En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 842.10 PTS
-0.53 %
4 839.00
-0.52 %
SBF 120 PTS
3 864.72
-0.47 %
DAX PTS
11 083.72
-0.47 %
Dowjones PTS
24 706.35
+1.38 %
6 784.61
+0.00 %
1.136
-0.10 %

Manifestations en Inde après l'entrée de deux femmes dans le temple de Sabarimala

| AFP | 637 | Aucun vote sur cette news
Kanaka Durga et Bindu, deux femmes hindoues entourées par la police après leur tentative d'entrer dans le temple de Sabarimala Ayyapa, ici le 24 décembre 2018
Kanaka Durga et Bindu, deux femmes hindoues entourées par la police après leur tentative d'entrer dans le temple de Sabarimala Ayyapa, ici le 24 décembre 2018 ( - / AFP/Archives )

Deux femmes ont pénétré mercredi sous protection policière dans un des sanctuaires indiens les plus sacrés de l'hindouisme, à l'insu de fidèles traditionalistes hostiles à une décision de la Cour suprême annulant l'interdiction d'entrée imposée aux femmes âgées de 10 à 50 ans.

La visite de ces deux femmes dans le temple de Sabarimala, dans l'Etat du Kerala (sud), a provoqué des manifestations, notamment devant le siège du parlement de l'Etat, à Thiruvananthapuram, et des heurts avec la police, dont plusieurs membres ont été blessés.

Les deux femmes sont entrées peu avant l'aube dans le temple, sous protection de la police, et en sont ressorties sans se faire repérer, ont confirmé des responsables.

Ce temple est depuis des semaines au centre d'affrontements entre les hindous traditionalistes, favorables au maintien de l'interdiction de l'entrée des femmes, et les partisans de la décision de la Cour suprême, notamment des associations de défense des droits des femmes.

Des images filmées ont montré les deux femmes, Kanaka Durga et Bindu -qui n'a qu'un seul nom-, entrer dans le temple vêtues de noir et la tête inclinée.

Des manifestans portant une représenation de la divilinté hindou Ayyappa protestent contre l'entrée de deux femmes dans un temple sacré, Kochi, dans l'Etat indien de Kerala, le 2 janvier 2019
Des manifestans portant une représenation de la divilinté hindou Ayyappa protestent contre l'entrée de deux femmes dans un temple sacré, Kochi, dans l'Etat indien de Kerala, le 2 janvier 2019 ( - / AFP )

"Nous ne sommes pas entrées en gravissant les 18 marches sacrées mais en empruntant l'entrée du personnel", a déclaré aux journalistes l'une des deux femmes, qui restent sous protection de la police.

Purification après l'intrusion

Cet acte a déclenché des manifestations à Thiruvananthapuram, la capitale de l'Etat, de dizaines de traditionalistes scandant des slogans pour demander la démission de M. Vijayan.

Le temple de Sabarimala, dans l'Etat du Kerala, le 18 octore 2018, où deux femmes hindoues sont entrées mercredi sous la protection de la police, à l'insu d'éléments traditionalistes opposés à une telle présence
Le temple de Sabarimala, dans l'Etat du Kerala, le 18 octore 2018, où deux femmes hindoues sont entrées mercredi sous la protection de la police, à l'insu d'éléments traditionalistes opposés à une telle présence ( ARUN SANKAR / AFP/Archives )

Devant le parlement local, la police a eu recours à des gaz lacrymogènes, des grenades incapacitantes et au canon à eau contre les manifestants, selon un média local. Cibles de jets de pierre, les policiers ont repoussé à coups de bâton les manifestants qui cherchaient à faire fermer les magasins. D'autres manifestations ont été observées dans d'autres villes du Kerala.

Cinq manifestantes qui ont tenté de faire irruption dans le parlement de Thiruvananthapuram ont été interpellées, et des journalistes.

Le grand temple hindou d'Ayyappa à Sabarimala avait été l'objet de vingt ans de bataille judiciaire avant que, le 28 septembre 2018, la Cour suprême ne juge discriminatoire le fait que le temple bannisse les femmes en âge d'avoir leurs règles, soit entre 10 et 50 ans.

Des manifestants se sont opposés aux forces de l'ordre le 2 janvier 2019 à Thiruvnanthapuram
Des manifestants se sont opposés aux forces de l'ordre le 2 janvier 2019 à Thiruvnanthapuram ( - / AFP )

Les femmes ayant leurs règles sont souvent considérées comme impures dans la société indienne conservatrice et patriarcale.

Si la plupart des temples hindous n'autorisent pas les femmes à entrer lorsqu'elles ont leurs règles, Sabarimala était l'un des rares à interdire toutes celles entre la puberté et la ménopause.

"Regarder les images les montrant pénétrer dans le sanctuaure me fait pleurer de joie. Que de temps de temps il a fallu pour avoir notre place...", a observé sur Twitter l'auteure féministe Meena Kandasamy.

De nombreux groupes hindous ainsi que le Bharatiya Janata Party (BJP) du Premier ministre Narendra Modi avaient dénoncé la décision de la Cour suprême.

Mercredi, des responsables locaux du BJP ont annoncé qu'ils organiseraient deux jours de manifestations dans l'Etat, dirigé par une alliance de gauche, pour protester contre l'intrusion des deux femmes.

Depuis la décision de la Cour suprême, plusieurs femmes ont tenté d'entrer dans le sanctuaire mais en ont été empêchées par des traditionalistes.

Dès que l'information de cette intrusion a été connue, les responsables du temple ont ordonné sa fermeture pour un rituel de purification. Il a rouvert une heure plus tard.

En octobre, des affrontements avaient éclaté entre forces de l'ordre et extrémistes qui avaient empêché des femmes de monter au temple. Ils avaient lancé des pierres sur les policiers et s'en étaient pris aux journalistes femmes. Environ 2.000 personnes avaient été arrêtées par la suite.

Kanaka Durga et Bindu, deux femmes hindoues, lors de leur tentative de pénétrer dans le temple de Sabarimala le 24 décembre 2018, ce qu'elles sont parvenus à faire mercredi sous protection policière, à l'insu des militants traditionalistes.
Kanaka Durga et Bindu, deux femmes hindoues, lors de leur tentative de pénétrer dans le temple de Sabarimala le 24 décembre 2018, ce qu'elles sont parvenus à faire mercredi sous protection policière, à l'insu des militants traditionalistes. ( - / AFP/Archives )

Mardi, des dizaines de milliers de femmes ont formé une chaîne humaine pour soutenir la décision rendue en septembre par la Cour suprême. Cette manifestation appelée "Mur des femmes" était soutenue par le gouvernement de l'Etat.

La Cour suprême doit entamer le 22 janvier l'examen d'un appel contre sa décision.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Turbos Call, du levier à la hausse pour votre portefeuille
Lundi 28 janvier de 12h30 à 13h30

Les SCPI, un produit incontournable dans la conjoncture actuelle ?
Vendredi 1er février de 12h15 à 13h00

Protéger son portefeuille avec les Turbos Put
Lundi 11 février de 12h30 à 13h00

Tradez sur le CAC 40 avec du levier
Lundi 18 février de 12h15 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/01/2019

Les marchés actions européens évoluent en baisse à l’approche de la mi-séance. Le contexte est toujours empli de craintes concernant le ralentissement de la croissance chinoise et l’état de…

Publié le 22/01/2019

Soitec bondit de 11,33% à 66,80 euros sur la place de Paris, dans le sillage d’une solide publication trimestrielle. Cela a conduit le spécialiste des matériaux semi-conducteurs a relevé ses…

Publié le 22/01/2019

Par courrier reçu le 21 janvier 2019 par l'AMF, la société new-yorkaise BlackRock Inc...

Publié le 22/01/2019

Safran a acquis une participation dans Oxis Energy au travers de sa filiale Safran Corporate Ventures dédiée aux investissements dans de jeunes sociétés technologiques. Oxis Energy est…

Publié le 22/01/2019

Le titre casse la résistance des 10.4 euros, qui contenait les cours depuis février 2018. Du côté des indicateurs techniques, les moyennes mobiles à 20 et 50 séances sont proches d'effectuer un…