En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 853.70 PTS
-0.88 %
4 822.0
-1.37 %
SBF 120 PTS
3 857.72
-0.89 %
DAX PTS
10 865.77
-0.54 %
Dowjones PTS
24 100.51
-2.02 %
6 594.96
-2.56 %
1.131
-0.43 %

Copa Libertadores: River-Boca, la "finale du siècle"... ou le fiasco du siècle

| AFP | 205 | Aucun vote sur cette news
Les joueurs de River Plate préparent la finale contre Boca Juniors sur les installations du Real Madrid à Valdebebas, le 6 décembre 2018
Les joueurs de River Plate préparent la finale contre Boca Juniors sur les installations du Real Madrid à Valdebebas, le 6 décembre 2018 ( GABRIEL BOUYS / AFP/Archives )

"Finale du siècle" en Copa Libertadores, le choc des rivaux argentins River Plate et Boca Juniors a tourné au fiasco sur fond de violences. Finalement délocalisé à Madrid, cet affrontement controversé espère trouver son dénouement dimanche (20h30/19H30 GMT)... à condition que la sécurité prime enfin.

Ce match de football est à la fois vertigineux et improbable: qui aurait imaginé que le vénérable stade Santiago-Bernabeu, théâtre de tant de "clasicos" Real Madrid-FC Barcelone, reçoive pour la première fois le "superclasico" entre les deux voisins de Buenos Aires ?

Et qui aurait cru que l'Espagne, ancienne terre des conquistadors, accueille la finale de cette compétition baptisée du nom des "Libérateurs" du joug colonial ?

C'est pourtant à 10.000 km de Buenos Aires que les deux clubs argentins ont atterri cette semaine pour le match retour de leur finale, après le nul de l'aller (2-2) sur le terrain de Boca puis le report de la seconde manche le 24 novembre pour cause de débordements violents.

Ce jour-là, le caillassage de l'autocar transportant l'équipe de Boca avait fait deux blessés parmi les joueurs. La Confédération sud-américaine (Conmebol) a dû reporter la rencontre, puis l'a délocalisée sur terrain neutre à Madrid, en dépit de l'opposition des deux clubs: River qui réclamait de pouvoir jouer à domicile, et Boca qui a exigé, en vain, une victoire sur tapis vert et saisi vendredi le Tribunal arbitral du sport (TAS). Ce dernier a rejeté samedi, à la veille du match retour, la demande de suspension de Boca.

Match à haut risque

La capitale espagnole était la ville-hôte idéale pour sa forte communauté argentine et ses nombreuses connexions aériennes. Mais sans doute aussi pour son savoir-faire dans l'organisation de rencontres sportives risquées, alors que l'autre grande finale du football de clubs, la Ligue des champions européenne, se tiendra début juin au stade Metropolitano de l'Atlético Madrid.

Quelque 4.000 policiers et agents privés seront déployés dimanche, une mobilisation exceptionnelle, supérieure à celle de la finale de C1 au Bernabeu en 2010.

"C'est un dispositif très important car c'est un match à haut risque", a prévenu vendredi le préfet de la région de Madrid, José Manuel Rodriguez Uribes. Mais c'est aussi un "match comme un autre" selon lui.

Les joueurs de Boca Juniors à l'entraînement au centre dédié à la sélection espagnole à Las Rozas, le 6 décembre 2018 en vue du match contre River Plate
Les joueurs de Boca Juniors à l'entraînement au centre dédié à la sélection espagnole à Las Rozas, le 6 décembre 2018 en vue du match contre River Plate ( GABRIEL BOUYS / AFP/Archives )

Il n'est pas dit que le Bernabeu et ses 81.000 places affichent complet: en dépit d'une forte demande sur les quelque 50.000 billets mis en vente hors d'Argentine, moins de 6.000 des 10.000 places proposées aux résidents argentins avaient trouvé preneurs vendredi à la mi-journée.

Sans doute à cause du coût très élevé d'un tel voyage: 2.200 euros le vol aller-retour éclair avec une place pour la finale, selon certaines offres.

Reste à savoir si les "barras bravas", ces groupes de supporters radicaux et ultraviolents redoutés par les clubs eux-mêmes, auront fait le déplacement à Madrid. Les autorités ont affiché leur vigilance et promis de renvoyer vers l'Argentine les individus aux antécédents judiciaires graves.

"Cadeaux des dieux"

Pour minimiser les risques, deux "fan-zones" très encadrées ont été prévues sur la célèbre avenue de la Castellana, aux abords du Bernabeu. Et les deux camps doivent en principe s'installer dans des virages opposés de l'enceinte, avec entre eux des zones tampons.

"Vivons la fête en paix", a exhorté en Une samedi le quotidien sportif Marca, le plus lu d'Espagne.

Dans ce contexte de haute sécurité, la ferveur argentine saura-t-elle s'exprimer ?

Présentation de la finale retour de la Copa Libertadores 2018 entre River Plate et Boca Juniors dimanche à Madrid
Présentation de la finale retour de la Copa Libertadores 2018 entre River Plate et Boca Juniors dimanche à Madrid ( Nicolas RAMALLO / AFP/Archives )

Certains sont ravis de cette chance unique d'assister à cette finale, épisode majeur de la rivalité centenaire Boca-River. "En Espagne, on voit ce match comme un cadeau des dieux", a déclaré à l'AFP Alfredo Relaño, directeur du quotidien sportif madrilène As.

Mais les joueurs, honteux pour l'image de l'Argentine, ont déploré que la rencontre se joue dans une ambiance si "bizarre" et si loin de Buenos Aires.

"Ce match a perdu de son aura dans mon coeur", a déclaré l'Argentin Santiago Solari, entraîneur du Real Madrid, dont l'équipe devrait croiser le vainqueur de dimanche lors du Mondial des clubs (12-22 décembre).

En s'imposant, Boca rêve d'égaler le club argentin d'Independiente au panthéon de la Libertadores avec sept trophées. En gagnant une quatrième couronne, River espère réduire l'écart avec son voisin et s'offrir un fait de gloire mémorable.

Et comme les buts à l'extérieur ne comptent pas, River Plate et Boca Juniors pourraient s'employer jusqu'au bout de la nuit madrilène... en espérant ne pas être rattrapés par leur face la plus sombre.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 05/12/2018

Des forces yéménites progouvernemtales positionnées près de l'aéroport de Mukalla, le 29 novembre 2018 ( Saleh Al-OBEIDI / AFP/Archives )Voici quelques grandes dates de l'histoire du Yémen…

Publié le 04/12/2018

Exxon Mobil cherche à céder sa participation dans le plus important gisement pétrolier d'Azerbaïdjan, qualifié de "contrat du siècle" dans le cadre du recentrage de ses activités, révèle…

Publié le 22/11/2018

Yannick Noah, ses joueurs et son encadrement exultent après la victoire de la France en finale de la Coupe Davis face aux Etats-Unis, le 30 novembre 1991 à Lyon ( JEAN-LOUP GAUTREAU /…

Publié le 11/11/2018

La ville de Verdun, en ruine après les combats, en 1916 ( STR / AFP )"L’Allemagne paiera": ce leitmotiv français au cœur du Traité de Versailles résume les illusions des vainqueurs sur…

Publié le 26/10/2018

La ville de Verdun, en ruine après les combats, en 1916 ( STR / AFP )"L’Allemagne paiera": ce leitmotiv français au cœur du Traité de Versailles résume les illusions des vainqueurs sur…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 14/12/2018

Carbios annonce la nomination de Ian Hudson au poste de Président du Conseil d’administration. Il succède à Jean Falgoux et prendra ses nouvelles fonctions le 1er Janvier 2019, après avoir été…

Publié le 14/12/2018

Deuxième séance consécutive de correction pour l'indice parisien...

Publié le 14/12/2018

Le Conseil d'Administration de SoLocal Group, tenu ce jour, a pris acte de la démission d'Arnaud Marion, qui suite à la prise de ses nouvelles fonctions exécutives au sein de Smovengo, a souhaité…

Publié le 14/12/2018

Dans la continuité de la politique de distribution de dividendes des derniers exercices, le Conseil d’administration de Kering a décidé, lors de sa réunion du 14 décembre 2018, le versement…

Publié le 14/12/2018

Compte tenu des bons résultats de 2CRSi en 2018, une prime a été décidée pour tous les salariés du groupe en France...