au moins deux explosions, très certainement causées par des mines posées par les jihadistes, ont été entendues dans la ville mercredi.

- 'Ils nous ont humiliés' -

Un combattant des Forces démocratiques syriennes à Raqa le 18 octobre 2017
Un combattant des Forces démocratiques syriennes à Raqa le 18 octobre 2017 ( BULENT KILIC / AFP )

Dans le stade municipal abandonné, deux bulldozers sont déjà à l'oeuvre, formant des monticules de gravats.

Sous les gradins, les jihadistes avaient transformé l'espace en prison. Dans les petites cellules de fortune, des civils accusés de contrevenir aux lois ultraconservatrices que l'EI faisait appliquer étaient détenus pendant des jours entiers.

Ahmad al-Hassan, un combattant des FDS, a été l'un d'eux.

A l'occasion de sa première visite à Raqa mercredi, il est revenu voir la cellule où il avait été détenu en 2015 pendant sept jours, avec 35 hommes.

Son crime? Avoir tenté d'empêcher un combattant de l'EI d'arrêter sa femme pour avoir brièvement montré son visage dans la rue.

Debout, dans un corridor sombre, il peine à trouver les mots. "C'est ici qu'ils nous ont humiliés", lâche-t-il.

Sur le mur d'une autre cellule, un message écrit à la main, au feutre noir. "Que Dieu nous sauve! Que Dieu nous aide!".

Plusieurs mois de combats et de frappes aériennes menées par la coalition internationale antijihadistes conduite par les Etats-Unis ont entièrement défiguré la ville.

Les quartiers périphériques, les premiers à avoir été repris aux jihadistes, ont été très endommagés. Ceux du centre-ville, théâtre pendant des semaines de violents combats, n'offrent plus qu'un paysage de désolation et de ruines.

Des immeubles de plusieurs étages et des commerces ont été réduits en un amas indescriptible de béton déchiqueté, de tuyaux et de câbles électriques.

Aucun civil n'est visible. Seuls quelques objets émergeant des décombres rappellent que des dizaines de milliers de personnes ont un jour vécu dans cette ville: un cahier, des "larmes de cristal" d'un lustre, un coussin en forme de coeur avec des motifs de dessins animés, une armoire où pendent encore des chemises d'hommes...

Ismaïl Khalil, un combattant des FDS originaire de Raqa, marche dans une rue ravagée partant du rond-point d'Al-Naïm, tristement célèbre pour les exécutions que l'EI y menait.

"Ils disent qu'ils veulent reconstruire Raqa. Reconstruire quoi?", déplore le combattant de 35 ans, à la large carrure, hochant du chef avec tristesse.

"Même en 20 ans on ne pourra pas reconstruire. Cette ville a été totalement détruite."

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

Trader sur le CAC40 avec du levier
Mardi 6 novembre de 12h15 à 13h15

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/10/2018

SOCIETE DE TAYNINH       Paris, le 19 octobre 2018     COMMUNIQUE DE PRESSE       INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE   3ème TRIMESTRE 2018       Chiffre…

Publié le 19/10/2018

Nanobiotix a annoncé la présentation des résultats positifs de son étude de phase II/III Act.in.sarc évaluant NBTXR3 sur des patients atteints de Sarcome des Tissus Mous (STM) localement avancé…

Publié le 19/10/2018

  CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE MUTUEL SUD RHONE ALPES SOCIETE COOPERATIVE A CAPITAL VARIABLE Au capital actuel de 69 949 310,00 euros Siège social : 12 Place de la résistance…

Publié le 19/10/2018

Getlink a été retenu pour la neuvième année consécutive, par Gaïa Rating, parmi 230 sociétés analysées pour intégrer le Gaïa Index composé des 70 meilleures valeurs françaises. La note…

Publié le 19/10/2018

    Paris, le 19 octobre 2018     CESSATION ET MISE EN OEUVRE D'UN CONTRAT DE LIQUIDITE   À compter du 22 octobre 2018 et pour une période d'un an renouvelable…