En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 442.75 PTS
-
4 450.50
-
SBF 120 PTS
3 499.45
-
DAX PTS
10 332.89
-
Dow Jones PTS
23 433.57
+3.44 %
8 229.54
+2.24 %

Confinés mais pas découragés: les sportifs se préparent quand même pour Tokyo

| AFP | 217 | Aucun vote sur cette news
Camille Lecointre, médaillée de bronze en voile à Rio et déjà qualifiée pour Tokyo, interrogée par les médias avant une compétition de son sport à Enoshima, le 22 août 2019
Camille Lecointre, médaillée de bronze en voile à Rio et déjà qualifiée pour Tokyo, interrogée par les médias avant une compétition de son sport à Enoshima, le 22 août 2019 ( CHARLY TRIBALLEAU / AFP/Archives )

Rester en forme et motivé, ne pas tourner en rond et chasser les doutes: confinés comme tous les Français, les sportifs tentent de préserver leur préparation aux Jeux olympiques de Tokyo-2020, sans être sûrs qu'ils auront lieu.

"C'est difficile de faire un programme quand on ne sait pas pour quelle échéance. J'ai déjà du mal à trouver un sens quand je vois l'actu (...) Mais il faut continuer à m'entretenir", confie à l'AFP Camille Lecointre, médaillée de bronze en voile à Rio-2016 et déjà qualifiée pour Tokyo-2020.

Confinée chez elle, à Brest, avec son mari et leur fils, elle cherche tant bien que mal à faire "le minimum", en allant courir ou en travaillant sa condition physique à la salle de sport du pole nautique de Brest, "où je suis seule", précise-t-elle.

Covid-19 : bilan mondial
Covid-19 : bilan mondial ( Simon MALFATTO / AFP )

A quatre mois de la cérémonie d'ouverture des JO d'été de Tokyo, ce graal pour lequel ils s'entraînent physiquement depuis des mois -- et depuis des années dans leur tête -- la pandémie de coronavirus a percuté de plein fouet leur préparation. Mais tous savent que dans le sport de haut niveau, la capacité d'adaptation est aussi un critère de performance. Et unanimement, ils soulignent qu'il ne faut pas se plaindre, donner la priorité aux soignants et aux malades.

"Rustique"

Qualifié pour ses premiers Jeux à 33 ans, le judoka Axel Clerget a loué le garage d'un voisin, collé à son domicile en région parisienne. "Je me suis créé ma petite salle de muscu. J'ai un rameur, 200 kg de poids pour faire mes séances, avec un banc de couché pour faire du tirage, et quelques haltères", décrit-il, s'avouant "super chanceux" même si "c'est un peu rustique".

Le marin Jean-Baptiste Bernaz, membre de l'équipe de France de laser, a fui Cannes, où "l'ambiance était anxiogène", pour aller vivre avec deux amis dans une ferme familiale "au-dessus de Saint-Etienne, en altitude, à 1.200 m, au milieu de nulle part". "Vélo, muscu, gym sur la terrasse", "je passe le reste du temps à la survie, couper du bois, faire à manger. Et s'il n'y a plus rien à l'épicerie, au pire j'irai chasser !", explique-t-il.

Le judoka français Axel Clerget, vainqueur ici du Japonais Sanshiro Murao sur le site des Jeux de Tokyo, le 1er septembre 2019, se prépare individuellement dans un petit garage
Le judoka français Axel Clerget, vainqueur ici du Japonais Sanshiro Murao sur le site des Jeux de Tokyo, le 1er septembre 2019, se prépare individuellement dans un petit garage ( CHARLY TRIBALLEAU / AFP/Archives )

Au mieux, ils peuvent rester affûtés, ne pas trop perdre en puissance et être prêts le jour-J, pour la reprise de véritables entraînements. "Je serai très fort physiquement et après il faudra réapprendre la voile, on va dire", glisse Bernaz, qui a aussi "repris la méditation et le yoga".

"Le mot d'ordre de mon entraîneur c'est: +ne prends pas 10 kilos, maintiens ta masse musculaire et dès qu'on a le feu vert, on ré-attaque, on met les pointes et on fonce+", explique le hurdler Pascal Martinot-Lagarde, champion d'Europe et médaillé de bronze mondial sur 110 m haies, qui a rejoint sa famille en région parisienne pour le confinement, et s'entraîne "en courant sur le béton ou dans la nature".

Report ?

"J'ai une corde à sauter, des élastiques, un +home trainer+ pour le vélo, des côtes à 50 mètres de là où je me trouve pour faire des montées rapidement, je peux travailler mes déplacements sur la terrasse", énumère à son tour la fleurettiste Astrid Guyart. "La seule chose qui manque, ce sont les assauts", ajoute-t-elle.

Tous font avec les moyens du bord, une situation loin d'être idéale quand on parle de haute performance.

La surfeuse Johanne Defay, le 11 octobre 2019 à Capbreton, espère qu'il ne faudra pas recommencer à zéro les sélections
La surfeuse Johanne Defay, le 11 octobre 2019 à Capbreton, espère qu'il ne faudra pas recommencer à zéro les sélections ( GAIZKA IROZ / AFP/Archives )

"Pour un triathlète qui prépare les JO, rester dans un appartement avec un home trainer et un tapis roulant, ce n'est pas possible", expliquait mardi à l'AFP le directeur technique national du triathlon, Benjamin Maze, en imaginant "les solutions les plus responsables: aller dans des endroits éloignés du public, pour courir, rouler et bricoler avec les lignes d'eau disponibles". Mais pour l'instant, il devra revoir ses plans les plus sophistiqués, comme la question de l’acclimatation à la chaleur attendue cet été à Tokyo.

Dans ce contexte, le report des Jeux semble la solution la plus raisonnable à certains, pour que tout le monde soit mis sur un pied d'égalité dans sa préparation, et que l'équité soit maintenue dans les chances de se qualifier aux Jeux. Même si c'est la solution qu'elle privilégie, la surfeuse Johanne Defay, déjà qualifiée et numéro 8 mondiale, espère qu'il ne faudra pas recommencer à zéro les sélections: "Je n'ai pas forcément envie d'être dans cette position de tout re-prouver mais s'il faut le faire, il faudra le faire".

 ■

Copyright © 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 08/04/2020

Le produit de cette émission obligataire sera utilisé pour le refinancement du crédit relais conclu dans le contexte de l'acquisition d'Altran Technologies...

Publié le 08/04/2020

Rendez-vous le 16 avril...

Publié le 08/04/2020

Sur les farines de sarrasin, l'activité est fortement impactée avec la fermeture des crêperies et restaurants...

Publié le 08/04/2020

U10, qui ne distribuera pas de dividende, précise l'impact de la crise sanitaire...

Publié le 08/04/2020

Un acompte sur dividende de 0,17 euro par action ayant été versé en septembre 2019, cette proposition de dividende de Spie impliquait un solde de 0,44 euro par action...